Critique : The Amazing Spider-Man: Le Destin d’un Héros

La fin de l’innocence

Fiche

D’après le comic Marvel
TitreThe Amazing Spider-Man: Le Destin d’un Héros
RéalisateurMarc Webb
ScénaristesAlex Kurtzman, Roberto Orci, Jeff Pinkner
ActeursAndrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx, Dane DeHaan, Colm Feore, Felicity Jones, Paul Giamatti, Sally Field, Embeth Davidtz, B.J. Novak, Chris Cooper
Titre original:The Amazing Spider-Man 2Date de sortie:30 avril 2014
Pays:États-UnisBudget:200 000 000 $
Genre:Action, Aventure, FantastiqueDurée:2h 21

Ce n’est un secret pour personne que le combat le plus rude de Spider-Man est celui qu’il mène contre lui-même en tentant de concilier la vie quotidienne de Peter Parker et les lourdes responsabilités de Spider-Man. Mais Peter Parker va se rendre compte qu’il fait face à un conflit de bien plus grande ampleur. Être Spider-Man, quoi de plus grisant ? Peter Parker trouve son bonheur entre sa vie de héros, bondissant d’un gratte-ciel à l’autre, et les doux moments passés aux côté de Gwen. Mais être Spider-Man a un prix : il est le seul à pouvoir protéger ses concitoyens new-yorkais des abominables méchants qui menacent la ville. Face à Electro, Peter devra affronter un ennemi nettement plus puissant que lui. Au retour de son vieil ami Harry Osborn, il se rend compte que tous ses ennemis ont un point commun : OsCorp.

The Amazing Spider-Man: Le Destin d’un Héros Photo

Le combo ultime : Spider-Man + Pompier. Les enfants vont défaillir.

Critique

Si on avait pesté devant l’intérêt de faire un reboot quelques années à peine après Spider-Man 3, on avait fini par constater que le reboot était réussi. The Amazing Spider-Man offrait une aventure dans l’air du temps, une aventure « Ultimate » pour rester dans le jargon des comics, là où la trilogie Raimi restait désespérément coincée sur la version classique de Spider-Man, celle de la tranche des années 60-80 : un Spider-Man sérieux comme un rat mort, qui enlève son masque à chaque scène dramatique et surtout doté d’une des plus belles têtes à claques du monde. Néanmoins, le premier Amazing souffrait d’un syndrome de déjà-vu car il récitait à nouveau (et avec peu de variations) les origines de l’Araignée. Cette suite continue sur sa lancée et devrait s’affranchir des défauts du premier donc être meilleur. Est-ce le cas ?

Commençons avec le plus réussi : Emma Stone. Oui, je suis totalement sous le charme. L’actrice fait des merveilles dans le rôle de Gwen Stacy et offre beaucoup de crédibilités à l’histoire d’amour qu’elle partage avec Peter Parker. Malgré des scènes ultra-classiques, la pétillante (fausse) blonde a réussi à me charmer avec ses beaux yeux et je ne suis pas le seul vu qu’Andrew Garfield n’a pas l’air complètement insensible (la preuve dans la vraie vie, ils sont en couple – ce qui explique pourquoi l’alchimie est aussi palpable). Fort heureusement qu’on peut compter sur Emma Stone, car difficile de me montrer convaincu par le reste des scènes à enjeux dramatiques.

Gwen Stacy <3

On a commencé avec le meilleur, parlons maintenant du pire : Jamie Foxx. Non, mais là, c’est juste… Ridicule. Son personnage est tellement lourdingue, tellement too much, tellement Georges du Huitième jour. Plus débile que ça, tu meurs. Fort heureusement, sa transformation en bad guy est réussie. Affichant des pouvoirs piqués au Docteur Manhattan des Watchmen, Electro offre une vraie résistance à l’homme araignée tant ses pouvoirs sont impressionnants. Néanmoins pour chipoter (un peu), on peut pester qu’ils fassent un poil trop Docteur Manhattan…

The Amazing Spider-Man: Le Destin d’un Héros Photo

Tiens Jamie Foxx joue Rex, le requin des Dents de la Mer et essaie de mourir en mordant un câble de haute tension électrique. Vraiment touche-à-tout, cet acteur. A genius.

