Critique : Legion – Saison 1 Ep. 1 ‘Chapter 1’

Et si des mutants venaient à Fargo ?

Fiche

TitreLegionTitre VO
CréateurNoah Hawley
Acteurs Dan Stevens, Rachel Keller, Jean Smart, Aubrey Plaza
Saison1Numéro de l’épisode1
Date de sortie08 / 02 / 2017Format1h 07
GenreAction, Drame, Science fictionChaîne:FX

L’histoire de David Haller, le fils schizophrène du professeur Xavier, un homme sujet depuis l’adolescence à une maladie mentale. Au cours d’un de ses nombreux séjours en hôpital psychiatrique, une étrange rencontre avec un patient lui fait réaliser que les voix qu’il entend et les visions auxquelles il est confronté pourraient se révéler vraies.

« Comment ça, je risque de perdre mes cheveux rapidement ? Ah parce que mon père était chauve jeune ? »

Critique

Histoire vraie. À l’annonce de Legion, j’étais là. Mouais, une série X-Men. Vu les films, ça ne me dit pas grand-chose… Euh, attends, j’ai bien lu là ? Noah Hawley. Ce n’est pas un homonyme ? Sérieux, c’est le créateur de la série Fargo ? Et hop, voilà comment faire monter une hype en moins de deux secondes chez votre serviteur (un beau petit mouton, quand même).

Autre histoire vraie vu que t’as l’air de bien aimer ça. Hein ? Comment je sais ça ? Ah, ah, conscience cosmique, tout ça. Quand nous avons regardé l’épisode en question, ma compagne et moi. Elle a vu que j’étais totalement subjugué au point que j’avais oublié le reste du monde, mais elle était circonspecte. Genre, mais c’est quoi ce truc ? C’est zarbi. On ne comprend rien à ce qui se passe. Des images jetées comme ça, sans cohérence. Des timelines entremêlées. Elle a alors jeté un coup d’œil à son portable pour se renseigner sur la série. Elle a vu Marvel. Elle a compris. Un Marvelll qui regarde un Marvel, il est parti dans un autre monde.

Une réalisation au sommet de la télévision

Bref, trêve d’histoires vraies, et intéressons-nous à ce fameux premier épisode de Legion, série produite par la Fox en association avec Marvel Television (déjà derrière Agents of SHIELD et les séries Netflix). Pour ma part, j’ai beaucoup aimé. L’ambiance et le montage sont totalement loufoques, tout en restant parfaitement lisible (j’imagine quand même qu’un gars qui ne connaît rien du mutant Legion sera un peu paumé). Niveau réalisation, on sent le level. Noah Hawley, réalisateur pour ce premier épisode, s’amuse comme un petit fou en multipliant les expérimentations, mais l’ensemble est d’une fluidité exemplaire. Jamais une rupture de ton. Jamais un cheveu dans la soupe. Du très haut niveau, mais finalement, rien d’étonnant de la part du mec de Fargo. Juste une confirmation de son génie. Concernant le casting. Rien à redire, c’est impeccable. Dan Stevens est irréprochable dans la peau de David Haller. Aubrey Plaza, que je kiffe à mort depuis Parks and Recreation, est carrément habitée par son personnage de malade mental. Quant à Rachel Keller, on tombe amoureux.

Un mutant hors continuité (physique et mentale)

Petite précision, en regardant l’épisode, on comprend bien que la série sera totalement indépendante par rapport à l’univers cinématographique des X-Men. Ce qui n’est pas plus mal, ça permettra à Noah Hawley de se lâcher. Ça n’empêche tout de même pas de retrouver des éléments de la mythologie mutante. Par contre, niveau effets spéciaux, j’avoue que c’est entre l’enflammade et la douche froide, une douche tiède donc. Il y a une séquence parfaitement représentative. Vers la fin de l’épisode, Noah Hawley balance un (faux) plan-séquence époustouflant à coups de pouvoirs généralement réservés au cinéma. Cette scène, si elle m’a épaté par son ambition. Il faut tout de même reconnaître que la qualité des images de synthèse n’est pas à la hauteur de cette ambition. Quoiqu’il en soit, ça ne gêne pas vraiment étant donné la qualité de tout ce qui a précédé (même si bon, la piscine…). Néanmoins, c’est un rappel qu’il reste encore un fossé dans ce domaine entre le cinéma et la télévision, même si Game of Thrones avait réussi à faire croire le contraire.

Pour un premier épisode, Legion fait fort. Reste à voir si le reste de la série ne suivra pas un destin à la Preacher qui subissait un petit coup de mou après son dantesque épisode pilote. J’ai du mal à croire que la série réussisse à garder le même niveau. D’autant plus que Noah Hawley laisse la main dès l’épisode suivant, mais pour se dire, on peut se dire qu’on retrouvera Michael Uppendahl qui avait déjà œuvré sur Fargo pour les deux prochains épisodes.

Concernant les audiences, Legion n’a pas fait un gros démarrage avec 1,62 million de téléspectateurs. C’est moins que le premier épisode de Fargo (2,65) ou American Horror Story (3,18), mais c’est dans la lignée de la nouvelle série avec Tom Hardy, Taboo (1,84). Néanmoins, vu les excellentes critiques, on peut espérer que ça monte.

Par rassuré que ce soit aussi bien qu’espéré, le10 février 2017.

« Regarde pas, mais la femme de Star-Lord est devant nous à gauche. »

Conclusion

Pour un premier épisode, Legion déploie beaucoup de belles promesses. Si l’épisode n’est pas vraiment surprenant pour quiconque ayant déjà vu la bande-annonce, il est tout de même la confirmation d’un univers fort (rappelant un peu la saga X-Men et Fargo aussi) et d’une mise en scène soignée sans oublier des acteurs impeccables, notamment Dan Stevens dans le rôle principal. En fait, Legion, c’est vraiment ce que j’imaginais : Fargo chez les mutants.
8/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2868 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.