Critique : Piranha 3D

Avant ce film

Après l’excellent La colline a des yeux et le mitigé mais néanmoins efficace Mirrors sorti y a deux ans, Alexandre Aja, le frenchie d’Hollywood, nous livre son nouveau film d’horreur : Piranha ou Piranha 3D selon le marketing français, sic.

Remake d’un vieux film réalisé par Joe Gremlins Dante et dont le deuxième opus a été réalisé par James Avatar Cameron himself avant qu’il ne fasse son film culte, Terminator.

Avant tout chose, vous qui entrez ici, abandonnez tout espoir d’un film d’horreur réaliste du type La colline a des yeux ou Massacre à la tronçonneuse. Piranha est une comédie horrifique (c’est vraiment voulu par le réalisateur, loin de ces films se prenant au sérieux mais où on pouffe de rire devant la mise en scène navrante).

Dis moi l’histoire

Dans une ville balnéaire au bord d’un lac, le Spring Break est lancé (sorte de grosse teuf avec des bimbos et de mecs bodybuildés avec de l’alcool à gogo). On dispose d’une galerie de persos ultra archétypés mais sympathiques (ils ont le mérite de ne pas taper sur le système comme c’est souvent le cas dans ce genre de film). Enfin bref, c’est prétexte à des passages hot (on prend bien son pied surtout avec la pornstar Riley Nurses Steele).

Ouais, ouais, c’est bien beau ça mais… et les piranhas ? Ils arrivent dès le début du film et sont sans pitié. C’est comme la classe d’avoir ces piranhas qui attaquent comme des bourrins pas comme ces serial killer ou autres qui prennent leurs temps. Ils ont aussi le mérite d’avoir une sacré gueule de méchant, pas une « gueule de porte bonheur » comme dirait l’autre. En tout cas, jje n’aimerais pas nager avec un seul donc avec des milliers, gloups.

Quand aux effets gores, ils sont décalés rappelant beaucoup le film culte de Peter Le Seigneur des Anneaux Jackson Braindead et demeurent très réussis. Surtout les membres du corps rongés jusqu’à l’os par les piranhas. Je ferais juste un reproche aux effets spéciaux trop voyants (on sent bien que c’est du rajouté mais le fait est que ça ne gène pas vraiment grâce au côté série B assumé par le film).

Bravo à Aja pour les nombreux clins d’oeils qui fait bien plaisir au fan que je suis en invitant deux acteurs cultes de ma jeunesse: Christopher Doc Lloyd et Richard Matt Hooper Dreyfuss, dans le même rôle que celui des « Dents de la Mer » !!!

Y a aussi Carlos Desperate Housewives Solis pour les connaisseuses :).

Et la 3D ?

Horrible… dans les premières minutes, avec une désagréable impression d’un théâtre de marionnette. Je veux dire par là qu’on a l’impression que les décors sont plats et superposé les uns après les autres.

Toutefois, le procédé se révèle beaucoup plus efficace une fois passé le générique de début pour atteindre son paroxysme dans les phases sous marines directement pompé sur Les dents de la mer (les fameux passages cultes version FPS du requin sous l’eau et la musique trépignante). C‘est très efficace, quel pied la profondeur de champ et voir la mer au dessus de nous.

De plus, Aja profite pour parsemer quelques effets 3D kitsch mais efficace.

En somme, une 3D efficace très loin de ceux horribles du Le Choc des Titans et Alice au pays des merveilles.

Et au final, ça vaut quoi ?

Le film est tel que présenté sur l’affiche, un film de série B divisé en deux parties : une visite des grosses teufs comme seuls les américains peuvent faire et un film d’horreur dont les stars, les piranhas, s’invitent pour se servir au  buffet garni de bimbos et de gars décervelés. Tout ça dans un joyeux délire gore à la Braindead.

Au final, un film qui tient toutes ses promesses surtout pour le gros massacre qui survient un peu après la moitié du film dont Aja vantait tant les mérites. Tellement efficace qu’on voudrait que ça dure un peu plus longtemps. Heureusement qu’une suite est déjà prévu mais sans Aja, ça motive tout de suite beaucoup moins.

Note : 8/10

Piranha-3D-Affiche-France

Publicités

Pin It on Pinterest