Par contre, tout en restant chez les vilains, Dane DeHaan est excellent en Harry Osborn, éclipsant sans peine James Franco. L’acteur a peu de scènes à l’écran, mais réussit rapidement à imposer la psyché fragile de son personnage et montrer une évolution convaincante vers des sentiers plus sombres (à l’inverse justement d’Electro où la justification de son orientation vers le Côté Obscur est risible). Il faut dire que l’acteur incarne un personnage pas si éloigné de celui qu’il incarnait dans Chronicle.

Quant à Peter Parker, Andrew Garfield fait dans le classique. Jamais trop, mais pas assez pour que son personnage se révèle plus attachant que ça. Fort heureusement, on soulignera sa souplesse qui donne corps à son Spider-Man là où Tobey Maguire, aussi souple qu’un balai, marquait une fracture dérangeante avec sa doublure numérique. Spider-Man lui est une grosse réussite, on retrouve bien l’esprit du personnage du comic. Celui parfois irritant à balancer des blagues durant les combats.

Le vrai Spider-Man, c’est celui de Marc, pas celui de Sam.

Si The Amazing Spider-Man 2 en met plein la gueule grâce à des scènes d’action réellement spectaculaires et des effets spéciaux d’un très haut niveau (pas évident de faire la distinction entre le personnage réel et numérique), difficile de ne pas rager en voyant qu’elles étaient déjà présentes, à presque 85 %, dans les différentes vidéos promotionnelles. C’est complètement con d’en montrer autant. Non seulement, ça provoque un sentiment d’avoir déjà vu le film avant de l’avoir vu, mais en plus, ça fout une indigestion (au lieu de me montrer de plus en plus excité au fur et à mesure que la date de sortie approchait, j’attendais ça comme un film normal).

C’est moche ce que je vais dire, mais j’espère que le film va se casser la gueule au box-office. Juste ce qu’il faut pour faire comprendre quelques principes de marketing à Sony sans pour autant remettre en question les deux films à venir. Par contre, j’ai bien aimé les ralentis permettant de mettre en scène le Sixième Sens de l’Araignée et observer ses réflexions en mouvement (beaucoup trop rapides pour la compréhension des pauvres citoyens lambda que nous sommes). Dommage que la fameuse séquence en vue subjective, désormais marque de fabrique du Spider-Man de Marc Webb, soit révélée aussi tôt. Pour la partie dramatique, on peut regretter que le film se perde parfois à trop multiplier les intrigues (notamment celle, inutile, impliquant les vrais parents de Peter) au lieu de se concentrer sur les plus importantes (Peter/Gwen, Electro et Harry), diluant donc son efficacité et donnant une durée trop longue.

The Amazing Spider-Man: Le Destin d’un Héros Photo

« Non mais Gwen, il faut que tu comprennes. Je suis Spider-Man. Je ne peux pas m’engager dans une relation exclusive, j’ai des groupies qui m’attendent partout dans le monde. Sans rancune, hein ? »

Je vais désormais aborder la séquence phare du film :

Spoiler

Si The Amazing Spider-Man 2 restera un épisode phare de la saga cinématographique du Tisseur, ce sera pour la mort de Gwen Stacy. La séquence est une pure reprise du comic qui a fait couler beaucoup d’encres à l’époque, à la différence près que c’est Harry l’assassin et non pas Norman (de toute façon, éjecté comme un vulgaire vilain de seconde zone). Je m’y attendais, mais je ne pensais pas qu’elle allait arriver aussi tôt. Bordel, nous ne sommes qu’au deuxième épisode.

