Critique : The Program

Affiche du film The Program réalisé par Stephen Frears
Comment Lance est devenu Armstrong ?

Fiche

D’après le livre de David Walsh, Seven Deadly Sins: My Pursuit of Lance Armstrong
Titre:The Program
Réalisateur(s):Stephen Frears
Scénariste(s):John Hodge
Acteurs:Ben Foster, Chris O’Dowd, Jesse Plemons, Lee Pace, Dustin Hoffman, Guillaume Canet
Titre original:Date de sortie:16 / 09 / 2015
Pays:Royaume-Uni, FranceBudget:
Genre:Biopic, Drame, SportDurée:1h 44

Découvrez toute la vérité sur le plus grand scandale de l’Histoire du sport : le démantèlement du programme de dopage qui a fait de Lance Armstrong une légende. De la gloire à l’humiliation, The Program retrace le parcours de la star du Tour de France. Véritable thriller, le film nous plonge au cœur de la folle enquête qui a conduit à sa chute.

Photo du film The Program réalisé par Stephen Frears avec Ben Foster

Quand Lance gagnait, il riait jaune.

Critique

Qui n’a pas entendu parler de l’affaire Armstrong ? Pas grand-monde sans doute, vu le scandale. Mais qui connaît vraiment les dessous de l’affaire ? Pas grand-monde sans doute, à part les passionnés. The Program permet de pallier à ce manque.

Le biopic couvre la carrière sportive de Lance Armstrong (et uniquement celle-ci, les passages sur sa vie privée se comptent des doigts d’une main), depuis sa découverte du dopage dans le cyclisme jusqu’à la chute. En livrant l’affaire chronologiquement, The Program permet de suivre toutes les étapes de ce fameux programme, celui du titre. Un programme de dopage vraiment surprenant. La vigueur que mettent Lance Armstrong et son équipe pour tricher à chaque contrôle anti-dopage a de quoi forcer le respect. Un respect évidemment mesuré, car il s’accompagne d’un réel dégout.

Un ange déchu pour incarner Lance

L’ancien X-Men, Ben Foster, incarne Lance Armstrong. Au premier abord, la ressemblance n’est pas flagrante, surtout de face, l’énorme crâne rond de l’acteur ne collant pas vraiment au visage longiligne d’Armstrong. Néanmoins, de profil, la ressemblance est parfois surprenante. Pour ma part, n’aimant pas le vélo à la télé, je ne saurais dire si Foster a livré une performance d’imitation physique remarquable lors des passages de cyclisme. Néanmoins, il fait fort lors des scènes dramatiques, nous permettant de découvrir tout l’ego du sportif déchu de ses titres. Un ego impressionnant, d’autant plus en connaissant le mensonge sur lequel il est bâti. Le plus épatant, c’est de voir comment Lance Armstrong réussit à se défaire de ses ennemis en jouant sur son histoire et sa notoriété.

Dans son entourage, on découvre un joli casting comme Chris O’Dowd qui m’a bien épaté ne le connaissant que pour la série comique The IT Crowd ou encore, Guillaume Canet. J’avoue que ce dernier m’a bien fait rire. Il est tellement dans l’exubérance avec son maquillage et son jeu que je ne pouvais pas m’empêcher de sourire en le voyant à l’écran. Mais attention, un sourire de sympathie.

Après pour moi, le film souffre d’un défaut. Si on a le point de vue de David Walsh, le journaliste incarné par Chris O’Dowd qui a écrit le livre dont s’est inspiré le film, on n’a aucunement celle de Lance Armstrong. Or l’idéal aurait été de pouvoir bénéficier des deux, car malgré la belle prestation de Ben Foster, il souffle un vent de superficialité dans son Lance Armstrong. Une superficialité qu’on pourrait étendre de façon générale.

Par Christophe Menat, le , en direct depuis la seringue de Guillaume Canet.

Photo du film The Program réalisé par Stephen Frears avec Guillaume Canet.

« Marion, c’est l’heure du Botox. »

Conclusion

The Program est un passionnant biopic livrant les dessous du programme de dopage qui a permis à Lance Armstrong d’accéder à la postérité. Seulement, le long-métrage de Stephen Frears reste un poil superficiel concernant son Lance Armstrong. La faute à un point de vue extérieur.

+

  • La prestation de Ben Foster
  • Un sujet passionnant
  • La tagline « Il avait la victoire dans le sang »

  • La superficialité du Lance du film
7/10
Publicités
A propos de l'auteur : (3045 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter ou Facebook.