Critique : Divergente 2: L’Insurrection

Quand Shailene devient The One

Fiche

D’après le roman de Veronica Roth
Titre:Divergente 2: L’Insurrection
Réalisateur(s):Robert Schwentke
Scénariste(s):Brian Duffield, Akiva Goldsman, Mark Bomback
Acteurs:Shailene Woodley, Theo James, Miles Teller, Ansel Elgort, Naomi Watts, Jai Courtney, Kate Winslet, Zoë Kravitz, Maggie Q, Ashley Judd, Ray Stevenson, Daniel Dae Kim, Octavia Spencer
Titre original:InsurgentDate de sortie:18 / 03 / 2015
Pays:États-UnisBudget:
Genre:Action, Aventure, Science fiction, ThrillerDurée:1h 59

Dans un monde post-apocalyptique où la société a été réorganisée autour de 5 factions (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères et Fraternels), Tris a mis au jour un complot mené par la faction dominante, les Érudits, dirigés par Jeanine. Abandonnant une ville à feu et à sang, à la recherche d’alliés, Tris et Quatre sont désormais traqués par les autorités. Jeanine décrète la loi martiale pour anéantir les Divergents, tandis que la guerre entre les factions prend de l’ampleur. Pourquoi les Divergents sont-ils une menace pour la société ? La découverte d’un objet mystérieux, hérité du passé, pourrait bien bouleverser l’équilibre des forces…

Les mecs, vos guns, vous les avez trouvé chez Halo ?

Critique

J’ai vu le premier Divergente en séance de rattrapage, car j’en avais fait l’impasse au cinéma (oui, moi, Marvelll, j’ai zappé un film au cinéma, incroyable, mais vrai). Parce que bon, je n’étais pas franchement motivé tellement ça sentait le clone du pauvre d’Hunger Games. Finalement, vu le buzz autour du film, je me suis laissé tenter pour une séance VOD. Au final, je n’ai pas trouvé ça génial, mais ça se matait, et puis mince, le trio Shailene Woodley, Ansel Elgort et Miles Teller sans oublier Kate Winslet, ça fait rêver. En fait, franchement, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase d’envie de voir le 2, c’est sa bande-annonce de fou furieux avec des effets dignes de Matrix.

« Je me suis fait pigeonner. ». Telle fut ma réaction en sortant de la séance. Il faut dire que les fabuleux extraits de la bande-annonce, notamment celui où Shailene joue à Prince of Persia sur une maison volante en feu, n’arrivent pas avant la dernière partie de Divergente 2: L’Insurrection. Pire, ils sont pratiquement présentés en intégralité dans la BA. Il ne reste donc plus qu’une scène d’action inédite, un combat plutôt bandant, car ne répondant pas aux limites de la réalité, grâce à un astucieux artifice rappelant encore une fois le chef d’œuvre des frères et sœurs Wachowski.

Hurlez à la lune pour la Big Bad Milf

Pour le reste, c’est d’un ennui mortel. Bon peut-être pas mortel, j’ai largement vu pire, mais on n’en est pas très loin. Le scénario est un désastre, car il n’arrive pas à trouver un rythme soutenu. Tous les moments où ça « bouge » sont condensés dans le climax (et ce n’est pas très long, en plus). Du coup, on se tape une heure et demie de bla-bla et de Shailene qui essaie de densifier un personnage creux du mieux qu’elle peut (et vu son talent, elle essaie, la bougresse). Mais, elle a beau lâcher des larmes, changer de coupe de cheveux (un joli rappel du très beau Nos étoiles contraires), se la jouer Jack Nicholson dans Shining lors du procès (un des rares bons passages du film) ou faire des cascades, son personnage reste désespérément fade. Je fais la même remarque pour le reste du casting, excepté deux : Miles Teller, adorablement détestable, et Kate Winslet, épatante en Big Bad Milf.

Je vais zapper les deux premiers tiers du film vu qu’il n’y a pas grand-chose à creuser (juste un hilarant passage où Jai Courtney se la joue T-1000). Par contre, je vais être mesquin avec le final. C’est EXACTEMENT la même fin qu’un autre film (dans le même genre en plus, et de surcroît, pas plus vieux que d’un an). J’étais vachement déçu. Tout le film, on nous prépare à ce moment. Tout le film, on se demande quel mystère se cache derrière la boîte. Et quand on le découvre … Ben merde, mais c’est…

Spoiler

Il y aussi une autre séquence où l’héroïne se retrouve en bien mauvaise posture. Le plus marrant, c’est qu’on essaie de nous faire avaler la pilule pendant de longues bonnes minutes. Non, mais les gars, si juste avant, vous nous montrez un truc bizarre, on va s’en douter. Du coup, ça ne sert à rien de faire ça (sic).

Par Christophe Menat, le .

Le retour du glaçon humain. Brrr, rien qu’en regardant, j’ai froid. Idéal pour affronter la canicule.

Conclusion

Pas terrible du tout, même moins bon que le premier. Encore faudrait-il que j’en aie des souvenirs vivaces, parce qu’il est loin de m’avoir marqué. Le plus ridicule, c’est que LA scène d’action de Divergente 2: L’Insurrection a été entièrement divulguée dès la première bande-annonce. Du pur génie, les mecs du marketing. Du pur génie ! Et dire qu’après ça, il va falloir encore se taper un film en deux parties pour conclure la trilogie… Ce n’est pas l’inspiration qui les étouffe.

+

  • Casting alléchant sur papier
  • La générosité des scènes d’action du climax

  • Rythme
  • Scénario
4/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2968 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.