Test Blu-ray 2D/3D : Le Hobbit: Un voyage inattendu – Version longue

Le blu-ray de l’année !

Fiche

Date de sortie Blu-ray/DVD:13 novembre 2013
Langues:Anglais (DTS-HD 7.1), Italien (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Castillan (Dolby Digital 5.1)
Sous-titres:Français, Italien, Espagnol, Néerlandais
Suppléments :Commentaire audio de Peter Jackson et Philippa Boyens, La Nouvelle-Zélande : Pays de la Terre du Milieu, Introduction de Peter Jackson, Les Annexes, 7e partie : « Un voyage très attendu – Le Hobbit, Chroniques – 1re partie », Les Annexes, 8e partie : « Retour à la Terre du Milieu »

Test

Le coffret 3D version longue de Le Hobbit est un sacré morceau : 2 blu-ray pour la version longue en 3D, un blu-ray pour la version plate mais toujours longue, deux DVD pour la version longue et deux blu-ray pour les bonus (oui, deux !). Autant dire que l’ouverture du coffret donne le même effet que se retrouver devant le menu d’un nouveau restaurant. On est un peu surpris devant l’abondance, mais au bout du compte, on trouve nos marques.

Bref, sans attendre, j’ai inséré la version 3D dans mon lecteur, et c’est parti pour un retour en Terre du Milieu.

Avant de commencer, juste un petit mot pour un truc que j’adore avec les versions longues des films sur l’univers de Tolkien : le fait qu’elle soit divisée en deux parties. Surtout, car la coupure arrive toujours à point nommé à tel point qu’on a l’impression d’avoir deux films qui se suivent. Surtout ça rend le visionnage beaucoup agréable. Regarder deux fois une heure et demie, c’est plus sympa que se taper trois heures à la suite. Je me rappelle avoir subi le contrecoup de la durée au cinéma.

Techniquement le film est superbe, la qualité de l’image (pas de HFR pour une sombre histoire technique à moins que ce ne soit conservé pour une édition ultime plus tard, ça ne m’étonnerait pas de la Warner) est exceptionnelle, même conclusion pour le son (malgré l’absence d’HD pour la VF qui va énerver certains). Par contre, je serais plus difficile pour la 3D. Autant, elle peut-être paraître bonne par moment qu’elle peut devenir transparente. C’est bizarre de dire ça, car le tournage a été fait avec des caméras 3D… Quoiqu’il en soit, ça donne un effet de profondeur sympa, mais loin des sommets de la technologie.

Quid de la version longue ?

Franchement, j’ai eu du mal à identifier les séquences ajoutées ou les passages étendus. Il faut dire qu’avec douze minutes, ça représente la moitié de celles de La communauté de l’Anneau. Bizarre surtout qu’à la base, on parlait de 25 minutes en plus. La 3D a-t-elle frappé à nouveau ? Car World War Z ne proposait même pas la version longue en 3D (trop cher à convertir sûrement). Du coup, peut-être que c’est la même chose pour Le Hobbit. L’ajout que j’ai remarqué concerne le diner des nains à Fondcombe avec une chanson sympa. Un bon moyen pour rajouter plus d’humour et poser une autre pierre dans la mythologie du fossé culturel entre les nains et les elfes. Dans l’ensemble, j’en déduis qu’il s’agit des scènes étendues à droite et à gauche rendant le visionnage plus fluide.

Pour le reste, Le Hobbit : Un voyage inattendu est un excellent film dont le deuxième visionnage n’a rien gâché de sa magie. Je l’ai même préféré à la première fois grâce à la coupure.

La Nouvelle-Zélande : Pays de la Terre du Milieu ( 6mn 35 – VOST )

Featurette promotionnelle ne donnant qu’une envie : préparer un voyage en Nouvelle-Zélande. En tout cas, l’idée a commencé à germer chez nous. À noter que le bonus était présent sur le blu-ray de Man of Steel.

Les Annexes, 7e partie : « Un voyage très attendu – Le Hobbit, Chroniques – 1re partie » : histoire chronologique en 14 parties de la fabrication du film ( 4h 31 mn – VOST )

Quel documentaire exceptionnel. Le truc qui fait vraiment plaisir, c’est l’absence de langue de bois à l’inverse de World War Z où il n’est pas fait mention des reshoots ou 95% des bonus existants. Vous allez en savoir beaucoup sur la pré-production chaotique de la nouvelle trilogie (avec Del Toro), sur l’entrainement des nains (moment exceptionnel souvent très drôle, on sent une excellente ambiance parmi la troupe) et bien plus encore. Le tournage n’aura plus de secrets pour vous.

Un autre élément de l’absence de langue de bois. La dépression d’Ian McKellen (Gandalf) qui a même pensé à arrêter sa carrière, brillamment géré par l’équipe. En voyant ça, on est encore plus admiratif du travail de Peter Jackson pour gérer l’immense entreprise.

Magnifique moment d’émotion avec un Martin Freeman bouleversé quand il parle d’une jeune femme handicapée. J’en ai même chialé. Quand tu te rends compte, que tu ris, que tu t’instruis, que tu es ébahi et que tu pleures sur un documentaire. Tu te dis que tu tiens quelque chose, là.

Les Annexes, 8e partie : « Retour à la Terre du Milieu » ( 4h 45mn – VOST )

Alors que j’avais terminé l’excellente 7ème partie, je me suis demandé ce qu’ils allaient bien pouvoir raconter durant presque cinq heures. Tout simplement encore plus de trucs. Encore plus de morceaux de choix bourrés d’anecdotes.

Pour avoir des personnages encore plus profonds que dans le film (certains sont trop vites abordés), il est indispensable de regarder la partie d’une heure sur les nains. Non seulement, c’est drôle, mais en plus, ça donne aux nains une dimension supplémentaire. Chaque acteur donne le background derrière son personnage. Ainsi, on peut voir que les nains sont regroupés par famille, mais surtout on voit que deux des treize nains (affectueusement surnommés les petits bâtards par Peter Jackson) apparaissent dans La communauté de l’anneau. Coup de coeur pour la surprenante bande annonce à la sauce Grindhouse présentant les treize nains à l’assaut d’Erebor !

Le bonus suivant est entièrement consacré à Bilbo, et j’ai été soufflé par Martin Freeman. Un sacré personnage ! Que dire du mix des meilleurs doigts d’honneur de l’acteur à la caméra, même durant la première, sur le tapis rouge !!!

Pour le reste, ce sont encore des sacrés morceaux revenant sur la construction des décors, des personnages avec toujours du rire, de l’émotion et du fun. Quand on a terminé, on a qu’une seule envie : remettre ça. De plus, on a la sensation d’avoir tourné le film avec eux, et ça, ça n’a pas de prix. En tout cas, le coffret version longue de Le Hobbit 2, ce sera Day One !

Conclusion

Une bonne 3D. Une qualité technique au summum (absence de VF HD pour le son toutefois). Et surtout des bonus exceptionnels (deux documentaires pour une durée de plus de neuf heures !). Si seulement, tous les blu-ray pouvaient être comme ça.
Image : 10/10
Son : 9/10
Bonus : 10/10
3D : 7/10
Trophée10/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2717 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.