Critique : Le Livre de Boba Fett (avec spoilers)

The Mandalorian – Saison 2,5

Fiche

TitreLe Livre de Boba Fett Titre VOThe Book of Boba Fett
CréateurJon Favreau
Réalisateurs Robert Rodriguez, Steph Green, Kevin Tancharoen, Bryce Dallas Howard, Dave Filoni
Acteurs Temuera Morrison, Ming-Na Wen, Pedro Pascal, Timothy Olyphant, Danny Trejo, Mark Hamill, Stephen Root, Rosario Dawson
Saison1 Nombre d’épisodes7
Date de sortie29 / 12 / 2021 Durée38 à 60 mn
GenreAction, Aventure, Science fiction ChaîneDisney+

Ancien chasseur de primes, Boba Fett repart de zéro sur Tatooine aux côtés de Fennec Shand.

Critique

Quelle bête curieuse que ce Le Livre de Boba Fett. Annoncée durant la scène post-générique de la deuxième saison de The Mandalorian, cette série était présentée comme étant séparée de la troisième saison des aventures consacrées à Din Djarin et Grogu.

Dans les faits, tous ceux qui ont vu Le Livre de Boba Fett diront clairement que… c’est un mensonge. T’as deux épisodes, voire trois (pour couper la poire en deux, on va dire deux et demi), qui font clairement suite à la saison 2. Pire, durant ces deux épisodes et demi, le chasseur de primes connu pour avoir travaillé avec Dark Vador est carrément aux abonnés absents. D’où le titre de ma critique. Il n’est donc pas étonnant de voir des blagues émerger sur le net parlant d’une série consacrée à Boba Fett où ce dernier fait seulement un caméo.

Bref, je soupçonne que Disney+ s’est emmêlé les pinceaux. En gros, ils ont mis les quatre épisodes sur cinq du Livre de Boba Fett et juste avant l’épisode final, ils se sont plantés et ont leaké les deux premiers épisodes de la saison 3 de The Mandalorian. Comme on dit, la boulette.

Le verre à moitié vide

Blague mise à part. Si j’étais cynique et avec des œillères, je dirais que ces deux épisodes de The Mandalorian sont là pour sauver Le Livre de Boba Fett du marasme dans lequel il était plongé (objectivement, c’était forcément prévu au vu de l’histoire). Réalisation pauvre, rythme lent, jeu d’acteur faible, décor cheap et effets spéciaux bas de gamme. Pendant les quatre premiers épisodes, j’étais là à me demander si je n’avais pas survendu The Mandalorian dans ma tête. Un peu comme ce Gran Turismo sur la première PlayStation que je voyais comme la huitième merveille du monde du côté des graphismes et quand je le revois aujourd’hui, je fais la même chute que John Wick à la fin de Parabellum.

Le plus désolant, c’est qu’on sent clairement que Robert Rodriguez a eu beaucoup de liberté sur les parties sans Mando dont il réalise trois des cinq épisodes. Il n’y a que lui pour nous offrir ces vespas en mode Power Rangers. Ce que je ne m’explique pas, c’est comment un réalisateur aussi doué peut devenir aussi mauvais. Ces épisodes se concentrent principalement sur des flash-backs servant à expliquer le trou entre Le Retour du Jedi et The Mandalorian. C’est cool, mais c’est beaucoup trop long pour que ça a à raconter. En parallèle, l’intrigue dans le « présent » avance avec la vigueur du paresseux de Zootopie.

Le verre à moitié plein

Du coup, j’étais parti pour donner à peine la moyenne à la série Le Livre de Boba Fett. Seulement, l’épisode 5 est arrivé. Carrément le début de la troisième saison de The Mandalorian. Tout de suite, je me suis dit que non, je n’avais pas survendu la série Disney+ dans ma tête. C’est juste de haute volée. Les décors sont magnifiques et subjuguant (vibe Mass Effect combinée à Halo au début de l’épisode 5). Les personnages charismatiques. L’écriture des dialogues soignée. Les effets spéciaux au top. Surtout, le rythme est là. Attention, pas du petit rythme, au trot pépère. Là, on est sur une danse avec le diable au clair de lune (dédi au Joker).

On nous ajoute des passages qui ont fait chavirer mon cœur de fan. Enfin, un Luke Skywalker en mode maître Jedi avec un entraînement Luke/Yoda inversé. Le tout avec la construction de sa maison, aperçue détruite durant le flash-back du Réveil de la Force. N’oublions pas non plus la toujours ravissante Ashoka et le nouvel arrivant Cad Bane. Je ne connaissais pas ce dernier, n’ayant pas vu la série animée The Clone Wars (j’ai tenté quelques épisodes, mais la lassitude est vite montée), mais immédiatement, il m’a impressionné par son charisme et sa badassitude. La version E.T. du Clint Eastwood durant sa phase spaghetti.

Pour l’épisode final, on a un crossover des familles avec du badaboum dans tous les sens. Malheureusement, Robert Rodriguez est de retour derrière la caméra après l’éclaircie Bryce Dallas Howard (Chapitre 5 – Le retour du Mandalorien) et Dave Filoni (Chapitre 6 – L’étranger venu du désert). Avec lui, on retrouve ce rythme peinant à exploser (c’est quoi, cette exposition du plan totalement inutile par Fennec Shand ?) et des scènes d’action un peu molles (malgré une bonne visibilité de l’espace et cette géniale intervention du Rancor où Boba Fett retrouve de son aura). Heureusement, l’action est suffisamment dense sans oublier quelques excellentes idées pour que je me prenne au jeu.

Par chaud patate pour Obi-Wan (en espérant qu’on va vite quitter Tatooine).

Conclusion

Juger Le Livre de Boba Fett revient à juger une série d’anthologie avec ici deux anthologies finissant par se croiser sur un explosif épisode final. Si la partie consacrée à Boba Fett laisse clairement à désirer, celle de Din Djarin relève tellement le niveau qu’il m’est difficile de donner autre chose qu’une excellente note.

+

  • Chapitres 5 et 6
  • Cad Bane
  • Rancor en mode King Kong

  • Flash-backs relous à la longue – un épisode aurait suffit pour gérer ça
  • Où est passé le mojo de Robert Rodriguez ?
8/10

S’abonner
Notification pour
guest

6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pin It on Pinterest