Critique : Matrix Resurrections

Donnez-moi la pilule bleue

Fiche

Titre Matrix Resurrections Titre VOThe Matrix Resurrections
Réalisateur Lana Wachowski Scénaristes Lana Wachowski & David Mitchell & Aleksandar Hemon
Acteurs Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss, Yahya Abdul-Mateen II, Neil Patrick Harris, Jessica Henwick, Jonathan Groff, Priyanka Chopra Jonas, Christina Ricci, Telma Hopkins, Eréndira Ibarra, Toby Onwumere, Max Riemelt, Brian J. Smith, Jada Pinkett Smith
Date de sortie22 / 12 / 2021 Durée2h 28
GenreAction, Science fiction Budget

Retour à deux réalités: l’une, la vie quotidienne; l’autre, ce qui se cache derrière. Afin de savoir si sa réalité est une construction, pour vraiment se connaître, M. Anderson devra choisir de suivre une fois de plus le lapin blanc.

Critique

Ah, Matrix. J’ai des poussées de nostalgie quand j’entends ce nom. Le premier est un chef d’œuvre de la SF. Les deux suites ne sont pas au même niveau mais demeurent réussies à mes yeux. Elles ont le mérite de proposer quelque chose de différent en plus de scènes d’action spectaculaires. Qui a oublié l’autoroute ? La bataille pour Zion ? Ou encore le combat en mode Dragon Ball Z entre Neo et l’agent Smith ? Bref, j’adore me refaire la trilogie régulièrement. Malgré la frustration de l’émouvant final qui nous laissait sur une question ouverte. Dès lors, je frémissais à l’idée de retourner dans la matrice.

18 ans après Matrix Revolutions (2003), j’en ai l’occasion.

Un seul constat possible

J’aurais voulu en parler en bien. D’utiliser des superlatifs à propos d’une claque que j’ai prise. Mais rien de tout ça. Au contraire, j’ai été épaté de découvrir à quel point Matrix Resurrections est médiocre. J’ai l’impression que le prêtre Mola Ram m’arrache le coeur quand j’écris ces mots tant j’adore la saga et ses personnages, surtout le trio Neo, Trinity et Morpheus. Mais malheureusement, il faut que je sois franc sur mon ressenti.

Ce qui me désole le plus, c’est de constater que Lana Wachowski, alors en solo, sa sœur n’ayant pas souhaité revenir à la saga, n’a rien réussi dans ce qu’elle a entrepris. C’est bel et bien la preuve que le réalisateur ne fait pas tout dans la réussite d’une œuvre cinématographique. En même temps, ça fait un moment que les Wachowski n’arrivent plus à renouer avec le succès.

L’histoire est d’une platitude désespérante. Les aspects philosophiques traités avec des gros sabots. Ça me choque, car la saga avait le mérite de traiter ce côté avec profondeur, quitte à être parfois confus. Sur Ressurections, mention spéciale (pas dans le sens positif du terme) au passage méta avec Warner Bros. C’est aussi finaud qu’un jeune rebelle bobo parisien punk vivant aux crochets de papa et maman. Au final, j’en suis ressorti avec la sensation qu’en fait, les scénaristes n’avaient rien à raconter et se sont contentés d’utiliser des nouvelles idées (dont aucune n’est réellement à retenir – la tentative d’innover le Bullet Time a fait un flop me concernant) pour masquer le fait qu’on est devant une suite opportuniste.

Même l’action n’y arrive pas

Cela pourrait passer si la réalisation était au niveau. Mais même là, on touche le fond. Pour l’histoire, contrairement aux suites précédentes, aucune seconde équipe n’a été utilisée pour les scènes d’action. Lana Wachowski ayant souhaité tout réaliser. Ben putain, il aurait mieux fallu tant c’est mauvais. Les combats, les gunfights et les courses poursuites sont une bouillie indigeste dont les seules éclaircies sont l’utilisation des plans iconiques. Rien ne sort du lot.

Pour couronner le tout, les effets spéciaux sont d’une rare laideur. Les images de synthèse sont la majorité du temps dégueulasses donnant l’impression que cette suite a été réalisée quelques années après Revolutions. Le maquillage d’un personnage culte de la saga m’a donné des aigreurs d’estomac en me rappelant ceux de Cloud Atlas (2012). C’est jamais crédible en plus d’être immonde. Quand j’ai vu tout ça, j’ai voulu me renseigner sur le budget, mais je ne l’ai pas trouvé. Dans tous les cas, soit il est faible, soit l’équipe du film s’est bien goinfré.

Parmi les nouveaux arrivants, aucun n’est marquant à l’exception de Jonathan « Mindhunter » Groff. C’est d’ailleurs ma seule satisfaction. Chacune de ses apparitions était comme une lueur dans le marasme.

Par ayant rarement été aussi dégoûté en sortant du cinéma.

Conclusion

À Hollywood, très souvent, il vaut mieux laisser le passé là où il est et, malheureusement, Matrix Resurrections n’échappe pas à la règle. Pire, tels les derniers Die Hard, il touche le fond en foirant tout ce qu’il entreprend. Un ratage assez incroyable. À la fin de la séance, je n’en revenais pas. Pire, je n’y croyais pas. En PLS, je ne cessais de me répéter que ce n’était pas possible de se planter autant.

+

  • Revoir John Wick et Trinity
  • Jonathan Groff

  • Tout le reste
3/10

S’abonner
Notification pour
guest
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pin It on Pinterest