Critique : Blitz

Et si Jason affrontait Zodiac ?

Date de sortie cinéma : 22 juin 2011

D’après le roman R&B Blitz de Ken Bruen

Réalisé par Elliott Lester (Love is the drug)

Avec Jason Statham (Le Transporteur, Expendables, Le Flingueur), Paddy Considine (La Vengeance dans la Peau, Hot Fuzz), Aidan Gillen (génial dans Le Trône de Fer) et Zawe Ashton (apparition dans un épisode de Misfits).

Interdit aux moins de 12 ans
Long-métrage britannique
Genre : Policier, Thriller
Durée : 1h36

À Londres, un tueur en série s’en prend aux policiers. Que se passe-t-il lorsque ceux qui sont censés protéger deviennent la cible ? Face à un ennemi aussi rusé que pervers, Brant, un flic aux méthodes atypiques, se lance dans l’enquête. Dans un jeu de piste où la justice doit parfois franchir les limites pour combattre le mal, c’est un affrontement absolu qui commence… 

Décidément notre cher Jason a laissé tomber le secteur de l’actionner qui a fait sa gloire pour se tourner vers le thriller qui l’a vu naître. Qui a oublié l’excellent Snatch de Guy Ritchie ? Malheureusement après le moyen Le Flingueur, ce n’est pas ce Blitz qui va le remettre sur le devant de la scène.

La faute à une intrigue qui n’arrive jamais à concrétiser les promesses entrevues dans la première demi-heure. Pourtant le pitch était plutôt prometteur : un serial-killer ne s’attaquant qu’aux policiers mais il est malheureusement pénalisé par son traitement.

Si on se régalera avec les répliques piquantes de Statham et son duo avec un policier homosexuel (une première, personnellement, dans l’histoire du film policier), l’intrigue patine puis se casse la gueule. L’identité du tueur est éventée avant même d’avoir été l’objet d’un semblant d’intrigue. On suppose alors que le sujet du film n’est pas là mais où est-t-il ? Pas dans la critique virulente de la presse qui déforme la réalité pour faire un scoop (trop peu exploitée), ni cette policière (croquante Zawe Ashton) junkie et encore moins ce tueur de flic.

On finit par se douter qu’il ne s’agit que d’un thriller manquant cruellement d’identité, se dispersant sous le flot de sujets abordés dans le livre de Ken Bruen. Seulement où un roman est plus proche d’une série temporellement parlant, un film est lui plus proche d’une nouvelle donc il convient de faire des concessions et de supprimer des passages or il semble que ce n’est pas le cas dans Blitz.

Car si Blitz, le surnom donné par le serial-killer à la presse, est bien joué, il manque cruellement d’envergure. Il devient très difficile de rivaliser avec les serial-killer movies coréens doté de tueurs au charisme quasi animal que ce soit celui de The Chaser ou J’ai rencontré le diable. Dans ces films, chacune de leurs apparitions changent à eux seules l’atmosphère : le suspense devient haletant et les scènes angoissantes. Loin d’être le cas de ce tueur du pauvre. Ce n’est pas la faute de l’excellent Aidan Gillen. Le tueur est tellement ridiculisé par Jason Statham à tel point qu’on ne le voit jamais comme son rival contrairement au film J’ai rencontré le diable où le rapport de force change aussi souvent que les partenaires de Rocco Siffredi.

Au début brièvement, le tueur semble être en position de force mais soyons sincère que peut-il faire contre le Transporteur ? Du coup, on est tenté de dire que la présence de Jason pénalise le film, il aurait mieux fallu mettre un policier ne donnant pas l’impression d’être un surhomme mais ce serait se passer de son charisme qui sauve le film du vulgaire serial-killer movie. A l’autel de la décision, le choix est difficile.

Blitz est plutôt moyen, il bénéficie de certaines qualités contrebalancées par des défauts rébarbatifs.

Avec ce thriller, Jason Statham confirme de plus en plus que sa carrière prend le même chemin que ses confrères Jean Claude Van Damme, Sylvester Stallone ou encore Steven Seagal, à savoir un acteur de série B.

Sa scène culte :: l’interrogatoire sur fond de souvenir.

Note : 5/10

affiche Blitz

Pin It on Pinterest