Les chroniques de Coolson : H2G2 : Le Guide du voyageur galactique (2005)

42. Voici venu le temps de notre 42ème rencard. 42 fois que l’on prend un petit moment ensemble le samedi au saut du lit, le cheveu gras, l’haleine en berne et l’œil jaune vif. Le temps de la baise étant passé depuis bien longtemps maintenant, voici venu le temps de se poser de vraies questions.

Pourquoi ? Pourquoi mettre un dessus-de-lit ? Pourquoi porter une paire de lunettes de soleil et une casquette à l’envers ? Pourquoi continuer à lire cette chronique qui ressemble de plus en plus à un S.O.S. d’un Terrien en détresse ? Pourquoi ? POURQUOI ? WHY ? PORQUE ? Et beh 42… Voilà, comme ça, tout de go, brut de pomme, je vous le dis mes p’tits potes, 42. Alors, on fait sa valise, on prend son peignoir et surtout, on n’oublie pas sa serviette de toilette.

Aujourd’hui, c’est H2G2 : Le Guide du voyageur galactique.

Nous vivons dans une galaxie dangereuse… Tu auras besoin de ta serviette.

H2G2 : Le Guide du voyageur galactique est un film américano-britannique sorti le 28 avril 2005 aux Américano Britannique et le 17 août (bon anniversaire marraine) de la même année au pays d’Igor et Grichka Bogdanoff. Le film nous conte les aventures que j’oserais qualifier de rocambolesque d’Arthur Dent qui, tout comme Bilbo avant son voyage inattendu, se fait violemment sortir de son petit-déjeuner. Décidément, il a pas de bol suissi. Et il a encore moins de bol quand Ford Prefect, son meilleur ami, extra-terrestre auto stoppeur, lui apprend que la terre va être détruite pour laisser place à une voie express hyper spatiale. Et ce, malgré la mise en garde des dauphins, mal interprétée par les humains. Ces derniers décideront de quitter la terre par leurs propres moyens, en laissant, en guise d’épitaphe : « Salut, et merci encore pour le poisson ! ».

Au vu de la tripotée d’acteurs talentueux, je vous propose une liste exhaustive et non-participative ayant pour dénominateur commun les comédiens gravitant autour de ce projet cinématographique déterminé par un tiret quart de cadratin : une liste avec des tirets !!!

  • Martin « putain de » Freeman : plusieurs raisons de l’aimer. C’est Bilbo jeune, puisque Bilbo, c’est Ian Holmes. Mais c’est également Watson dans ce qui reste probablement la meilleure adaptation de Sherlock. Également Everett Ross dans le MCU. Il passe sa vie à faire des fuck. Pour tout ça, on l’aime !
  • Mos « putain de » Def : désormais connu en tant que Yasiin Bey. Acteur avant d’être rappeur, c’est pourtant comme ça qu’il se fera connaître. Quelques petits films sympas, des albums sympas tout autant, mais surtout, l’ovni, mais incroyablement attachant Soyez sympas, rembobinez (2008) de Michel Gondry. À découvrir si ce n’est pas le cas.
  • Sam « putain de » Rockwell : un acteur sous-estimé selon moi, que l’on devrait voir bien plus souvent et surtout être bien plus récompensé. C’est le très mal utilisé Justin Hammer du MCU, mais au-delà de ça, c’est surtout un excellent acteur. Moon (2009) ou encore Confessions d’un homme dangereux (2002) sont des must see.
  • Zooey « putain de » Deschanel : la girl de New Girl, devenue un mème hilarant depuis quelque temps. Fun Fact, elle et sa sœur Emily sont les arrière-petites-filles de Paul Deschanel, chef de l’état Français dans les années 20. Président démissionnaire et connu pour être tombé d’un train de nuit pendant son septennat.
  • Cette liste est en train de devenir bien trop longue et comme je veux tous les énumérer, je vais vous demander de cliquer ICI pour lancer le thème des Oscars et imaginer ma voix ténébreuse vous égrener les noms que je n’ai plus le temps de citer : Bill « Davy Jones » Nighy, Warwick « Willow » Davis, Alan « Hans Grüber » Rickman, Helen « Madame » Mirren, Stephen « Mycroft » Fry, John « John Malkovich » Malkovich, Richard « Oncle Vernon » Griffiths, Bill « Manny » Bailey, Jason « Fils de Talia Shire, neveu de Francis Ford Coppola et cousin de Nicolas Cage » Schwartzmann ou encore Edgar « Trilogie du Cornetto » Wright. Des pointures de cerise sur le haut du gratin.

Le temps est une illusion. Et l’heure du déjeuner est une double illusion.

Le film est mis en scène par Garth Jennings. Connu essentiellement pour H2G2, il a récemment réalisé Tous en Scène 2. Mais il a une carrière longue comme le bras, que ce soit comme scénariste, producteur ou encore écrivain. Il a également mis en scène pas mal de clips pour des artistes tel que Blur, R.E.M., Beck ou encore le clip incroyable de Right Here, Right Now de Fatboy Slim. Matez-le immédiatement si vous ne l’avez pas vu. Allez-y, je vous attends.

Alors, c’est valable ?

Je vous entends d’ici… Dis donc Coolson, immonde petit tas de saindoux fumant, n’es-tu donc pas censé nous parler uniquement de film dit « vintage », afin de faire vibrer notre petite corde nostalgique de jeune vieux, alors que le dit film qui nous intéresse ce jour date lui de 2005 ? N’es-tu donc qu’un immonde connard prétentieux sans la moindre forme de talent artistique ? Et je vous répondrais 3 choses :

Premièrement : oui, H2G2, c’est putain de valable, si tant est que l’on adhère à l’humour absurde à l’anglaise. C’est débile, mais vraiment. Par contre, c’est drôle sa race. Les acteurs sont tous d’excellents acteurs et mettent l’intégralité de leurs talents à vous faire rire. C’est sympa !

Deuxièmement : oui, je ne suis qu’un immonde connard prétentieux sans la moindre forme de talent artistique ! Mais pas de bol, Marvelll m’a donné une tribune pour un rdv hebdomadaire qui devrait clairement s’appeler les élucubrations de Coolson [Note de Marvelll : je confirme, mon petit tas de saindoux fumant a acquis la légitimité de chroniquer ce qu’il veut].

Et enfin, troisièmement : 42.

Bisous.

Pin It on Pinterest