Test : Assassin’s Creed 4 : Black Flag

GTS, Gran Theft Ship

Fiche

Titre :
Assassin’s Creed 4 : Black Flag
Éditeur :Ubisoft
Développeur :Ubisoft
Plate-forme :PC, PlayStation 3, PlayStation 4, Wii U, Xbox 360, Xbox OneDate de sortie :21 novembre 2013
Genre :Action, AventureTesté sur :PC

Critique

La saga du credo de l’Assassin enchaîne avec Black Flag son sixième épisode (malgré un numéro 4 affiché dans le titre). Avouons-le, j’ai du mal à comprendre pourquoi cet épisode n’a pas été considéré comme un spin-off d’Assassin’s Creed III comme l’ont été Brotherhood et Revelations pour le II. Surtout avec la présence du sous-titre Black Flag.

Bref, le jeu s’éloigne quelque peu de la mythologie de l’Assassin devenue une sorte de toile de fond n’influant que peu dans l’intrigue mis à part pour la présence des Templiers. Ubisoft a mis l’accent sur la piraterie. D’un bonus plutôt sympathique dans Assassin’s Creed III, les phases sur navire deviennent ici le thème principal. On passe autant (voir plus) de temps sur mer que sur terre. Un peu comme si Sid Meier’s Pirates! s’invitait dans l’univers des Assassins. Une citation pas anodine, car on retrouve beaucoup d’élément de ce jeu dans Black Flag.

Au début, je vais vous avouer que j’étais emballé à l’idée de vivre dans la peau d’un pirate, chose d’ailleurs plutôt bien retranscrite par Ubisoft, mais force est de constater qu’on se retrouve à faire tout le temps la même chose (un peu comme Sid Meier’s Pirates! justement). Du coup, je me suis vite lassé, fort heureusement les missions de la quête principale sont suffisamment variées pour diffuser un certain rythme. En fait, c’est toujours le même problème avec les Assassin’s Creed. Au début, on est emballé par les nouveautés puis finalement, on trouve ça répétitif. Un gros bémol quand même. Il n’est plus possible de gagner de l’argent en possédant des bâtiments comme dans les précédents. Pour le faire, il va falloir multiplier les prises de bateau. D’où le sentiment de faire tout le temps les mêmes actions, car chaque abordage se ressemble. C’est dommage de ne pas avoir proposé d’autre alternative pour gagner de l’argent.

J’étais emballé à l’idée de vivre dans la peau d’un pirate.

Graphiquement, je suis mitigé. Autant les phases en mer sont d’une beauté à tomber raide sans oublier certains plans larges. Mais que dès qu’on débarque sur terre, on est un peu surpris par l’aspect « moche » de l’ensemble. J’ai du mal à expliquer ce sentiment, mais c’est un peu comme si c’était sale. Un point qui m’a rappelé l’épisode Revelations. Au niveau des visages, c’est plutôt pas mal, même si on a parfois tendance à confondre les amis et les méchants. Certains personnages manquent cruellement d’identité. Bon point, pour le héros possédant pas mal de charisme. Bref, j’ai du mal à parler de Next-Gen.

Au niveau de l’histoire, c’est du pur Assassin’s Creed, un contexte historique fort mais narrativement très faible sauf sur certains points comme le climax. On enchaine les missions sans vraiment de passion hormis pour certains personnages comme Mary. Par contre, catastrophe pour les phases dans le présent. On a l’impression que ça cassait plus les bonbons d’Ubisoft qu’autre chose de s’en occuper. L’intrigue n’avance pas… D’où mon sentiment d’être face à un spin-off plutôt qu’un véritable quatrième épisode.

Ah oui, le système de free run qui est la marque de fabrique de la saga est, on le sait tous, mal adapté à bord d’espaces confinés. Et les ¾ de l’épisode se passent à bord d’un navire… 🙂

Test

Graphisme : 8/10 – Inégal. Autant, il peut être magnifique sur mer que sur terre, c’est franchement moyen. Par contre, niveau design, c’est moyen. J’ai souvent confondu les personnages.

Gameplay : 7/10 – On conserve la même recette et on y ajoute une poudrée de bataille navale. Malheureusement, ces dernières se révèlent vite répétitives. Il faut vraiment faire un effort de ce côté sous peine de lasser.

Durée de vie : 8/10 – Excellente comme d’habitude. L’histoire tient longtemps la cadence (environ 15h), même si on ajoute toutes les quêtes secondaires, il y a de quoi faire.

Histoire : 5/10 – La mythologie Assassin’s Creed ne s’en sort pas grandi, au moins on aura bénéficié d’une sympathique aventure de pirates avec de petits moments d’émotions.

Son : 8/10 – J’ai adoré les chansons des marins lors des croisières maritimes. Rien que pour ça, je rajoute un point à la note finale. À noter la possibilité de choisir entièrement les langues que ce soit les sous-titres ou les voix. Bémol, certaines rares phases ne sont pas sous-titrées.

Son point fort – Vivez dans la peau d’un pirate.

Son point faible – Répétitif, comme d’habitude.

Conclusion

Assassin’s Creed 4 : Black Flag aura du s’appeler Assassin’s Creed III : Black Flag car il est davantage un spin-off qu’une véritable suite. Néanmoins, il change de cœur du jeu pour s’orienter ver la piraterie. Agréable, mais répétitif.

7/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2830 articles)

Fou de cinéma depuis qu’il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.