Critique : Little Big Soldier – La Guerre des Maitres

Le petit soldat et le prisonnier

Fiche

Réalisateur(s): Sheng Ding (Ying han)
Scénariste(s): Jackie Chan
Acteurs: Jackie Chan (Karaté Kid), Lee-Hom Wang, Yoo Seung-jun, Xiao Dong Mei, Lin Peng, Yu Rongguang, Lou Ken, Wang Baoqiang
Titre original: Da bing xiao jiang
Pays: Chine, Hong Kong Date de sortie: 24 avril 2012 (Direct to Video)
Genre: Action, Aventure, Comédie Durée: 1h32
Un vieux soldat kidnappe un jeune général d’un état ennemi et l’embarque dans un long voyage pour récupérer la rançon.

Critique

Jackie Chan, il est toujours aussi gourmand et généreux pour tourner des films. On fait la liste de ceux du côté d’Hollywood ? The Karate Kid (sympa mais le petit Smith est trop tête à claque), Kung Fu Nanny (je crois que le titre a tout dit), Rush Hour 3 (bon, j’adore son duo avec Tucker donc même si le film était daubé, j’aimerais quand même), Le Royaume Interdit (le crossover avec Jet Li, on y croyait et on n’a rien eu), Le tour du monde en 80 jours (Jackie chez Jules Verne, faillait pas oser). Bon j’arrête la liste là parce que là je suis arrivé en 2004. En regardant sa filmographie complète, on voit qu’il a fait quelques long-métrages en Chine mais aucuns n’ont traversé la Russie (encore un complot du KGB?). De toute façon, ils n’ont pas l’air géniaux mis à part San suk si gin.

Bref, je cite des noms de films et je n’ai toujours pas commencé la critique du film qui nous intéresse. En fait, je voulais faire une introduction en disant que Jackie Chan ne fait plus que de la merde mais lorsque j’ai lu sa filmographie sur Imdb, je me suis retrouvé coincé parce qu’il n’a pas fait que de la merde mais par pur hasard de calendrier (vous savez les films chinois sortent dans le désordre en France, la preuve Little Big Soldier est sorti le 14 février 2010 en Chine et seulement cet avril chez nous, ça fait quand même deux ans et entre temps on a pu voir The Karate Kid sorti en août 2010 chez nous), on a eu des films pas terribles avec lui à la chaine.

Bon ! Je continue à repartir en vrille donc rebref, avec Little Big Soldier, Jackie Chan signe un peu son retour aux sources, aux films qui avaient fait sa réputation. A savoir avec une bonne histoire qui n’implique pas des gosses au cerveau à moitié gâté pourri par le fric… Quoi Will ? Non, je ne parle pas de ton fils. C’est toi qui en parle. J’ai dit des noms ? Hein ? Non… C’est bon, il s’est barré…. évidemment que je parle de son chiard. Comment ça je suis un lâche ? Non mais attends, te barre pas. T’as vu ses biscottes ? Il n’a pas fait Ali pour rien. T’as vu sa femme dans Matrix ? T’as vu ses gardes du corps ? J’aimerais bien t’y voir à ma place.

Purée, ce n’est pas possible, je ne sais pas ce qui m’arrive, je n’arrive pas à rester dans le chemin de la critique en bonne due et forme. Rerebref, Little Big Soldier signe le retour de notre Jackichou. Il refait des cascades complètement délirants, à peine gêné par son âge. On suit avec délice les scènes d’actions en se demandant comment il va bien pouvoir se sortir de telle ou telle situation. C’est bien pêchu, bien rythmé, bien filmé, on s’éclate.

De toute façon, rarement les films de Jackie Chan foirent cette partie même ses plus grosses daubes, c’est ça la magie Chan. Mais là, Little Big Soldier offre en plus une histoire intéressante, simple et efficace, signé par Jackie Chan, je ne lui connaissais pas des talents de scénaristes. Décidément, le gars sait tout faire. En gros, c’est l’histoire d’un mec qui va à la guerre et use des talents de roublard pour ne pas passer l’arme à gauche. Ce mec, en fait, il ne rêve que d’une petite terre à cultiver pour perpétuer la tradition familiale. Mais bon la guerre tout ça, il se retrouve enrôlé de force et après un massacre (des deux côtés), il met la main sur le général ennemi, et vivant avec ça. Trop content, le mec, il le ramène chez lui pour en récupérer des petits lopins de terre en récompense de cette capture et c’est parti pour un road movie…

Un road movie classique avec deux gars que tout oppose, le camp, les origines, l’âge, le mode de vie, les espoirs. Bien sûr au début, ils s’arrachent la gueule et à la fin, ils s’aiment. C’est du tout classique mais c’est bien écrit, drôle et les gars y vont à fond. On finit par s’attacher au destin de ce petit soldat qui deviendra grand avec un final à la hauteur. Ce genre de final capable de vous faire mettre 7 à un film qui méritait 6 jusque-là. En plus, les décors sont superbes.

Les fans de Jackie Chan seront aux anges car ils verront un de ses films les plus maîtrisés depuis un moment avec tout ce qu’ils aiment, de l’action loufoque, de l’humour facétieux, une histoire touchante avec une belle réflexion sur la vie (faut-il y voir une remise au point du père Chan ?) avec une morale digne de Gargantua sur la cruauté de la guerre et la dévastation inutile qu’elle amène. Little Big Soldier, c’est un film à l’image de son héros, un petit film qui deviendra grand à la fin. Le genre auquel on prend plaisir à savourer et non pas à dévorer comme un goinfre.

Conclusion

Le grand retour de Jackie Chan! Ce film nous permet de retrouver le Jackie qu’on aimait, celui capable de nous livrer une histoire simple, drôle et émouvante avec ces cascades tellement typiques du grand bonhomme. Jackie Chan 57 ans et toujours vivant!
+ – Jackie Chan en pleine forme
– road movie simpliste et efficace
– l’humour
– les cascades
– film trop classique pour mériter une note supérieure
Trophée7/10

Little Big Soldier La Guerre des Maitres affiche france

Pin It on Pinterest