Critique : After Life (Série TV 2019 – 2022)

Ricky Gervais au sommet

Fiche

TitreAfter Life Titre VO
CréateurRicky Gervais
Acteurs Ricky Gervais, Tom Basden, Tony Way, Diane Morgan, Kerry Godliman, Ashley Jensen
Nombre de saisons3 Nombre d’épisodes18
Date de sortie08 / 03 / 2019 Durée25 à 35 mn
GenreComédie, Drame ChaîneNetflix

Après la mort subite de la femme de Tony, son côté sympathique devient une attitude impulsive et diabolique qui prend son ancien monde d’assaut.

Critique

Faut-il présenter Ricky Gervais ? Pour faire court, il s’agit du cerveau comique derrière les excellentes séries The Office (2001 – 2003), Extras (2005 – 2007) et Un petit brin de vie (2011 – 2013) aux côtés de Stephen Merchant. Il a ensuite explosé en solo avec l’excellente série Netflix, Derek (2012 – 2014). Quoi, t’as pas vu Derek ? Mais, tu veux que je te claque la gueule ou quoi ? Allez, je me calme et rappelle qu’il ne faut pas non plus oublier ses one-man-shows et ses délicieux discours aux Golden Globes. Cinq fois maître de la cérémonie. Allez le chercher, le gars.

Après un passage manqué au format long-métrage avec l’oubliable remake du film français Envoyés très spéciaux (2008), Special Correspondents (2016), pour Netflix, Ricky Gervais sort After Life. Une série en trois saisons, dont la dernière vient de s’achever, il y a quelques jours.

Ça a l’air vachement déprimant, ton truc

En regardant le thème de la série, le deuil donc, c’est naturellement que je me braque. J’ai super envie de swiper pour passer à la série suivante, car bon, lancer un truc sur le deuil de sa femme… Je verrais ça quand je serais plus vieux (sauf si je n’ai pas de bol, mais pour l’instant, ça va, la santé et tout). Néanmoins, je connais le bonhomme. Je lui fais confiance. En effet, il ne faut pas sous-estimer le génie de monsieur Gervais. Le gars n’est jamais autant au top quand il s’agit de se confronter à des sujets que la grosse majorité des auteurs comiques fuient en courant.

Bref, autour du deuil, Ricky Gervais brode une histoire semblant anodine. Comprendre par-là qu’avec After Life, le comédien britannique n’utilise aucune des ficelles de la télévision à base de cliffhanger pour accrocher le spectateur et le forcer à lancer l’épisode suivant. À la place, il va brosser le portrait d’une galerie de personnages ultra-attachants.

Parce qu’il faut continuer à vivre

Si, au premier abord, on pourrait qualifier les personnages de ramassis de clichés. En grattant, on se rend compte qu’ils sont, en fait, incroyablement humains. Au fil des épisodes, tous les clichés tombent un par un.

Même constat, au niveau de l’intrigue où un soin a été pris pour éviter les banalités du genre. Spécialement, vis-à-vis du personnage de Tony. À noter que Ricky Gervais semble avoir beaucoup insufflé de lui dans le personnage. Première anecdote, il a gardé toute sa garde-robe à la fin du tournage. Deuxième anecdote, Jane, le nom intermédiaire de la femme de Tony est le prénom de la femme de Ricky Gervais.

Cela combiné à un excellent rythme bien aidé par une durée courte, une saison est composée de six épisodes d’une demi-heure, fait que la série se regarde très vite. À tel point qu’en lancer un nouveau visionnage se fait facilement. Pout résumer, en gros, il se passe rien d’extraordinaire, mais les personnages sont si charmants qu’on ne peut pas s’empêcher de s’enfiler tous les épisodes à la suite. On dirait moi, l’été, avec un pot Chocolate Fudge Brownie de Ben & Jerry.

Rire ou pleurer, pourquoi choisir quand les deux sont possibles ?

Surtout, Ricky Gervais ressort l’excellente formule de sa précédente série (même si le format documenteur passe à la trappe – enfin presque), Derek. Sa recette ? Un mélange d’humour, parfois noir, et d’émotion. J’ai beaucoup ri devant After Life et j’ai souvent été ému.

Par contre, rien ne m’avait préparé à l’épisode final où j’ai pris un torrent de rire et de larme dans la tronche et ce, à partir de cinq minutes (j’ai flippé quand j’ai vu qu’il en restait presque trente, derrière). Il n’y a que Ricky Gervais pour réussir à me faire pleurer, mais quand je dis pleurer, je ne déconne pas, j’étais en larmes (quand je me suis regardé dans le miroir après, j’avais les yeux rouges bien comme il faut), et rire en même temps.

Un incroyable tour de force sublimé par un plan final d’une putain de beauté. La simplicité de ce dernier le rend incroyablement efficace.

Par en train de s’essuyer les yeux avec de l’eau froide.

Conclusion

Encore un tour de force signé Ricky Gervais. Le génie britannique de la comédie livre avec After Life ce qui est probablement sa meilleure série. Une fable humaniste capable de faire rire et d’émouvoir. Parfois, les deux en même temps comme en témoigne le magnifique dernier épisode. Bref, indispensable.

+

  • À la fois drôle et émouvant
  • Galerie de personnages
  • Pas d’intrigue à rebondissement
  • Ce dernier épisode, bordel, j’étais pas prêt
  • Belle leçon de vie

  • J’aurais aimé passer plus de temps aux côtés de ces personnages
9/10
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pin It on Pinterest