Nick la critique : Annabelle 2: La Création du Mal

Jesus don’t save

Fiche

TitreAnnabelle 2: La Création du MalTitre VOAnnabelle: Creation
RéalisateurDavid F. SandbergScénaristeGary Dauberman
Acteurs Anthony LaPaglia, Miranda Otto, Stephanie Sigman, Lulu Wilson
Date de sortie09 / 08 / 2017Durée1h 49
GenreHorreur, Mystère, ThrillerBudget

Elle est de retour ! Encore traumatisés par la mort tragique de leur petite fille, un fabricant de poupées et sa femme recueillent une bonne sœur et les toutes jeunes pensionnaires d’un orphelinat dévasté. Mais ce petit monde est bientôt la cible d’Annabelle, créature du fabricant possédée par un démon…

Le Mal ne meurt jamais, même quand il fait des daubes.

Critique

Attention, cette critique contient des spoilers…

Les origines d’Annabelle

Le prénom Annabelle vient du terme hébreu « Hannah » qui veut dire « grâce ». Ce prénom est devenu célèbre grâce au personnage biblique dénommé Anne qui a eu un enfant avec son mari Joaquim malgré leur âge avancé. Anne est également le prénom de la vierge Marie, la mère de Jésus-Christ. Anne, la grand-mère du Christ, est considérée comme la Sainte Patronne de la Bretagne et de toutes les femmes. C’est au VIe siècle que l’Église reconnaît Anne comme une vraie Sainte. Ce prénom s’est répandu progressivement en Europe et a gagné rapidement en popularité. Il figure actuellement parmi les prénoms féminins les plus prisés en France.

Histoire d’Annabelle

Sainte-Anne n’est autre que la mère de la Vierge Marie, c’est-à-dire la grand-mère de Jésus. Après vingt années passées sans enfant, un ange lui apparut pour lui annoncer qu’elle aurait une descendance, et ce fut Marie. La légende veut qu’elle se soit réfugiée en Bretagne après la mort de Jésus. Elle est la Patronne de la Bretagne, des femmes en couches, des mamans et des veuves (Source: notrefamille.com).

Si je fais du Cui-cui (langage des Oiseaux), Annabelle devient la transposition de mot Prana-Belt qui veut dire au final ceinture du Prana ou ceinture d’énergie.

Bon, tout ça clarifie l’importance de Jésus-Christ ou son église dans cette merde.

Tout a commencé quand Gepetto a voulu donner une petite sœur à Pinocchio.

La Genèse

Le film démarre plutôt bien avec un papa qui fait des poupées dans une maison de campagne. Décidément, les péquenauds ont la côte dans ce genre de films à 50 centimes. C’est mignon. Mais on s’en fout, on veut que ça saigne. Et pour nous satisfaire, la New Line nous met des bruitages de frayeur. Ça s’enchaîne avec le bonheur. Tout baigne et pas tout de suite dans le sang, mais ça baigne quand même pour la famille. Sam et Esther vivent le parfait amour avec leur petite Annabelle jusqu’au jour où ils sortent d’une putain d’Église et le seigneur a décidé de crever un pneu du dimanche (jour du Soleil). La roue est chiante et papa Sam est nerveux et Annabelle laisse tomber sa poupée qu’elle court ramasser et putain, fallait qu’elle se tape un chauffard du dimanche. Il l’a dégommé la petite. Jésus crie et la caravane passe. Un plan sur la tête de poupée avec un œil cassé dans cet amas de poussière, m’a fait avoir une pensée pour Nick Fury (Marvel).

Et 12 ans plus tard…

Alors, ce 12 fait penser à l’astrologie et les 12 maisons, les 12 apôtres et les 12 mois de l’année et les 12 minutes qui vont tuer le film.
En effet, avec un plan sur un crucifix comparable à une antenne, nommé Annabelle, la séquence qui tue, c’est le prêtre qui conduit un mini-bus avec des petites filles. Heureusement qu’il avait le volant. Il y avait une none qui montait la garde.
Cette petite famille ecclésiastique si dirige tout droit chez des gens bien pour foutre le merdier.
Mais dites-donc, on ne fait pas des trucs comme ça aux honnêtes gens. Méchant prêtre, méchant !

Honnêteté quand tu nous tiens

Honnêtes ?! Pas si honnêtes que ça. Quand les orphelines mettent les pieds chez papa Sam, c’est dans une maison ultra-catholisées. Jusqu’au toit, il y a des croix même à la décoration de la porte blanche et très christique. Le film est sans surprise. Les filles tombent sur un Sam dépité et épuisé, très peu bavard plus autoritaire. Tout le monde a sa chambre et la seule où personne n’a le droit d’entrer, vous l’avez tous deviné, c’est Annabelle.
Elles doivent être 7 à 8 filles et la plus sensible aux vibrations spirituelles, c’est Janice qui est plutôt sédentaire à cause de sa maladie. Malheureusement, elle viole l’interdit, car poussée par l’esprit Annabelle, elle rentre dans le sanctuaire et fait face à un autel dressé pour la poupée Annabelle composé de chapitres tirés de la Bible des lamentations et un gros crucifix. Le réal insiste sur le livre des lamentations. Histoire de te prévenir que tu vas te faire chier et qu’Annabelle va aussi faire chier la première compagnie. Quand tu viens à savoir pourquoi la poupée est serrée là et sur un siège, c’est là que tu viens à te demander à quoi servent les prêtres ou la religion. Ça renforce l’aspect astrologique que représente le livre de la bible. D’où mon titre, Jesus don’t save.

