Critique : Dolemite Is My Name

Poster du film Dolemite Is My Name avec Eddie Murphy

Le come-back d’Eddie

Fiche

TitreDolemite Is My NameTitre VO
RéalisateurCraig BrewerScénaristesScott Alexander, Larry Karaszewski
ActeursEddie Murphy, Keegan-Michael Key, Mike Epps, Craig Robinson, Tituss Burgess, Da’Vine Joy Randolph, Kodi Smit-McPhee, Wesley Snipes, Chris Rock
Date de sortie25 / 10 / 2019Durée1h 57
GenreBiographie, Comédie, DrameBudget

L’acteur nommé aux Oscars Eddie Murphy incarne Rudy Ray Moore, un pionnier de la comédie et du rap qui est entré dans la légende en devenant, contre toute attente, un phénomène de la Blaxploitation dans les années 1970 grâce à son alter ego Dolemite : un spécialiste de kung-fu obscène et hilarant.

Critique

Eddie Murphy était un de mes acteurs préférés durant mon enfance. Je l’avais découvert avec Le Flic de Beverly Hills 3 et j’en suis directement tombé amoureux. Par la suite, je m’étais alors jeté sur tous les films où il était en tête d’affiche. Je l’ai particulièrement adoré dans Un prince à New York. Puis le bonhomme s’est un peu perdu en alignant les navets. Bon, je vais quand même avouer que j’ai vraiment kiffé son École paternelle.

Retour en grâce

Récemment, le gars est revenu dans ma vie. Il y a quelques mois, j’avais pu découvrir ses excellents (et qui n’ont pas pris une ride) one-man-show Delirious et Raw grâce à Amazon Prime. Aujourd’hui, je le retrouve à nouveau, mais sur Netflix après un épisode spécial de Comedians in Cars Getting Coffee, le truc où Jerry Seinfeld embarque des célébrités dans sa bagnole pour prendre un café. C’est pour le biopic Dolemite Is My Name.

J’ai commencé à regarder le film sans trop y croire et bam, la très bonne surprise. Eddie Murphy y trouve un des meilleurs rôles de sa carrière. Contrairement à d’habitude (du moins, dans ses derniers films), Il n’en fait pas des tonnes mais déploie avec brio son charme et sa tchatche légendaire. C’est ça, l’Eddie que j’aime.

Il est également accompagné par une foule d’acteurs, cf. la fiche ci-dessus pour la liste. Tous sont bons et apportent sa pierre à l’édifice. Toutefois, un en particulier sort vraiment du lot. Un autre revenant : Wesley Snipes. Celui qui marchait le jour (et qui a fini à l’ombre après avoir fraudé le fisc) est aussi absolument génial. Il y déploie des manières et une gestuelle pour le moins surprenantes si on a Blade en tête.

L’histoire vraie de Rudy Ray Moore

Sinon, qu’est-ce que ça raconte ? L’histoire d’un mec qui, à plus de 40 ans, n’a jamais réussi à percer. Peu importe, malgré les claques, il tente toujours et, évidemment, finit par y arriver. Bref, une histoire purement américaine comme Hollywood en raffole.

Rien d’original dans tout ça si ce n’est qu’il s’agit d’une histoire vraie et que le contexte blaxploitation donne à l’ensemble un charme fou. L’intrigue n’offre rien non plus d’original, on a le cheminement classique de la route vers le succès qui monte crescendo avec son lot d’humour et de moments dramatiques. Mais ce qu’il fait, il le fait bien. Personnellement, j’ai toujours beaucoup aimé ce genre d’histoire. On en ressort avec la patate et l’envie de cartonner.

Le côté touche-à-tout de Rudy Ray Moore permet aussi de pénétrer dans l’envers du décor des comédiens et du cinéma des années 70. Deux thèmes que j’adore, donc, évidemment, j’ai été conquis.

Par qui attend impatiemment les deux films suivants d’Eddie Murphy : Un Prince à New-York 2 et Triplés.

Conclusion

Grâce à Dolemite Is My Name, Eddie Murphy signe un joli come-back au premier plan avec une histoire vraie et fun concernant Rudy Ray Moore. Un mec parti de rien et ayant fini par pondre un film qui a rapporté beaucoup d’argent. Bref, j’ai bien kiffé et, à mon avis, il vaut le coup d’être vu.

+

  • Eddie Murphy et Wesley Snipes en forme
  • One man show et cinéma sur fond de blaxploitation

  • Rien d’original (même si c’est efficace)
7/10

Pin It on Pinterest