Critique : Lucien Tome 11 – La bande à Lucien

Vous nous avez manqué saligauds !
Éditeur Audie
Scénariste Frank Margerin
Dessinateur Frank Margerin
Coloriste Quadrichromie
Prix 10 euros 40 Pages 48
Date de sortie 14 septembre 2011 Genre Comédie
Collection Fluide Glacial
Grand retour de notre ami Lucien, dans ce 11ème tome que nous offre Frank Margerin. Lucien reste encore et toujours fidèle à lui-même : fan de rock et de moto, entouré de ses amis et de sa famille, la bedaine au corps et la banane sur la tête ! Trente ans se sont écoulés ! Après avoir perdu, puis retrouvé ses meilleurs potes, tous se posent la question de ce que leur réserve l’avenir. Problèmes de santé, inquiétudes concernant la retraite, le travail, l’avenir des enfants, etc. Et puis les petits drames de la vie quotidienne des quinquas : Lucien devient sourd lors d’un concert, Ricky ayant bu et fumé toute sa vie, se fait faire un check-up complet (et flippe sa race !).Bref, la vraie vie !

Voilà des années que je n’avais pas lu un Lucien, cette BD de Margerin qui avait bercé mon adolescence. Cette bande de potes représentait à la perfection cette époque de rockeurs, de racailles, des mobs et de la chasse aux filles. Et les mini-histoires faisaient très souvent mouche en arrivant à allier humour et anecdote. Ne tombant jamais dans le cliché, Lucien arrivait toujours à marcher sur le rebord tel un funambule. Il faisait partie de mes BD préférées avec l’éternel gaffeur Gaston Lagaffe.

Qu’en-est-il de cette suite par le même auteur ? En lisant l’album, j’avais l’impression de retourner dans le temps et ça, ça n’a pas de prix. Les personnages ont changé physiquement, ils ont vieilli mais à notre grand plaisir, pas mentalement. L’amitié prime toujours sur tout. Les mini-histoires sont poilantes comme l’excellent « Ricky, homme à femmes ».

Lucien fait partie de ces très rares héros de BD à vieillir avec nous. Aucun fan n’a oublié l’album où il s’est coupé la banane. Lire le tome 11 de Lucien, c’est un peu comme revoir un vieil ami qu’on avait perdu de vue.

Le style de Margerin n’a pas changé, toujours aussi détaillé, il n’est pas rare de repérer quelques détails lors de la deuxième lecture.

Un album qui conserve tous le charme des productions estampillées Margerin. Quel régal de revoir la bande à Lulu et ces histoires courtes très drôles.

Sur ce, je pars acheter les albums manquants de ma collection.

Note : 8/10

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pin It on Pinterest