Test : Battlefield 4

Tout sur le multi

Fiche

Titre :Battlefield 4
Éditeur :Electronic Arts
Développeur :Dice
Plate-forme :PC, PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360, Xbox OneDate de sortie :31 octobre 2013
Genre :Action, FPS, GuerreTesté sur :PC

Critique

Battlefieeeeeeeld ! Battlefieeeeeeeld ! Il est temps de se faire la gueeeeeerre ! Battlefieeeeeeeld !

Alors vous en pensez quoi de mon refrain ? De la merde ? Ok, au moins tu es franc et c’est un peu ce qui va ressortir de ton impression sur le jeu après avoir lu la critique qui suit. N’étant pas friand des jeux en multi, je n’ai fait que le solo de Battlefield 4. Non, non, je n’ai pas acheté le jeu (t’es fou quoi ?), je l’ai bouclé avec un pote qui avait acheté le jeu avec la ferme intention de s’arracher sur le multi.

Après un solo moyennement convaincant sur le 3, mais que j’ai quand même trouvé sympathique surtout grâce à la claque graphique. J’ai été dégoûté par celui du 4. Les mecs de Dice étaient-ils motivés ? Permettez-moi de poser la question parce que l’histoire, c’est limite poubelle. Le seul point positif concerne des compagnons un peu plus « étoffés » que d’accoutumée, Hannah et Irish. Pour le reste, c’est une intrigue qui semble sortir d’un Carambar (je sais, j’ai des références douteuses) : méchant chinois qui veut faire la guerre, gentils américains qui tentent de calmer le jeu. Battlefield 4 paie aussi de l’absence de vrai méchant. Il y a bien un ou deux twists, mais ils sont gros et on les voit venir à des kilomètres. Niveau cinématique, c’est à chier, juste des scènes de bla-bla histoire d’occuper le temps que le jeu se charge. Bref, émotion zéro.

L’intrigue semble sortir d’un Carambar.

Après, l’important, c’est d’en prendre plein la gueule dans l’aventure comme sur un Call of Duty ou un Gravity. Mais même-là, Dice n’est pas motivé. On accumule les fights, tellement répétitifs que j’ai fini par faire n’importe quoi pour m’amuser un peu (même en difficile, le jeu est d’une facilité déconcertante). Sauf sur les phases motorisées où le jeu ne laisse pas le droit à l’erreur. Deux extrêmes. Seule scène spectaculaire que je vais retenir sur les quatre heures et demie de l’aventure, l’énorme navire qui se rompt en deux à la Titanic. C’est tout…

Le pire avec tout ça, c’est que la claque graphique n’a pas lieu (c’est grosso modo la même chose que Battlefield 3), les décors destructibles, il faut les chercher, et les bugs (comme un tank coincé par un bonhomme, je t’assure, le mec est littéralement pénétré par le tank) sont tellement nombreux qu’ils donnent envie de se mettre une balle dans la tête pour abréger l’aventure. N’ayant pas réussi à retourner l’arme contre moi, je me suis balancé une grenade.

Test

Graphisme : 8/10 – Le moteur est toujours impressionnant, mais bon, la claque, on l’avait eu sur l’épisode précédent. Par contre, les décors destructibles, ils sont passés où ?

Gameplay : 4/10 – FPS panpan avec un soupçon de stratégie qui consiste à dire à tes compagnons sur qui tirer mais de toute façon, ils n’arriveront que très rarement à le toucher donc ne sert à rien. I.A. défaillante dans les deux sens comme des ennemis qui s’enfuient dès qu’on s’approche un peu trop d’eux et des compagnons qui ne tirent pas sur des ennemis à un mètre d’eux (combien de fois, je suis mort parce qu’ils ont laissé passer un ennemi derrière moi). On n’arrête pas de pester sur ses compagnons avant de prendre les choses en main personnellement et de faire comme s’ils n’étaient pas là (un excellent conseil !). Par contre, les bugs, non, ce n’est pas possible à ce niveau. Surtout après un an pour apprivoiser complètement le moteur. Et puis, les scripts, ce n’est pas folichon, hein, vous vous êtes limités sacrément limités, les gars de Dice.

Durée de vie : 3/10 – On ne compte que le solo. Quatre heures et demie, même pas excitantes en plus…

Histoire : 3/10 – Des cinématiques qui servent à meubler pendant les temps de chargement. Voilà grosso modo le contenu de l’histoire…

Son : 7/10 – Des musiques pas franchement excitantes sauf sur la scène d’ouverture. Des voix et des bruitages corrects.

Son point fort – Le multi clairement.

Son point faible – Le solo clairement.

Conclusion

La note ne concerne que le solo. Vraiment à éviter. Vaut mieux attendre de pouvoir se le procurer à quinze euros, ça fera quatre heures à remplir.

3/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2789 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.