Critique : Circles

La vie est un cercle

Fiche

Titre:Circles
Réalisateur(s):Srdan Golubovic
Scénariste(s):Srdjan Koljevic, Melina Pota Koljevic
Acteurs:Aleksandar Bercek, Leon Lucev, Nebojsa Glogovac, Hristina Popovic
Titre original:KrugoviDate de sortie:9 juillet 2014
Pays:Serbie, Croatie, Slovénie, France, AllemagneBudget:
Genre:DrameDurée:1h 52

Marko, un soldat serbe, sauve Haris, un petit vendeur de cigarettes, des mauvais traitements de trois autres soldats et paye ce geste de sa vie. Dix ans plus tard, le hasard fait irruption auprès des proches de Marko et de Haris et leur rappelle que cette tragédie est loin d’être terminée…

Circles Photo
« Hé, les militaires, je vous vends cet homme. Presque neuf, peu servi… Ouais, il a quelques rayures, mais c’est le transport et tout. Allez, je lance les enchères, 50 euros. »

Critique

Dans son titre, le film de Srdan Golubović y trouve son essence. A priori, peu clair au départ (sommes-nous devant le spin-off du Cube de Vincenzo Natali ?), il est expliqué lors d’un dialogue où il est fait une très belle comparaison avec une pierre qui coule dans l’eau, provoquant alors des cercles qui impactent la quiétude du miroir naturel. Cette métaphore est transposée chez l’Homme où l’eau devient sa destinée. Une sorte d’effet papillon sans avoir besoin d’aller prendre un billet d’avion pour Tokyo afin d’en observer les conséquences.

Le film commence intelligemment sur un fait divers (un soldat intervient lors d’un passage à tabac d’un civil par d’autres militaires en pleine guerre), en prenant le soin de présenter les personnages dont les destinées seront impactées, avant de véritablement commencer 15 ans plus tard. Le fait divers ayant été coupé avant son dénouement (qui ne sera présenté que lors du climax – fort émouvant en passant), un léger doute plane. Finalement, à l’aide d’indices intelligemment parsemés à droite et à gauche, on finit par reconstituer l’action (même si un piège est posé).

Juste une histoire d’hommes et de femmes apprenant à vivre/survivre.

J’ai bien aimé le côté mystérieux, car il force à scruter les personnages afin de comprendre leurs motivations et leurs états d’esprit. Servi par des bons acteurs (jouant tout en retenue), j’ai suivi le film sans déplaisir et en ait retiré quelques réflexions sur le deuil et le pardon. J’ai aussi apprécié le fait que même si des personnages sont monstrueux, ils ne sont pas les seuls à être exempts de reproches. Malgré tout, le niveau des différentes histoires est loin d’être équilibré, celle de la femme est moyennement satisfaisante. Néanmoins, celle du père du défunt et du fils de l’assassin permet de contrebalancer. L’intrigue a aussi un peu de mal à avancer et peut se révéler redondante, car il faut tout de même dire qu’il ne se passe pas grand-chose au final. Juste des hommes et des femmes qui apprennent à vivre/survivre.

Circles Photo
« Un an que j’essaie de faire mon arche et tout ce que j’ai réussi, c’est foutre une planche par terre… Bon, c’est décidé, je vais aller voir Aronofsky. »

Conclusion

Circles est un film à la force tranquille. D’un fait divers, il en étudie les conséquences des années plus tard avec pour sujet : « les bonnes actions sont-elles toujours récompensées ? ».

+– Étudier les conséquences d’une action
– Un contexte rafraîchissant
– Le climax
– Rien de marquant
6/10
Circles Poster
Poster

Pin It on Pinterest