Critique : Vampires en toute intimité

Only Funsters Left Alive

Fiche

Titre:Vampires en toute intimité
Réalisateur(s): Jemaine Clement, Taika Waititi
Scénariste(s): Jemaine Clement, Taika Waititi
Acteurs: Jemaine Clement, Taika Waititi, Jonny Brugh, Cori Gonzalez-Macuer
Titre original:What We Do in the ShadowsDate de sortie:30 / 10 / 2015 (e-Cinéma)
Pays:Nouvelle-ZélandeBudget:
Genre:Comédie, HorreurDurée:1h 26

Comment fait-on quand on est vampires depuis des siècles et qu’on doit discrètement vivre en coloc en 2015 dans la banlieue de Limoges ? C’est ce que nous propose de découvrir une équipe de documentaire, en partageant l’intimité d’une bande de potes suceurs de sang ! Geoffroy, Miguel, Aymeric et Bernard nous ouvrent les portes de leur cœur et celle de leur quotidien un tout petit peu complexe.

Ta maman ne t’a jamais appris à ne pas jouer avec la nourriture ?

Critique

Le film avait échappé à mon radar et j’ai peu de doutes sur le fait que si je n’avais pas su que le coréalisateur de Vampires en toute intimité avait été embauché pour réaliser Thor: Ragnarok, je n’aurais jamais vu ce film. Ça aurait été dommage.

Nouvelle comédie horrifique made in New Zealand après la bonne péloche Housebound, Vampires en toute intimité est un faux documentaire (genre popularisé par The Office et dont le mot-valise du genre est excellent : documenteur) sur une bande de vampires.

C’est arrivé près de Limoges

Je tiens à commencer avec quelques mots sur la traduction française. Déjà, on peut souligner le changement de titre moisi, le titre original, What We Do in the Shadows (Ce que nous faisons dans l’ombre, en français), étant mille fois plus enivrant. Mais surtout, j’étais mort de rire en voyant que pour la version française, la ville Wellington où se déroule les évènements a été changée en… Limoges. Fort heureusement, le film récupère aussi un excellent casting VF avec Alexandre Astier !

Après cette parenthèse francophone, intéressons-nous au long-métrage. Naturellement, j’ai regardé le film en examinant de près la réalisation… Bon là, ça va être compliqué pour se faire un avis concernant Thor: Ragnarok à moins que Marvel ne décide de faire un found footage… Néanmoins, je peux souligner l’excellent travail sur l’ambiance du film. La maison où se déroulent la plupart des évènements a un vrai charme. Chaque vampire a son style, délicieusement désuet, illustrant l’époque d’où il provient. Mention spéciale pour les modèles ayant inspiré Dracula et Nosferatu (celui de Murnau). Ce dernier se paye même le luxe d’être flippant. Brrr, rien qu’en repensant à son introduction.

Le documenteur a les crocs

Toujours dans le style documenteur. J’ai beaucoup aimé le fait que le film n’hésite pas à poser une grosse mythologie et surtout ne tente pas de faire cool en reniant tous les points « ridicules » des vampires (par exemple, l’absence de reflet devant un miroir, la capacité de se transformer en animal et j’en passe). D’ailleurs, les vampires ne sont pas les seuls membres du bestiaire fantastique du film et ça, c’est cool aussi. On sent la générosité et l’envie d’aller le plus loin possible, malgré un budget que j’imagine assez réduit. Même quand il y a de l’action, c’est plus que correct.

Le meilleur reste l’humour. J’ai ressenti le style Ricky Gervais (le génie du documenteur capable de te faire rire puis pleurer en une fraction de secondes). Les situations s’enchaînent, sans fil conducteur apparent (renforçant ainsi cette impression d’authenticité indispensable pour accrocher), mais toujours dans l’optique de trouver la meilleure blague possible. À ma grande surprise, le rythme ne faiblit jamais. Les bonshommes derrière et devant (et parfois, les deux en même temps) la caméra arrivent toujours à se renouveler tout au long du film.

Par Christophe Menat qui cherche Petyr pour devenir un vampire, le .

On n’y pense pas, mais ça a pas mal d’avantages d’être un vampire.

Conclusion

Je comprends mieux pourquoi Marvel a pris le risque de confier les rênes de Thor: Ragnarok à Taika Waititi. Le bonhomme semble être un des frères spirituels de James Gunn en livrant avec Vampires en toute intimité, une comédie horrifique qui réussit tout aussi bien dans l’humour que dans l’horreur. Par contre, je suis surpris de voir que seul Waititi a été embauché, alors qu’il coréalise le film du jour.

+

  • Humour pince sans rire absolument délicieux
  • Le documenteur dans son meilleur
  • Généreux en fantastique

  • Pas de vrai défaut, juste parfois des éléments qui font cheap
8/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2751 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.