Spider-Man : les détails financiers de l’accord entre Marvel et Sony

Un deal win-win

Alors que Spider-Man: Homecoming sort en fin de semaine chez Oncle Sam, The Wall Street Journal a sorti un article très intéressant sur les détails financiers de l’opération unique entre Marvel, Sony… et Disney.

Rappel historique

Tout d’abord, commençons avec la trilogie de Sam Raimi. Pour cette trilogie, Marvel recevait 5 % des revenus du film et la moitié des revenus sur les produits dérivés. Si la partie box-office était décevante pour Marvel, (mais tout de même conséquente, ça tourne autour de 40 millions par film), la partie « produits dérivés » était non négligeable. En effet, par exemple, pour Spider-Man 2, les ventes de jouets ont rapporté 192,5 millions. Elles vont jusqu’à 198,5 millions pour Spider-Man 3. Sachant que les produits dérivés coûtent (beaucoup) moins cher à Marvel qu’un film, c’était jackpot. Pourquoi j’en parle ? Vous allez comprendre.

Pour The Amazing Spider-Man, Sony avait versé un paiement exceptionnel de 175 millions de dollars pour prolonger l’exploitation de la licence et devait, à chaque film produit, 35 millions à Marvel (qui, entre-temps, a été racheté par Disney). Malheureusement, le dernier Amazing a été un énorme échec pour le studio japonais. Au box-office, il n’a rapporté que 708 millions alors qu’il a coûté beaucoup d’argent. Le plus intéressant est de voir à quel point les ventes des jouets ont chuté (cf. le graphique ci-dessous). On est passé de 385 millions pour le premier Spider-Man à 200 millions pour The Amazing.

Graphique traçant la parallèle entre les résultats des films Spider-Man au box-office et la vente des jouets.

Un accord renégocié

On sait maintenant que le budget de Spider-Man: Homecoming est de 175 millions de dollars. Une sacré chute par rapport aux films précédents (on parle de 240 millions pour The Amazing Spider-Man 2) mais dans la lignée des films solo de Marvel Studios. Toutefois, tout a été payé par Sony. Marvel Studios s’est occupé de faire le film (le dernier mot revenait tout de même à Sony), mais Sony sortait le portefeuille. On apprend grâce à The Wall Street Journal que Sony engrangera toutes les recettes du film au box-office. Marvel ne gagne rien à l’exception des droits de location : les fameux 35 millions de l’accord de The Amazing. Sauf qu’ils ont une particularité. Ils diminuent (mais ce n’est pas dit de combien) si le film franchit la barre des 750 millions au box-office.

Dès lors, quel intérêt pour Marvel ? Tout simplement qu’ils ont désormais 100 % sur les produits dérivés. Un marché qui est peut-être très lucratif lorsque la licence associée fonctionne bien. Par exemple, avec les jouets de la franchise Star Wars, Disney a gagné 760 millions de dollars en 2016 ! De plus, redorer le blason du personnage permettrait de mettre la lumière sur les comics et/ou les dessins animés. Une donnée non négligeable. Au point que The Wall Street Journal a intitulé son article avec un très drôle mais révélateur : « Spider-Man : Une publicité de 175 millions de dollars pour des jouets Disney ». Au final, dans cet accord, tout le monde est gagnant. Si le film cartonne, les ventes des produits dérivés vont augmenter. C’est avec cet argument que Kevin Feige aura réussi à convaincre Sony et Disney, chef de Marvel Studios, de monter un tel accord.


Spider-Man: Homecoming est prévu pour le 12 juillet 2017.

Réalisé par Jon Watts, d’après un scénario de John Francis Daley et Jonathan Goldstein, avec Tom Holland, Robert Downey Jr., Marisa Tomei, Michael Keaton, Zendaya, Laura Harrier, Kenneth Choi, Logan Marshall-Green, Martin Starr, Hannibal Buress, Tony Revolori et Angourie Rice.

Enthousiaste depuis son expérience avec les Avengers, Peter revient chez lui, où il vit avec sa tante May (Marisa Tomei), sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark (Robert Downey, Jr.). Peter essaie de revenir à sa routine habituelle – mais il est distrait par la volonté de prouver qu’il est plus qu’un Spider-Man amical – mais quand arrive le Vautour (Michael Keaton) en nouveau méchant, tout ce que Peter avait d’important est menacé.

Advertisements
A propos de l'auteur : (2740 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Vincent Barriera

    Bon au moins on comprend à peu près. C’est déjà ça mais ça ne veut pas vraiment dire que tout sera réglé pour autant..

    • Tout dépendra du succès de chaque film. Beaucoup de paramètres sont à prendre en compte. C’est unique comme situation, du coup, difficile de trouver un précédent. De toute façon, au moins, on est parti pour une trilogie.

      • Vincent Barriera

        C’est pas faux, surtout pour le caractère unique. Après effectivement, normalement Marvel veut faire une trilogie mais le truc c’est que Sony doit normalement récupérer le personnage en 2019. Donc faudra voir comment ils vont faire.

        • Si le deal avec Marvel Studios fonctionne bien, je ne vois pas pourquoi ils ne prolongeraient pas en 2019. Après faut que Tom Holland accepte aussi.

          • Vincent Barriera

            Ben c’est sûr que si ça marche, ils voudront quand même continuer. Après Sony voudra quand même récupérer le personnage de toutes les façons. Et puis c’est le deal actuel donc bon ils vont peut-être changer la donne après la sortie du film (qui a l’air bien d’après les critiques).