Critique : Last Chance U – Laney

Une saison plus tranquille

Fiche

TitreLast Chance U Titre VO
Saison5 Nombre d’épisodes8
Date de sortie28 / 07 / 2020 Durée46 à 59 mn
GenreDocumentaire, Sport ChaîneNetflix

Ce docu-série nous emmène à l’université Laney d’Oakland, où John Beam entraîne ses joueurs à se dépasser et à surmonter l’adversité sur le terrain comme dans la vie.

Critique

Une des meilleures séries documentaires de Netflix

Ah ouais, déjà la cinquième saison pour Last Chance U. En plus, ça devrait être la dernière sur le football américain. En effet, il se dit que pour la prochaine saison, qui ne devrait pas arriver tout de suite vu le Covid, on passe au basket. Cool, je préfère ce sport.

L’avantage du football américain, c’est que la série documentaire m’a permis d’en savoir plus sur ce sport dont ma seule approche fut quand j’ai, assez incompréhensiblement, acheté le jeu Madden. Ben ouais, il avait des super notes dans les magazines de jeux vidéo. Pas de bol, j’ai rien compris, car j’y jouais comme au rugby. Il y a avait plein de touches, de formations et machin truc. Hop, la question a été vite répondue. J’ai revendu le jeu et je suis retourné sur mes classiques, PES et NBA 2K.

Si j’ai osé m’attaquer à Last Chance U, c’est un parce que j’adore les documentaires et deux, je les adore encore plus quand ça concerne le sport. Pour le coup, j’ai été comblé. De surcroît, j’ai découvert l’envers du système scolaire américain côté sportif. La série va même encore plus loin en suivant une équipe de joueurs prometteurs qui ont totalement merdé (bagarre, drogue, les raisons sont diverses) et qui n’ont plus qu’une seule chance pour arriver au plus haut niveau. La tension est donc à son comble.

Deux personnalités hors du commun

Les quatre premières saisons ont permis de suivre deux coachs. Deux saisons par coach dont les personnalités étaient vraiment marquantes. Deux individus charismatiques, mais dont le style mène sans cesse à des clash. Donc, avec des jeunes en mode « c’est ta dernière chance, gamin », naturellement, ça accouche d’engueulades mémorables. Des gamins d’ailleurs pour la plupart touchants, car ils montrent leurs fêlures à la caméra.

En plus de ça, on a eu droit à une assistante sociale incroyablement émouvante. Le tout au rythme des matchs dont certains sont superbement tendus au point de me faire péter les plombs comme si j’étais devant un match de mon équipe favorite. Bref, Last Chance U, c’est l’assurance de vivre une belle aventure humaine.

Et à Laney ?

Qu’en est-il pour cette nouvelle saison qui, après le Mississippi et le Kansas, débarque en Californie ? Pour le coup, je trouve qu’il s’agit de la saison la moins passionnante. Néanmoins, ça ne l’empêche pas d’être tout de même excellente. Il est facile de savoir pourquoi elle fait moins mouche. Cela est tout simplement dû au style de coaching de John Beam.

Loin des deux autres gueulards adeptes du vocabulaire sale, le coach John Beam est plus posé, plus sûr de lui. J’ai alors découvert une nouvelle facette d’entraîner une équipe universitaire. On est moins dans le conflit, plus dans l’échange. C’est assez dégueulasse à dire, mais du coup, l’aventure s’apparente à un long fleuve tranquille avec quelques rapides. On est donc loin des grands huits des saisons précédentes.

Malgré tout, cette saison offre trois jeunes vraiment marquants, le SDF Dior, le hanté RJ et le père de deux enfants Nu’u, sur fond d’un Oakland qui se gentrifie (le thème principal de l’épisode 7, La nouvelle Oakland) et d’une université dont le principe est différent de celles d’EMCC et d’Indy. Chacun raconte son histoire et j’ai été plusieurs fois touché par leurs récits. Pour terminer, je suis resté sur la déception d’un parcours sportif abrupt qui ne permet pas de vivre des matchs intenses à l’exception de celui contre le rival City.

Par qui a hâte de passer au basket.

Conclusion

Moins bonne que les quatre saisons précédentes, Laney reste tout de même passionnant à suivre grâce à son coach au style différent des deux autres et pour ses trois jeunes mémorables.

+

  • Touche Last Chance U
  • Dior, RJ et Nu’u

  • Moins marquant que les autres saisons
  • Parcours sportif décevant
8/10

Pin It on Pinterest