Critique : Entourage le film

Affiche française du film Entourage écrit et réalisé par Doug Ellin avec Adrian Grenier, Kevin Connolly, Jerry Ferrara, Kevin Dillon et Jeremy Piven
La vraie conclusion de la série

Fiche

Titre:Entourage
Réalisateur(s):Doug Ellin
Scénariste(s):Doug Ellin
Acteurs:Adrian Grenier, Kevin Connolly, Kevin Dillon, Jerry Ferrara, Jeremy Piven, Emmanuelle Chriqui, Perrey Reeves, Rex Lee, Debi Mazar, Rhys Coiro, Constance Zimmer, Haley Joel Osment, Ronda Rousey, Alan Dale, Billy Bob Thornton
Titre original:Date de sortie:24 / 06 / 2015
Pays:États-UnisBudget:
Genre:ComédieDurée:1h 44

Star hollywoodienne, Vincent Chase et ses potes, Eric, Turtle et Johnny, sont de nouveau dans la course, et en pleine négociation avec Ari Gold, ancien agent devenu patron de studio. Si leurs ambitions ont un peu évolué, les liens qui les unissent sont toujours aussi forts. Tant mieux car ils vont devoir se frayer un chemin dans le monde impitoyable d’Hollywood…

Photo du film Entourage écrit et réalisé par Doug Ellin avec Jerry Ferrara
« Nan, mais t’étais très sexy dans Fast & Furious 7 et en plus, t’étais vachement crédible… Euh… C’est bon, je peux sortir ? »

Critique

Attendu comme le messie par les fans de la série, le film Entourage était prévu dès la fin de la série. Elle était même considéré par le créateur de la série comme la vraie conclusion de son œuvre. Il faut dire que le final du show nous laissait avec pas mal de questions en suspens. Malgré tout, le projet a mis très longtemps à se faire et, à un moment donné, on a même cru qu’il était mort. Au final, je suis épaté de voir ce film sortir dans nos salles vu que la série est passée pratiquement inaperçue en France.

Première question, est-ce que le film vaut le coup pour ceux n’ayant pas vu la série ? C’est un non définitif. Aucun intérêt. C’est à peine s’il y a une scène (celle avec Piers Morgan) pour expliquer le contexte de la série et encore, elle se contente d’expliquer le strict minimum. En même temps, faut y aller pour résumer les 8 saisons diffusées sur HBO.

Attention, film réservé à ceux ayant suivi la série

Par contre, pour les fans, ça vaut vraiment le coup. Déjà, je ne vous dis pas la nostalgie qui s’est emparée de moi en revoyant tous les personnages (que ce soit les principaux ou les secondaires). C’est un peu comme une réunion d’anciens camarades de classe : « Hé, qu’est-ce que tu deviens, toi ? », « Mais, t’étais pas gros à l’époque ? ». De plus, Entourage ne s’attache jamais à développer les principaux protagonistes étant donné qu’ils l’ont déjà été. On les connaît. Ce sont des vieux amis. Franchement, comment oublier Vince, E, Drama, Turtle et ce diable d’Ari Gold ?

Pour le reste, on (nous, les fans) n’est pas dépaysés. Le film sonne comme plusieurs épisodes de la série montés ensemble. Entourage le film est une réussite dans le sens où il ne renie pas ce qui a fait le succès de la série. Il n’essaie pas non plus de l’adapter pour en faire un film fonctionnant comme un stand alone. En bref, on a droit à l’épisode final de la série avec une brochette monstrueuse de guest stars dont une Ronda Rousey étonnamment convaincante (elle me trouble cette femme, elle est masculine, mais reste très sexy), de répliques mémorables (merci Ari Gold !) et cet univers hollywoodien. Un univers qui n’est pas embelli. C’est un panier de crabes où la qualité artistique d’un film n’est pas forcément la première priorité et c’est représenté comme tel.

Des retrouvailles difficiles

Je ne vous cache qu’il m’a fallu un petit moment pour me remettre dans le bain. Faut dire que ça fait presque 4 ans que la série s’est arrêtée et je n’ai pas eu le temps de me la refaire (par contre, actuellement, j’en suis à deux doigts – faut dire que ça se mange sans faim et très vite). En plus, le film commence une semaine après le dernier épisode de la série avant d’enchaîner huit mois plus tard. Mais une fois que j’étais lancé, je me suis éclaté comme un petit fou et je me suis bien marré. Par contre, j’ai été un peu déçu par l’intrigue très simpliste incarnée par un Haley Joel Osment sans sixième sens, mais diabolique. D’un autre côté, je me dis que la série n’a jamais volé haut non plus sur ce point. Ce n’était pas son intrigue qui faisait sa force, mais justement sa presque absence. Entourage, c’était la découverte de l’envers d’Hollywood avec son lot de manipulations, de politiques et de… fêtes. Le tout avec un gang d’amis inoubliables et beaucoup d’humour.

Par Christophe Menat, le , en direct depuis Hollywood.

Photo du film Entourage écrit et réalisé par Doug Ellin avec Jerry Ferrara
– Ari, j’ai un gros problème dans ma vie…
– Attends, je sais ce que tu vas me dire. Tu vois des morts ?
– Allez, c’est bon. J’en ai ras le cul. Je vais me suicider.

Conclusion

Uniquement destiné aux fans, Entourage le film est pratiquement un OVNI dans le sens où il n’est pas une adaptation cinématographique de la série, mais sa conclusion. En bref, Doug Ellin a accompli sa promesse. Par contre, un deuxième film est déjà évoqué, mais j’ai du mal à en voir l’intérêt, car tout s’achève merveilleusement. J’espère qu’ils ne vont pas refaire l’énorme connerie du deuxième film Sex and the City, un des pires films que j’ai vu.

+

  • Retrouver la bande après toutes ces années
  • Enfin une conclusion pour la série
  • Ari Gold, toujours aussi grossier
  • Sonne comme un series finale

  • Aucun intérêt pour ceux n’ayant pas vu la série
  • Intrigue simpliste
Trophée8/10

Pin It on Pinterest