Critique : Batman v Superman: L’Aube de la Justice – Version longue

La version ultime, mais pas le Messie

Fiche

Intégré au DC Extended Universe
TitreBatman v Superman: L’Aube de la Justice
RéalisateurZack Snyder
Scénaristes Chris Terrio, David S. Goyer
Acteurs Ben Affleck, Henry Cavill, Amy Adams, Jesse Eisenberg, Diane Lane, Laurence Fishburne, Jeremy Irons, Holly Hunter, Gal Gadot, Scoot McNairy
Titre originalBatman v Superman: Dawn of JusticeDate de sortie19 / 07 / 2016
PaysÉtats-UnisBudget250 000 000 $
GenreAction, Aventure, Fantastique, Science-fictionDurée3h 01

Parce qu’il redoute les excès d’un superhéros omnipotent, le puissant justicier masqué de Gotham City défie le sauveur bien-aimé de Metropolis, sous les yeux des spectateurs indécis. Tandis qu’ils s’affrontent, un nouveau danger fait planer une menace sans précédent sur l’ensemble de l’humanité.

« Bon, laissons une nouvelle chance à Batman ! »

Critique

Suite au montage alambiqué de la version cinéma de Batman v Superman: L’Aube de la Justice, cette version longue était attendue comme le Messie (et surtout, elle a été très vite annoncée par Warner). Néanmoins, est-elle suffisante pour gommer tous les défauts du premier crossover du DC Extended Universe ?

Même si j’ai plutôt apprécié la version cinéma du film de Zack Snyder, je suis le premier à reconnaître ses défauts plutôt lourds. Tout d’abord, il ne faut pas espérer de nouvelles scènes d’action comme l’hallucinante course-poursuite pour Le Hobbit: La Bataille des Cinq Armées. Pire, le montage des scènes d’action restent le même. On a donc toujours un film assez mou de ce côté. Néanmoins, le principal reproche était des incohérences beaucoup trop nombreuses pour pouvoir être balayées sous le tapis. J’ai donc été ravi en constatant que l’Ultimate Edition permet de les gommer… mais, malheureusement, seulement partiellement.

Bizarrement, quand on ne coupe pas, ça devient plus clair

L’apport de cette version longue réside en une succession de scènes rallongées rendant la compréhension de l’intrigue et de la motivation des personnages bien plus limpide. Tout en mettant à l’honneur le pauvre Jimmy Olsen et l’excellent Alfred de Jeremy Irons. Ça n’a l’air de rien, mais ayant vu le film deux fois au cinéma, j’ai été choqué en notant le nombre de scènes raccourcies. Les nombreuses coupes à droite et à gauche rendent l’ensemble extrêmement confus alors qu’à la base (si on se fie à cette version longue), c’est pourtant simple.

Néanmoins, elles ne suffisent pas pour corriger les plus gros défauts de la version cinéma comme, entre autres, un complot ridicule (la mort de Jimmy Olsen est suivie par satellite par le gouvernement et il faut avaler le fait qu’ils n’ont pas suivi la fusillade qui suit ?), les caractérisations à revoir de Batman et Superman, le combat forcé entre le Fils de Krypton et la Chauve-Souris de Gotham et sa ridicule conclusion désormais culte sans oublier un climax raté. J’ai aussi noté des répliques qui sonnaient parfois forcées pour faire dramatique alors que le contexte ne s’y prêtait pas. Quand je dis ça, je pense à Alfred qui balance une réplique bien dramatique juste avant que Batman n’affronte Superman.

Les principaux défauts sont toujours là

Surtout, cette version longue est beaucoup trop longue… À vouloir trop en faire (BvS, c’est quasiment trois films en un). À vouloir aller trop vite pour rattraper la concurrence. Le film s’est pris la même leçon que le lièvre face à la tortue dans la fable de La Fontaine. L’introduction de Doomsday et la mort de Superman étaient-elles vraiment nécessaires ? Pourquoi ne pas avoir viré l’inutile et pompeuse intrigue de Lois Lane ? Pourtant la recette du succès n’était pas compliquée à trouver, il aurait suffi d’adapter The Dark Knight Returns de Frank Miller en changeant quelques trucs pour lancer la Justice League. Mais là, on quitte la critique de cette version longue pour revenir aux reproches de la version cinéma.

PS : le point en moins par rapport à la version cinéma s’explique par le fait qu’ayant déjà vu deux fois le film au cinéma, j’ai été plutôt lassé par le visionnage de cette version. D’autant plus que les défauts deviennent de plus en plus flagrants.

Par bien chaud pour Suicide Squad, le2 août 2016.

« Salut les gars ! J’apparais enfin, mais je ne sers toujours à rien. »

Conclusion

Cette version longue n’apporte finalement pas beaucoup par rapport à la version cinéma si ce n’est une intrigue désormais plus compréhensible sans pour autant que les principaux défauts soient gommés. De plus, aucun apport n’est à souligner au niveau des scènes d’action qui restent donc désespérément molles. Malgré sa très longue durée entrainant des longueurs, l’Ultimate Edition de Batman v Superman: L’Aube de la Justice reste la version à privilégier.

+

  • Une intrigue désormais entièrement compréhensible

  • Aucun apport réellement notable
  • Trop long
6/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2867 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.