Nick la critique : 47 Meters Down

C’est le moment de se refaire les dents

Fiche

Titre47 Meters DownTitre VO
RéalisateurJohannes RobertsScénaristesJohannes Roberts, Ernest Riera
ActeursMandy Moore, Claire Holt, Yani Gellman, Chris J.Jonson, Santiago Segura, Matthew Modine
Date de sortie28 / 09 / 2017 (VOD)Durée1h 29
GenreAventure, Drame, HorreurBudget5 500 000 $

Après la rupture de Lisa, sa sœur Kate l’embarque en vacances au Mexique pour lui changer les idées. Avides d’aventures, elles décident de plonger parmi les requins blancs, protégées par une cage. Une fois dans l’eau, le spectacle est incroyable… Mais subitement, le câble qui retient la cage au bateau cède, et les deux sœurs se retrouvent plongées au fond de l’océan, à 47 mètres de profondeur. Il ne leur reste qu’une heure d’oxygène et les grands blancs rôdent…

Des vacances idéales.

Critique

Le pouvoir de la pensée

47 Meters Down débute avec Lisa qui est partie en évasion avec sa sœur Kate après que son copain se soit dirait-on évadé de leur prison sentimentale. Car son copain lui aurait dit ce que tu as déjà toi-même dit ou entendu : « On s’ennuie avec toi ».
Forte de cette déclaration non vraiment perçue par elle comme une humiliation, elle se lance un défi, celui d’être aventureuse.
On a un beau contraste de personnalité mise en exergue. Lisa négative face à sa sœur positive, Kate.
Déjà, c’est le truc pour énerver.
Kate c’est la fille courageuse qui en veut et qui prend des risques même un peu trop mais elle sent le bonheur et l’autre, c’est genre quand est-ce que je me jette.

L’enjeu

À regarder l’affiche, la première chose qui m’est venu à l’esprit, c’est encore un de ces pastiches interminables de requin blanc tout pourris qui mange des humains s’il en croise un ou deux à la sauce Sharknado.
Kate et sa sœur rencontrent deux boloss des mers qui vont tout droit les faire naviguer en enfer. L’enfer est une cage et le but du jeu, c’est bien sûr de ne pas mourir… dans d’atroces souffrances.
C’est bien flippant et ça rend le film tout de suite intéressant. Deux jeunes femmes coincées dans une cage, deux sœurs, à 47 m en profondeur, pendant une heure. Quel malheur !
Comment ne pas avoir faim quand on est un requin des océans qui croise des sirènes sans nageoires. Peut-être se demande-t-il s’il doit les sauver. Ou peut-être est-ce un requin pompier. L’enfer est une cage et le but du jeu, c’est bien sûr de ne pas mourir…
Peut-être que la vue du sang pour lui, c’est un texto. Quand l’eau fait des bulles, il lui faut les éteindre.
Ce film en est la preuve.

La réalisation

Johannes Roberts est un homme ou un requin d’origine britannique. Au choix. Il est très axé films d’horreur. Il s’est beaucoup concentré sur la cage dans l’eau. Il aime bien les plans de profondeurs. En même temps, on ne peut pas le lui reprocher, c’est le sujet du film. Certains plans d’ensemble font penser à un festin pour les requins. Mais il joue bien avec les séquences pour nous bluffer.
Il a même prévu une suite au nom de 48 Meters Down, il va rajouter un mètre de plus.

Par , le12 octobre 2017.

De l’eau, partout !

Conclusion

47 Meters Down reste malgré quelques défauts un bon film. Ça se regarde et on apprécie beaucoup le suspense. J’ai beaucoup apprécié l’opposition des deux sœurs dans la personnalité. C’est là que tu redécouvres quand même que quand tu as à faire avec un boulet, vaut mieux faire sa vie avec des gens qui t’élèvent, pas des requins qui t’enlèvent. De mon point de vue, Kate reste la vraie héroïne de l’histoire même si le film est centré sur Lisa. Je reste toutefois inquiet de la suite que ça va donner. Si ça nous fait comme Saw, bientôt les requins vont se mettre à parler aux victimes.

+

  • Enfin un truc différent des méchants requins classiques
  • Les acteurs principaux sont attachants
  • Bonne gestion de la lumière
  • LA FIN

  • Scènes parfois trop débiles
  • Le personnage de Lisa, je comprends son ex
  • La chute de la cage
6/10

Un short Making of:

Advertisements
A propos de l'auteur : (33 articles)

Comédien étudiant le théâtre à l’atelier de Caroline Rabaliatti à Fontenay-sous-Bois. Dessinateur, aussi. Il écrit des scénarii quand il peut le faire. Passionné de BD, il prépare la sienne.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.