Critique : Thurgood

Une leçon de vie

Fiche

D’après la vie de Thurgood Marshall
Réalisateur(s):Michael Stevens
Scénariste(s):George Stevens Jr.
Acteurs: Laurence Fishburne (Contagion, Matrix)
Pays:USADate de sortie:24 février 2011 (TV USA)
Genre:Biopic, DrameDurée:1h45
Thurgood Marshall est le premier juriste noir à avoir siégé à la Cour Suprême des Etats-Unis. De son enfance à sa vie familiale à Baltimore, en passant par ses années de collège à la Howard University School of Law à Washington, Thurgood Marshall se sert de son triomphe sur l’adversité pour poursuivre une brillante carrière dans le système judiciaire américain et lutte activement pour les droits de l’Homme. Marshall est connu pour l’affaire Brown face au Rectorat américain où il parvient à contester la ségrégation anticonstitutionnelle des étudiants noirs et blancs dans les écoles publiques. Ses actions lui ont permis de devenir le premier Afro-Américain à figurer à la Cour suprême.

Critique

Quelle claque j’ai pris devant la performance de Laurence Fishburne (un homme avec des couilles de poisson). Il incarne ici Thurgood Marshall (né le 2 juillet 1908 à Baltimore dans le Maryland et décédé le 24 janvier 1993), un juriste américain principalement reconnu pour avoir été le premier homme de couleur à siéger à la Cour suprême des Etats-Unis.

Seul en scène, Laurence Fishburne EST Thurgood Marshall. Un homme espiègle et drôle nous racontant les moments les plus marquants de sa vie dont principalement son combat pour les droits civiques des hommes de couleurs en pleine ségrégation raciale. Durant 1h40, Thurgood (la performance de Laurence Fishburne est telle qu’on ne voit même plus l’acteur) nous raconte sa vie, de l’aube (sa jeunesse à Baltimore) jusqu’au crépuscule du soir (le jour où il a quitté la Cour suprême). On est là comme des enfants face à un grand homme qui a bien vécu et on boit goulûment chacune de ses paroles.

Bourré d’anecdotes tristes et drôles, c’est un véritable délice de suivre son monologue. Une véritable leçon de vie et d’histoire sur cette Amérique-là, celle de la ségrégation. Tournant autour de quelques affaires majeures, elle permet aussi de découvrir des facettes méconnues de la loi américaine sans jamais devenir brouillon, un véritable tour de force quand on connaît sa complexité, ni antipathique et encore moins rébarbative. Le film de HBO doit faire date et devrait absolument être montré dans les écoles car une telle leçon de vie et de force est rare.

Thurgood multiplie les répliques marquantes dont une bonne dizaine font mouche. Mes préférées sont à attribuer au mentor de notre juriste du jour. Certaines phrases sont résolument tragiques et poignantes, d’autres véhiculent beaucoup d’humour et d’espièglerie à l’image de leur auteur comme par exemple :

I have a lifetime appointment and I intend to serve it. I expect to die at 110, shot by a jealous husband.

Par ailleurs, il existe aussi un téléfilm réalisé et écrit par George Stevens Jr. (scénariste ici) avec Sidney Poitier et Burt Lancaster pour ce que ça intéresse. Son nom : Separate But Equal.

Conclusion

Impossible de passer à côté de ce téléfilm d’HBO. Laurence Fishburne est littéralement habité par l’esprit de Thurgood Marshall et offre une prestation mémorable en plus d’une histoire magnifique. Une leçon de vie, je vous disais…
+– Laurence Fishburne
– drôle et poignant
– jamais ennuyant
– réalisation parfois bancale
9/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2787 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.