Personnellement, je trouve que cette décision de la faire mourir est arrivée trop vite. L’histoire d’amour entre elle et Peter n’ayant pas suffisamment murie à mon goût, elle m’a laissé avec un arrière-goût d’inachevé. Car malgré la beauté de certains plans de la mort notamment celle laissant voir le « snap » (fameux bruit retranscrit textuellement dans le comic pour illustrer le choc provoquant la mort de Gwen), cette scène ne m’a fait ni chaud, ni froid, là, où normalement j’aurai versé une petite larme (que voulez-vous, j’ai la corde sensible).

De plus, j’ai trouvé ça dangereux de se passer d’un des éléments les plus réussis du reboot. Certes, il n’y a désormais plus de doutes qu’on aura droit à Mary-Jane dans le prochain épisode mais l’actrice qui incarnera la plantureuse rousse partira avec un énorme handicap qu’il sera difficile de combler : l’ombre de Gwen Stacy/Emma Stone. En plus, j’ai du mal à croire qu’on retrouvera une alchimie aussi palpable que celle entre Emma et Andrew.

D’un autre côté, le malaise que je ressens encore à l’heure d’écrire ces lignes illustre que cette séquence a fonctionné. Mais je me demande si ce n’est pas plus le fait de revivre à nouveau la mort de Gwen Stacy qui me met dans cet état.

Revenons à une partie moins spoiler. On peut voir compter dans Le Destin d’un Héros, trois vilains. Mais aussi, la présence en filigrane de trois nouveaux à venir : le Vautour, Octopus et le Caméléon (j’ai un doute pour ce dernier). Des vilains qui devraient donc former à terme les Sinister Six, équipe de vilains que Spider-Man affronte souvent. Il faut dire que deux nouveaux épisodes sont déjà prévus pour la franchise sans oublier le spin-off consacré aux Sinister Six. Sony a bien l’intention de concurrencer le Marvel Cinematic Universe.

The Amazing Spider-Man: Le Destin d’un Héros Photo

Mince, on ne peut plus sortir cette excuse pour faire ranger les chambres : « Tu crois vraiment que Spider-Man ne range pas sa chambre ? ». « Ben oui, t’as vu sa chambre dans Spider-Man 2 ? ».

Conclusion

The Amazing Spider-Man: Le Destin d’un Héros est un film de super-héros tout à fait classique comme son héros. Ni plus, ni moins. Ça tombe bien, c’est tout ce qu’on demandait.

+– Gwen Stacy
– L’histoire d’amour
– Les effets spéciaux
– Les scènes d’action
– Les blagues de Spidey
– Max Dillon
– Overdose promotionnelle
– Trop long
– Des problèmes de rythme dû aux trop nombreuses sous-intrigues
7/10

Affiche

Advertisements
A propos de l'auteur : (2771 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Epice

    Ok donc bon film sans pour autant être une grosse claque, dans la lignée du premier TASM…

    Effectivement, l’overdose promotionnelle semble vraiment avoir entaché le plaisir de la découverte du produit (le terme me semble presque plus approprié que « film » quand on voit la surenchère marketing) final. C’est vraiment dommage.
    Et c’était déjà le cas pour le premier film. Je crois qu’il y avait genre eu une bonne vingtaine de minutes de dévoilées si tu additionnais toutes les vidéos. A croire qu’ils n’ont pas confiance en leur produit et préfèrent tout balancer. Dommage. Et pas sûr qu’ils changent la méthode pour les deux suivants, ni que le film fasse un résultat décevant au box-office…

    Pour le Caméléon, je ne crois pas que tu te plantes, il a été officialisé dans la bande des Sinister Six!

    • « Ok donc bon film sans pour autant être une grosse claque, dans la lignée du premier TASM… », exactement.

      Je n’avais pas souvenir d’un tel buzz sur le premier, mais tu as sans doute raison. Néanmoins, je pense que c’est encore pire sur cette suite. Le plus surprenant, c’est que le film n’est pas avare en scènes d’action, donc il y avait moyen d’en montrer quelques-uns sans pour autant TOUS les montrer… 🙁

      Pour le box-office, les premiers retours ne sont pas géniaux.

