Overlord : la bande-annonce VF et VOST qui arrache la gueule

Photo du film Overlord réalisé par Julius Avery, d’après un scénario de Billy Ray et Mark L. Smith, avec Pilou Asbæk

Éloignez les gosses

Des fois, tu reçois une notification pour une bande-annonce, le titre te fait dire « c’est quoi, ce truc ? » (parce que « over » et « lord » ensemble, ça pète la classe un peu) au point de la lancer et là, tu te prends une grosse rouste. En plus, quand t’es pas prêt, ça fait mal.

Bande-annonce VF

Bande-annonce VOST

Ils aiment bien les expériences interdites, les nazis, quand même

L’idée de mélanger Seconde Guerre mondiale et horreur ne date pas d’hier (par exemple, Le Commando des morts-vivants ou Dead Snow). Néanmoins, pour le coup, on peut dire que la nouvelle production de J.J. Abrams via sa société Bad Robot est généreuse et envoie du lourd. Il y a aussi un petit air pas dégueulasse du tout de The Thing (ce magnifique visage à moitié arraché de Pilou Asbæk) avec un peu de Predator (ça défouraille, quoi).

À la réalisation, on retrouve Julius « Son of a Gun » Avery et au scénario, Billy « Captain Phillips » Ray et Mark L. « The Revenant » Smith. Notons la présence au casting de Iain « Leo Fitz » De Caestecker.

Bref, cette semaine de Comic-Con ne fait que commencer.


Overlord est prévu en France pour le 21 novembre 2018.

Réalisé par Julius Avery, d’après un scénario de Billy Ray et Mark L. Smith, avec Jovan Adepo, Jacob Anderson, Iain De Caestecker, John Magaro, Wyatt Russell, Bokeem Woodbine et Pilou Asbæk.

2 réflexions au sujet de “Overlord : la bande-annonce VF et VOST qui arrache la gueule”

  1. Ca à l’air bien sympa, même si j’ai peur que ce soit un peu classique.

    Par contre, même si j’adore Hells Bells et la fabrication d’Ubermenschen par les nazis, je trouve que ça casse un peu le feeling de base de la bande-annonce, surtout quand les paroles de la musique démarrent vraiment, ça casse un peu le côté peur que l’on peut ressentir. Par exemple, la scène du crash qui à l’air assez ouf, n’aurait-elle pas brillée encore plus dans un film plus réaliste?

    D’ailleurs ça me fait penser, à quand une adaptation de Wolfenstein au ciné? (à condition qu’ils ne la foirent pas)

    • Justement, le fait d’ajouter un réalisme accru via la scène du crash permet d’accroitre l’efficacité du côté fantastique. Le fantastique n’est jamais aussi puissant quand il est accolé avec la réalité.
      Wolfenstein, au ciné, c’est sacrément casse-gueule. Trop compliqué. Les jeux vidéo suffisent en soi.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest