Critique : Docteur Sleep

À chaque année, ma pitance de Stephen King et en 2013, j’en ai eu droit à deux fois. Après l’excellent 22/11/63, place à la suite de Shining: Docteur Sleep.