      Merci pour la confirmation du Caméléon ;), je suis beaucoup moins assidu pour suivre l’actualité du Tisseur que celle des films DC et Marvel (du Marvel Cinematic Universe).

      • Epice

        Pour le buzz sur le premier, c’était bien 25 minutes de vidéos mises en ligne (http://cinema.jeuxactu.com/news-cinema-streaming-the-amazing-spider-man-2-22909.htm), avec le deuxième épisode, on ne doit pas en être très loin, c’est ouf…

        Ouais, en France c’est le plus faible démarrage sur une journée pour un film Spider-Man je crois. Faut attendre de voir les chiffres sur Mojo d’ici deux semaines environ, ça donnera une idée assez précise de ses résultats. Mais je le vois difficillement passer les 850 millions de dollars.

        Je comprends, les deux autres univers sont autrement plus palpitants (entre les Marvel qui vont jusqu’en 2028 et vous nous emmener sûrement très très loin et la Justice League qui pointe enfin le bout de son nez et le tout porté par Snyder, y’a de quoi être excité!!!)
        Voici la confirmation des S.S: http://cinema.jeuxactu.com/news-cinema-sinister-six-premieres-photos-du-film-23358.htm (tu remarqueras que mes sources sont très variées).

        • Ah oui, sauf que dans ma liste, j’ai fait une erreur : pas d’Electro, mais un Kraven à la place.

  • Liam

    C’est marrant, tu n’as qu’à peine mentionné le Rhinocéros… Si j’adore Paul Giamatti, et si le Rhino est un bon moyen de faire revenir Spidey dans le jeu après la mort de Gwen, je l’ai trouvé vraiment ridicule… Trois méchants sur les affiches, un véritable à affronter deux fois, un magnifique à n’affronter qu’une fois mais avec de méchantes conséquences pour le futur, et pour finir n°3 qui n’a aucun panache :/ Je ne sais pas comment il est dans le comics, mais bon, j’ai été vraiment déçu.

    Pour Gwen/Peter, s’ils sont vraiment beaux ensemble la scène de rupture juste après un baiser en public, franchement, WHY ? Ok il est plein de culpabilité mais voilà quoi, d’un coup ?? Ils pensaient quoi les scénaristes avec ce genre de polt, what plot ?

    • Ben Rhino, je l’ai trouvé ridicule aussi. Quand il a sorti les mitraillettes, j’ai fait « Non, mais sérieux », du coup, j’ai préféré ne même pas en parler. Et puis bon, il sert un peu à rien quand même. Il sera plus utilisé pour les Sinister Six à mon avis. De plus, Rhino dans le comic, c’est vraiment un méchant secondaire.

      Pour Gwen et Peter, ça illustre bien la personnalité fragile de Peter. Il ne faut pas oublier que c’est un ado et ils sont loin d’être un modèle d’équilibre sans compter sur la culpabilité via le père Stacy. Résultat, il a dû en prendre plein la gueule après la mort…

      Et n’oublie pas de spécifier SPOILERS quand même au début du commentaire surtout quand tu spoiles un truc aussi énorme ! Ce n’est pas vraiment cool.

      • Liam

        Oups… Je n’ai pas le réflexe de dire que je spoile quand je spoile, c’est une mauvaise habitude. J’aurais pu faire pire comme spoilers quand même, là ça reste léger ! Mais merci, et désolé -_-‘

        • « Léger », je pense qu’on n’en a pas la même définition 😛

  • Bolivian

    Bien le bonjour !

    SPOILER PARTOUT J’AI PAS ENVIE DE FAIRE ATTENTION À CE QUE J’ÉCRIS !

    Bon, je viens ajouter ma « petite » remarque au sujet de ce film, parce que certains points méritent d’être soulignés selon moi.

    Sincèrement, j’ai été le voir hier. VOSTFR 3D Dolby Atmos. Rien que ces petites lettres annoncent en général une bonne expérience.

