Critique : Fargo – Saison 1

Poster de la première saison de la série Fargo créée par Noah Hawley
Les Coen en série

Fiche

D’après le film Fargo des frères Coen
Titre:
Fargo
Créateur(s):Noah Hawley
Acteurs:Martin Freeman, Billy Bob Thornton, Allison Tolman, Colin Hanks
Acteurs récurrents:Bob Odenkirk, Keith Carradine, Joey King, Kate Walsh, Adam Goldberg, Russell Harvard, Oliver Platt, Glenn Howerton
Titre original:Saison:1
Pays:États-UnisNombre d’épisodes:10
Genre:Comédie, Drame, Policier, ThrillerFormat:53 mn
Diffusion d’origine:15 avril 2014Chaîne:FX

« Lorne Malvo », tueur à gages et manipulateur hors-pair, verse le sang sur son passage. Notamment dans une petite ville du Minnesota, en émoi suite à quelques cadavres laissés ici et là. Très futée, l’adjointe Molly Solverson mène son enquête. Parviendra-t-elle à faire éclater la vérité ?

Photo de la première saison de la série Fargo avec Martin Freeman
« C’est par là, la Montagne Solitaire ? »

Critique

À la base, Fargo, c’est le sixième film des frères Coen. Un truc culte sorti en 1996. Maintenant, c’est cette série avec un casting à faire pâlir plus d’un film. Bien évidemment, à l’annonce du projet, on s’attendait à un remake du film en plus long (dix épisodes d’une heure obligent), mais pas du tout, il s’agit d’une histoire originale ayant pour optique de conserver l’ambiance et le style du film des frères Coen. Ces derniers sont même producteurs exécutifs sur la série, une jolie caution qualité.

Le créateur de la série, c’est un bonhomme qui lève le doigt lorsque la prof dit : « Noah Hawley ». Ce dernier s’est distingué en tant que scénariste sur Bones, la série policière avec l’ancien vampire préféré de Joss Whedon. Bon, vu comme ça, sa filmographie n’inspire pas confiance, mais là, il m’a bluffé. Le premier épisode de Fargo peut être considéré comme le meilleur premier épisode toutes séries confondues. Au point que ça pourrait même faire l’objet d’un film à part entière. C’est rare pour moi d’accrocher aussi vite. Normalement, il y a toujours des points à critiquer, mais là, j’étais juste soufflé. Je n’avais envie que d’une chose : voir la suite, et vite !

Fargo la série est donc un spin-off (si on peut dire ça) du film Fargo tout en faisant quelques clins d’œil aux fans des deux frères (et dont l’un n’est pas devenu une sœur) comme avec ce tueur semblant sortir de No Country for Old Men ou ce prof de fitness, clone de celui incarné par Brad Pitt dans Burn After Reading. On retrouve principalement l’humour des Coen. Cet humour noir si particulier est parfaitement exécuté tout au long de la saison (à l’exception d’un seul épisode que j’ai trouvé ennuyant).

Fargo réussit merveilleusement à reproduire la touche des frères Coen durant dix épisodes.

Si ça marche aussi bien, c’est surtout grâce aux performances exceptionnelles des acteurs. Billy Bob Thornton est délicieux en tueur à gages sadique (il affiche une coiffure ridicule comme son collègue de No Country for Old Men et il manipule comme personne son entourage), Colin Hanks (s’il continue comme ça, bientôt on ne dira plus de lui « fils de ») est impeccable, Allison Tolman apporte cette touche de féminité attendrissante et est le symbole de la ténacité policière, Bob « Better Call Saul » Odenkirk est hilarant en policier dépassé par les évènements, Keith Carradine ne change pas de jeu (pourquoi le faire avec une main gagnante), mais est toujours aussi charismatique, Kate Walsh et ses jambes interminables est vraiment hot en ancienne strip-teaseuse, le duo Adam Goldberg et Russell Harvard (qui incarne un sourd parlant uniquement en langage des signes, génial !) est fascinant et on termine en citant la jeune Joey King qu’on a vue dans White House Down et Conjuring : Les dossiers Warren.

Non, ne vous inquiétez pas, je n’ai pas oublié la star du show : le hobbit Martin Freeman. C’est juste que sa performance est telle qu’il mérite un paragraphe pour lui tout seul. Le gars, il n’a pas un rôle facile. Son personnage étant une sale petite fouine qui se démène pour survivre quitte à mettre les autres dans la merde. Mais l’acteur réussit toujours à garder un capital sympathie très élevé tout au long de la saison. Ça joue beaucoup sur la réussite de la série, car on est totalement fasciné par le personnage (au lieu d’en être agacé). Après, j’ai du mal à savoir si c’est le talent de l’acteur qui fait ça ou sa filmographie (Le Hobbit, Sherlock), mais quelle performance du Freeman blanc.

L’autre claque de Fargo, c’est sa réalisation. Les différents réalisateurs qui sont passés derrière la caméra jouent beaucoup sur le style. J’ai en mémoire cette fabuleuse séquence du massacre de Fargo. Alors qu’on pouvait s’attendre à un truc à la Terminator (la fameuse scène du commissariat qui suit le « I’ll be back ! »), c’est détourné d’une manière astucieuse. Un coup de cœur aussi pour le générique (revisité à chaque épisode) très classique mais magnifique avec son « This is a true story » (« Ceci est une histoire vraie »).

Pour info, Fargo est une série d’anthologies, donc l’histoire développée dans cette première saison s’arrête à la fin. La deuxième saison (déjà confirmée) va se consacrer à de nouveaux personnages. Ce qui n’est pas plus mal que ça, car ça a permis d’avoir une saison de haute volée et sans temps mort (à l’exception d’un épisode). Il se passe tellement de trucs dans Fargo qu’à chaque fois, je me suis demandé ce qu’ils allaient bien pouvoir nous inventer pour le prochain épisode, et à chaque fois, ils m’ont bluffé.

Par Christophe Menat, le .

Photo de la première saison de la série Fargo créée par Noah Hawley avec Billy Bob Thornton
Le frère d’Anton Chigurh

Conclusion

Après True Detective, voici une nouvelle série d’anthologies et une nouvelle réussite totale ! Imaginez le meilleur des frères Coen dans une série. C’est cela, Fargo.

+– Humour noir génial
– Acteurs au top
– Pas mal de suspense
– Réalisation inspirée
– Imprévisible
– Un épisode décevant
Trophée9/10

Pin It on Pinterest