Critique : J’ai rencontré le diable

Rencontre avec un monstre

 
Date de sortie cinéma : 6 juillet 2011

Titre original : Akmareul boatda (I saw the Devil)

Réalisé par Kim Jee-woon (que des bombes dans sa filmographie, le flippant 2 Soeurs, le fun A Bittersweet Life et le fou Le bon, la brute et le cinglé)

Avec Lee Byung-Hun (alias la Brute de Le bon, la brute et le cinglé), Choi Min-sik (héros inoubliable de Old Boy) et Oh San-ha.

Interdit aux moins de 16 ans
Long-métrage sud-coréen
Genre : Crime, Drame, Horreur, Thriller
Durée : 2h22
Distributeur : ARP Sélection

Un homme recherche le serial killer qui a tué sa fiancée enceinte et met en place une vengeance pour le faire souffrir.

Un thriller remuant les tripes

Après l’excellent thriller, The Chaser qui avait fait son effet. La Corée du Sud nous livre son nouveau film : J’ai rencontré le Diable. Le long métrage a raflé de nombreux prix dans plusieurs catégories.

Malgré sa durée (2h20), on ne s’ennuie jamais, ce qui n’est pas un maigre exploit. Le film débute en fanfare pour ne jamais s’arrêter. Dans ce jeu du chat et de la souris, les rebondissements sont légions ! Je n’en dirais pas plus pour préserver l’intrigue et votre plaisir intact lors du visionnage. Mais juste une chose, vous allez en prendre plein la gueule !

Personnellement, cette lutte m’a pris aux tripes mais réellement ! Cette expression est tellement utilisée qu’elle en perd parfois son sens. Mais dans J’ai rencontré le Diable, elle prend tout son ampleur, toute sa raison. Puis que dire aussi du final grandiose, que dis-je épique !

Portrait du Diable

Un tel film ne peut réussir que si le bad guy est mortel (sans jeu de mot). Ne vous inquiétez pas, la mission est pleinement réussie. Kyung-chul joué par Min-sik Choi est le Diable en question : un véritable monstre ! L’acteur est vraiment exceptionnel, il campe à la perfection le personnage. Difficile de ne pas être fasciné par ce portrait du Diable.

On analyse, on étudie son comportement, son animation faciale et ce qui en ressort est pleinement inquiétant. Kyung-chul est probablement un des meilleurs serial-killer existants.

Bien sûr dans un tel film, sans un bon héros, ça ne marche pas non plus. Pas de problème Kim Soo-hyeon joué par Byung-hun Lee est là. Ce personnage en train de devenir un monstre pour se venger du monstre est l’anti-thèse absolu du diable. Il tue, il torture uniquement par vengeance et se dégoûte de recourir à de tels actes. Mais la vengeance n’est pas un plat qui se mange froid, elle vous ronge, elle déchire morceau par morceau chaque parcelle de votre humanité, elle vous fait redevenir à votre moi primitif : l’animal qui sommeille en chacun de nous.

Un gros point pour la réalisation

Difficile de ne pas être admiratif devant la réalisation de Jee-woon Kim. Les plans sont toujours bien filmés et la position de la caméra est parfois original. Mais tout se fait de manière douce et naturelle

Une scène en particulier m’a marqué :

Spoiler

la scène dans le taxi où Kyung-chul alias le Diable tue au couteau ses deux accompagnateurs. La caméra tourne autour de la scène tel Matrix. Une scène marquante et probablement culte !

David Fincher a trouvé son plus gros concurrent. Trembles, maître du Zodiac et de Seven.

Les plans sont aussi très beaux laissant une grosse part aux paysages magnifiques de la Corée du Sud.

Parlons aussi des effets spéciaux, ils sont superbes. On ne les voit même pas et c’est le meilleur compliment qu’on puisse faire. Mention spéciale aux têtes décapités. Pour une fois qu’au cinéma, on n’ait pas l’impression de voir une tête fabriquée !

Sans jamais faire la morale, sans jamais tomber dans les chemins routiniers, J’ai rencontré le Diable est une histoire de vengeance comme rarement vu au cinéma. Une œuvre qui avec les années va devenir complètement culte. Surtout qu’il sera très difficile pour le film de vieillir (pas d’utilisation d’effets spéciaux ringards).

Les deux acteurs principaux sont exceptionnels et sauront vous emmener pour un voyage dont vous ne reviendrez jamais complètement !

Sa scène culte : la bagarre dans le taxi. Marquant !

Note : 9/10

PS : notez que je n’ai jamais mis et que je ne mettrais jamais 10 donc comptez cette note comme étant la maximale.

PS2 : les sud-coréens sont des gros malades. Si vous voulez avoir un thriller de fou, n’allez plus aux States mais chez eux ! Je surveille avec impatience leur prochaine production du genre.

PS3 : j’ai mis beaucoup trop de points d’exclamation dans l’article mais c’est pour vous faire part du choc que j’ai reçu ! (un petit dernier pour la route).

Jai-rencontre-le-Diable-Affiche-France

16 réflexions au sujet de “Critique : J’ai rencontré le diable”

  1. Oh bordel, déjà que j’arrête pas de regarder la bande annonce en hurlant toute les 2 secondes : « Oh putain, ça à l’air de défoncer », ta critique me met encore plus en appétit !!! Aaaaaaahhhh, je veux le voir !!!!! De toute façon, dans tous les films sud-coréen que j’ai vu, à chaque fois, je me prenais une sacré mandale ! Ils sont sacrément bon !

    Sinon, t’as fait comment pour le voir en avant-première ?!? Non, parce que là je vais jamais pouvoir attendre jusqu’au 6 juillet moi !

  2. Les films coréens sont excellents la plupart du temps.

    A ceux qui aiment les trip bizarres et barrés mais qui se tiennent je conseille Resurrection of Little Match Girl en DVD sorti en France et facilement trouvable entre 5 et 10 euros neufs.

  3. On a 350/400 films asiatiques à la maison donc ma femme et moi connaissons un peu.

    Si tu aimes bien les films dramatiques regarde Le roi et le clown et aussi Ivre de femmes et de peinture. 2 magnifiques films.

    La liste est trop longue pour la posté ici… et j’ai la flemme :p

  4. J’en peut plus d’attendre de le voir celui là!

    Faut savoir que l’acteur Choi Min-Sik est à l’origine du film si on peut dire, parce que à l’inverse d’un réalisateur qui choisit ses acteurs, là c’est C. Min-Sik qui as choisit le réalisateur, étonnant!

    Bon en tous cas tu m’as fait bavé d’impatience avec ton avis, merci.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest