Série adaptée d’un comic : récapitulatif de la saison 2014/2015

Poster de la saison 2 d'Agents of S.H.I.E.L.D.

Parce que, malgré ses pouvoirs cosmiques, faire un article pour chaque série est désormais une tache trop ardue pour votre seul serviteur. Du coup, Marvelll (lol, le mec, il parle de lui à la troisième personne) a décidé, avec l’aide de l’Intelligence suprême, de pondre un petit dossier récapitulatif de la saison 2014/2015 pour toutes les séries adaptées d’un comic. Et il y en a !

Les Agents du SHIELD (Agents of SHIELD) – Saison 2 (Marvel Cinematic Universe)

Si la première saison mettait du temps à démarrer, celle-ci nous balance directement dans le bain et offre des moments mémorables à la pelle dont l’un des meilleurs cliffhangers de mid-season toutes séries confondues. Le tout en étant en relation étroite avec les films du MCU (pour plus d’infos). Plus Les Agents du SHIELD avance, plus le show grandit et commence à prendre des proportions immenses. C’est drôle quand on se rappelle de ses débuts. Quoiqu’il en soit, il s’agit du complément indispensable pour tout fan de Marvel (surtout du MCU).

Surtout, cette saison s’achève sur deux épisodes qui sont juste les meilleurs de la série. Du suspense à la pelle, de l’émotion, du fun sur une heure vingt et cette fin, bordel ! C’est officiel, les Inhumains sont les nouveaux mutants de l’univers Marvel et Cal, mon perso préféré de la série !

Allez, une sélection des meilleures répliques du final :

Mack: « Qui es-tu ? » Gordon: « Gordon. Et toi ? » Mack: « Le gars qui va tuer Gordon ! »
Daisy: « Encore le plus beau jour de ta vie, hein ? » Cal: « Non, il n’y en a eu qu’un. Le 2 juillet 1988. »
Fitz : « Science, bitch! »

Note : 8/10

Arrow – Saison 3 (The CW DC Universe)

Malgré un départ en fanfare avec la mort de l’un des personnages récurrents, cette saison d’Arrow se révèle rapidement être la pire d’entre tous. Entre une intrigue inspirée de l’arc Ra’s al Ghul de Batman, mais finalement peu emballante, des personnages secondaires de plus en plus insupportables et des vilains en dessous de tout (oh mon dieu, Vinnie Jones…), sans compter sur les flash-back devenus foireux alors qu’il s’agissait parfois des meilleurs passages du show dans les saisons précédentes. Le fond du trou est atteint lors d’un final bâclé dont l’intrigue est calquée sur celle de Batman Begins. Sur ce, je rends mon tablier.

Note : 3/10

The Flash – Saison 1 (The CW DC Universe)

LA surprise de l’année (parce que Daredevil est hors concours). Alors que je m’attendais à renouer avec Smallville, The Flash se révèle être un show sympathique grâce au charisme de son acteur principal et de sa jolie brochette d’acteurs secondaires. La générosité des effets spéciaux et des méchants secondaires (Grodd !) y contribuent aussi. Toutefois, l’ensemble a ses limites vu le public visé. Attention tout de même à Iris West qui commence à être atteinte d’une maladie grave : la « Lana Lang ».

Quant au final, il s’agit d’un excellent moment, même si on peut regretter qu’il n’y ait pas plus de risques que ça et que ça nous laisse sur un cliffhanger frustrant (un peu comme si on te coupait le climax d’Avengers en plein milieu).

Note : 6/10

Gotham – Saison 1

Alias Les Experts: Gotham. Gotham est la série qui se balade en solo. Il faut dire qu’il n’y a aucun super-héros dans ce show. Gotham, c’est entre les origines de Batman (le jeune Bruce Wayne a une part plus importante que je ne le pensais) et les débuts du commissaire Gordon. Au final, ça donne une série sympatoche à suivre avec son enquête à résoudre par épisode et surtout son excellent duo digne d’un buddy movie sans oublier un Pingouin vraiment magique. Elle devient même encore plus sympathique quand on se débarrasse du boulet Erin Richards (Barbara Kean) pour récupérer Morena Baccarin.

Note : 7/10

Constantine – Saison 1

Le pire d’entre tous. Ce n’est donc pas étonnant d’apprendre qu’il s’agit la première série à être annulée officiellement. Il faut dire qu’il n’y a pas grand-chose à sauver de ce naufrage. Les acteurs sont catastrophiques et les intrigues peu intéressantes. Au final, c’était une bonne idée de limiter les dégâts avant de ruiner le personnage de Constantine.

Note : 3/10

Powers – Saison 1

L’outsider parfait. Sorti en catimini sur le PSN, Powers est une adaptation me laissant avec une sensation bizarre. D’un côté, c’est moche (décors vides, FX cheap, réalisation peu inspirée), mais de l’autre côté, Powers a réussi à me captiver grâce à un scénario rythmé et des personnages intéressants, car loin de correspondre à des stéréotypes. Chacun a un côté lumineux et un côté obscur. De plus, j’apprécie le gore de la série. Une série super-héroïque gore, jusque-là, on a vu ça que dans les comics… Du moins, en attendant Deadpool.

Note : 6/10

The Walking Dead – Saison 5

Une saison qui, encore une fois, nage entre deux eaux. Certains épisodes sont vraiment excellents, d’autres sont soporifiques. Surtout, je commence à avoir un sentiment de lassitude. J’ai l’impression de toujours revoir la même chose : « On rencontre des nouveaux personnages, il s’avère que ce sont des psychopathes, on se bagarre et on reprend la route. ». Fort heureusement, les acteurs et la réalisation me poussent toujours à continuer et puis bon, ce serait dommage de rater les hauts dont est capable la série comme les derniers épisodes de la saison qui offrent des moments inattendus et tendus à (un) point (à moins que ce ce ne soit saignant ?).

Note : 8/10

Pas de récapitulatif pour Daredevil et Agent Carter car leurs saisons ont déjà été critiquées. Pour retrouver la critique, il suffit de cliquer sur le lien.

Parmi le lot, il me manque la série iZombie, mais vu les retours moyens, je la zappe.

Pin It on Pinterest