Photo du film Annabelle 2: La Création du mal avec Janice

« Et maintenant, marche ! »

Les deux semaines…

14 jours plus tard, Janice va voir sœur Charlotte pour se confesser de ses péchés et ensuite, elle lui demande de déplacer 3 cartons. 14 pour les stations du chemin de croix du Christ, suivi de la mort et la résurrection le 3ème jour.
En effet, le chiffre 3 exprime la totalité, sans doute parce qu’il y a 3 dimensions du temps : le passé, le présent et l’avenir. Dire 3 équivaut à dire « la totalité » ou « toujours ». Ainsi, les 3 fils de Noé représentent la totalité de ses descendants. Les 3 fois où Pierre renia Jésus symbolisent toutes les fois où Pierre a été infidèle à son Maître. Les 3 tentations que Jésus subit de la part du diable, représentent toutes les tentations auxquelles il dut faire face, au cours de son existence terrestre. Et quand l’Ancien Testament appelle Dieu le 3 fois saint, c’est pour signifier qu’il possède la plénitude de la sainteté (par Jérôme Martineau).
Effectivement, elle se fera emmerder 3 fois la petite Janice au point de céder à la tentation de la possession.

La progression

Plus on avance, plus on sait pourquoi cette suite ne sert à rien. Esther est alitée, ne pouvant plus marcher et un œil en moins comme la poupée à l’accident. On comprend tout de suite que les parents ont joué aux cons avec le monde Spirituel.
On peut dire que cette partie est très marrante. Ils se disent chrétiens et dès que la mort frappe, ils vont consulter les esprits. Il faut être cohérent. Soit tu as la foi, soit tu perds le foie.

L’apparition de l’esprit dit maléfique

D’habitude, tu as un esprit qui t’emmerde à ce point, c’est pour une raison. La vraie raison, on ne la saura jamais. Du coup, ça fait super chier. Des répliques débiles avec des références égyptiennes subtiles comme la poupée au nez pyramidian. Les deux filles sous le drap qui empruntent le symbole du Ka (énergie de vie) en invoquant l’esprit en faisant des blagues sur Mrs Mullins. Et Linda qui court comme une folle jeter la poupée dans un puits à défaut d’une chaloupe. Il me semble qu’un puits, c’est l’eau, c’est la vie. Qu’est-ce que tu vas chercher en pleine nuit dans un puits bordel!? Et il fait nuit très tôt. À peine 11h, il fait beau et 14h le soleil se couche. Et le plus triste, cet esprit me fait tristement penser à Batman(Ben Affleck). La lumière s’éteint à chacune de ses apparitions. Et pour couronner le tout, cet esprit est super mélaniné. On est vraiment dans le contexte de la malédiction de Cham, fils de Noé. Janice vit cette expérience comme une initiation douloureuse où elle en vient à changer de nom pour s’appeler Annabelle. C’est une injection de mélanine par la voie spirituelle. Plus rien ne l’arrête après ça. Elle soulève la none et la dégage avec ses prières à la con comme un Jedi. Et le crucifix ne marche pas sur elle.

Par , le9 août 2017.

Twist de Shyamalan : en fait, la petite, c’est Jean Grey !

Conclusion

J’ai eu des moments de fun malgré tout, mais je doute fortement que ce film soit à la hauteur des attentes des spectateurs. Il paraît qu’aux USA, on aime ce torchon. 100 % sur Rotten Tomatoes. Vu le taux de criminalité, Annabelle a de beaux jours devant elle. J’ai eu par moments l’impression que le réalisateur avait envie de tourner Batman. Ce n’est pas surprenant, il est en passe de réaliser Shazam (DCEU). Mais toutefois, c’est un bon technicien. Malgré un enjeu sans surprise, le film réussit à nous trouver une fin sans surprise. J’ai eu des moments de fou rire. Au point de me demander si c’est un film d’horreur ou le Cosby Show sans Cosby.

+

  • Bonne mise en scène
  • Son très prenant

  • Scènes parfois trop débiles
  • Jésus et ses collègues
  • Acteurs qui ont l’air épuisé
  • Action sans surprise
3/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (29 articles)

Comédien étudiant le théâtre à l'atelier de Caroline Rabaliatti à Fontenay-sous-Bois. Dessinateur, aussi. Il écrit des scénarii quand il peut le faire. Passionné de BD, il prépare la sienne.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • En même temps, quand tu vois que le nom du scénariste, c’est Dauberman…

  • Girjul34

    ça ne donne pas envie!
    100% sur rotten pottatoes?! ça me laisse perplexe….

    • C’est descendu à 79 % et ça devrait continuer à chuter, mais j’avoue que…