Wonder Woman – Revue des critiques : l’Amazone a conquis la presse

Wonder Woman sort son lasso pour obtenir la vérité de la bouche des critiques

Ni son apparition dans Batman v Superman, ni les bandes-annonces trop Captain America ne m’ont donné envie de voir son film. N’appréciant pas le personnage dans les comics, c’est donc avec une certaine distance que j’ai observé Diana faire la promo de son film solo. Surtout avec ses superbes affiches. Néanmoins, quelque chose a changé dans le DCEU.

Ce matin, c’était la fin de l’embargo. Ainsi, les premières critiques sont tombées et notre ami Rotten Tomatoes en a recueilli déjà 45 pour un étonnant… 96 % ! Première bonne nouvelle devant ça, les fans les plus extrémistes du DCEU pourront enfin arrêter de crier au complot. Deuxième bonne nouvelle, ben 96 % pour un DCEU, quoi ! Man of Steel avait eu 55 % (301 critiques), Batman v Superman: L’Aube de la Justice, 28 % (358 critiques) et Suicide Squad, 25 % (309 critiques). La pente n’est plus descendante, ouf.

Ce qui ressort des critiques que j’ai lues. C’est l’approche Marvelienne du DCEU. Soit avec de l’humour, de l’action et de l’émotion. Même si elle n’est pas originale, visiblement, la formule fait des ravages. Témoignez-en et retrouvons-nous pour ma critique.

Les critiques positives

Ce que Patty Jenkins est capable de faire avec tout ce qui l’implique dans l’émotion et le personnage, pour faire sourire le public et qu’il sorte du cinéma éveillé plutôt qu’épuisé. C’est le film que nous attendions. Croyez-moi.

Dave Schilling – Birth.Movies.Death.

Malgré sa force et son courage, il y a toujours une vulnérabilité qui vous attire dans le personnage. Jenkins et Gadot ont fait un excellent travail pour faire vivre la vie de Diana dans le film.

Kristy Puchko – CBR

C’est beaucoup plus proche de Batman Begins que de Green Lantern.

Scott Mendelson – Forbes (7/10)

Wonder Woman est à pas-de-géant au-dessus des trois autres entrées dans le DCEU.

Joshua Yehl – IGN (7,9/10)

Forte, intelligente, sexy et totalement super, c’est le blockbuster de super-héros de l’été que vous devez voir.

Chris Hunneysett – Daily Mirror (UK) (4/5)

Il a beaucoup d’humour, ce qui peut ne pas vous faire rire à haute voix, mais parfois déclencher un sourire. S’il est possible de décrire un film de super-héros comme sympathique, c’est ce film.

Uri Klein – Haaretz

Le film solo de Diana Prince se distingue facilement comme le meilleur film de DC depuis The Dark Knight et Wonder Woman est un signe de bonnes choses à venir dans le DC Extended Universe.

Conner Schwerdtfeger – CinemaBlend.com (4/5)

Les critiques négatives (les deux qu’il y a)

Gadot est tout à fait crédible comme l’incarnation de la perfection amazonienne, mais il n’y a pas beaucoup d’émotion que son visage [NDM : en fait, le gars emploie une expression, mais c’est chaud à traduire] peut transmettre.

Steve Rose – Guardian (2/5)

Nous avons vu ce genre de choses tellement de fois avant ; avec une telle promesse derrière et en face de la caméra, ça fait mal de le voir.

Luke Buckmaster – Crier (2,5/5)


Wonder Woman est prévu pour le 7 juin 2017.

Réalisé par Patty Jenkins, d’après un scénario d’Allan Heinberg et Geoff Johns, avec Gal Gadot, Chris Pine, Connie Nielsen, Robin Wright, Danny Huston, David Thewlis, Ewen Bremner, Elena Anaya et Saïd Taghmaoui.

Wonder Woman, elle s’appelait Diana, princesse des Amazones, entraînée pour être une guerrière impossible à conquérir. Elle est élevée sur une île isolée et paradisiaque, mais lorsqu’un pilote américain s’écrase sur leur rivage et annonce qu’un conflit à grande échelle fait rage dans le monde, Diana quitte son foyer, convaincue qu’elle doit arrêter cette menace. Combattant aux côtés de cet homme et des siens pour mettre fin à cette guerre et à toutes les guerres, Diana découvre ses vrais pouvoirs… Et son véritable destin.

Advertisements
A propos de l'auteur : (2871 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.