Les chroniques de Coolson : Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin (1986)

Dans l’une de mes précédentes chroniques, je vous parlais de “cinéma de genre”. Mais késseussé me direz-vous ? Et bien, on appelle le cinéma de genre un type de cinéma, souvent d’horreur, qui par sa nature, s’oppose au cinéma grand public. Certains réalisateurs en ont même fait une carrière, Wes Craven (Scream, Les Griffes de la Nuit), Tobe Hooper (Massacre à la Tronçonneuse, Poltergeist) ou bien encore John Carpenter, l’un de mes cinéastes et compositeur préféré qui a carrément inventé un style, excusez du peu ! Alors, on prend sa casquette trucker, son flinguo et son camtar.

Aujourd’hui, c’est Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin !

Côte de porc express

Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin est un film américain sorti le 2 juillet 1986 aux USA et le 3 septembre de la même année aux pays de Lagaf. C’est un film assez compliqué à pitcher, je vais donc créer le mien : « Jack Burton, un routier qui tient un blog feel good en direct de la Cebe de son camion accompagne son ami Wang Chi à l’aéroport pour récupérer sa fiancée. Elle est enlevée sous leurs yeux par une secte/mafia asiatique. Ils poursuivent les malandrins jusqu’à Chinatown et se retrouvent pris au beau milieu d’un combat entre 2 factions de moines/ninjas. Ils sont interrompus par l’arrivée de guerrier de Mortal Kombat. Ils retrouvent la trace de la jeune fille dans un palais sorti tout droit de Tomb Raider/Double Dragon. Ils se battent contre des trolls, des monstres façon Doom, le tout sur fond de légendes asiatiques. ». J’en oublie probablement, mais l’idée générale est là.

Jack Burton est incarné par Kurt Russell, qui a joué dans une quantité astronomique de bons films. Il incarne notamment Ego dans Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2, joue dans l’excellent Les Huit Salopards également, aura inspiré la création de Solid Snake dans Metal Gear Solid avec son rôle de Snake Plissken dans New York 1997 et mérite une bien plus grande reconnaissance selon moi. 

John Carpenter = Brute

Le film est réalisé par John Carpenter, un de mes réalisateurs préférés qui a inventé le style “slasher” avec Halloween, réussi à nous faire peur avec une voiture démoniaque dans Christine, nous a prouvé l’utilité des lunettes de soleil dans Invasion Los Angeles. Il est également scénariste et compositeur de ses films, et je ne peux que vous conseiller de regarder l’intégralité de ses films dans l’ordre et d’écouter l’intégralité de ses bandes originales dans l’ordre. Cet homme est un génie, le monde doit le savoir !

Avec Jack Burton, il sort de ses habitudes et réalise une comédie d’action qui emprunte à tout ce qui faisait les années 80. La musique, l’ambiance globale, les jeux vidéos, les buddy movies. Mais aussi aux vieux films d’aventures des années 50 via les légendes asiatiques et la jeune fille en détresse. On retrouvera également ce genre de références plus récemment dans des films comme La Momie de Stephen Sommers ou les séries de jeux vidéo Uncharted ou Tomb Raider. On notera aussi sa propension à créer des personnages féminins forts n’attendant pas bêtement de se faire sauver par le héros.

Alors c’est valable ?

Si vous vous intéressez au cinéma, intéressez vous à John Carpenter. Si vous aimez la musique, plus particulièrement la mode synthwave (Carpenter Brut, Perturbator, Meteor, Dance With The Dead…), intéressez vous à John Carpenter. Le film fut un échec au box office, mais heureusement, il a obtenu son statut d’œuvre culte à sa sortie en VHS. Vous pouvez le regarder les yeux fermés, et d’ailleurs, vous pouvez regarder la filmographie de John Carpenter les yeux fermés ! Ça va être chiant de la regarder avec les yeux fermés, mais elle est tout aussi agréable à écouter.

Pin It on Pinterest