    « difficile de ne pas rager en voyant qu’elles étaient déjà présentes, à presque 85 %, dans les différentes vidéos promotionnelles »

    Je commence par une chose qui me semble correcte mais à la fois très incompréhensible. Certes la promo a été lourde, et de nombreuses vidéos ont spoilé au public les scènes d’action du film. Mais personnellement, vous me l’apprenez ! Parce que les films que j’attends vraiment, et même ceux que j’attends moins, je ne regarde jamais au grand JAMAIS les bandes annonces et tout ce que la cellule marketing pourrait nous balancer à la face. On le sait que les gros blockbusters, comme les autres productions d’ailleurs, souffrent d’une promotion exagérée… A nous donc d’éviter les sournoises machinations du marketing et de son spoil constant. Alors oui ça fait un peu mongole, mais dès que je suis au cinéma et qu’une bande annonce arrive, je regarde mon téléphone, et lorsque cela touche aux plus grosses productions je me bouche carrément les oreilles…. Oui, c’est moche, mais c’est le prix à payer pour conserver la surprise lors de la visualisation de son film. Donc personnellement, j’ai découvert chaque scène de ce nouveau Spider Man.

    « Jamie Foxx. Non, mais là, c’est juste… Ridicule. Son personnage est tellement lourdingue, tellement too much, tellement Georges du Huitième jour. Plus débile que ça, tu meurs. Fort heureusement, sa transformation en bad guy est réussie. Affichant des pouvoirs piqués au Docteur Manhattan des Watchmen, Electro offre une vraie résistance à l’homme araignée tant ses pouvoirs sont impressionnants. Néanmoins pour chipoter (un peu), on peut pester qu’ils fassent un poil trop Docteur Manhattan… »

    MAIS NON ! Son personnage est simple et le côté grand invisible qui bascule dans la folie est un peu trop lourd en effet. Mais je ne suis pas d’accord lorsque je lis que c’est un personnage Too much. C’est juste un dingue le type. On suit donc la psychologie d’un dingue, qui devient un dingue avec des pouvoirs de psychopathe. Et c’est là où j’ai trouvé ça sympa. On se demande donc comment un dingue comme lui va réfléchir et va prendre la voie du mal alors qu’il idolâtre spider man. C’est pas simplement « ho en fait c’est toi qui me vole l’affiche sur les écrans, t’es finalement qu’un égoïste », c’est plus complexe selon moi.

    « Par contre, tout en restant chez les vilains, Dane DeHaan est excellent en Harry Osborn, éclipsant sans peine James Franco. L’acteur a peu de scènes à l’écran, mais réussit rapidement à imposer la psyché fragile de son personnage et montrer une évolution convaincante vers des sentiers plus sombres »

    VRAI. Harry est très crédible et même avec sa mèche folle ! La seule déception pour moi est son introduction trop rapide et les liens qu’il entretient avec Peter. Ca fait 8 ans qu’ils ne se sont pas vu et ils redeviennent les meilleurs amis du monde d’un coup. C’est peu crédible pour moi, c’est le seul hic.

    « Personnellement, je trouve que cette décision de la faire mourir est arrivée trop vite. L’histoire d’amour entre elle et Peter n’ayant pas suffisamment murie à mon goût, elle m’a laissé avec un arrière-goût d’inachevé »

    D’accord et pas d’accord. Effectivement sa disparition est rapide. Mais dans le sens ou elle trouve la mort dans l’apogée de leur histoire, elle est justifiée. Je veux dire par là que leurs sentiments sont au plus fort, attendre un film supplémentaire nous aurait amené à découvrir une histoire d’amour moins insouciante et plus établie, loin des sentiments exacerbés et de la sensation d’amour qui ne se consumera jamais. Je le répète, on assiste là au bonheur de leur retrouvailles, les personnages se rendent compte qu’ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre et lâchent prise ensemble. Et c’est à moment là que l’irréparable se produit. On sent bien la rupture qui opère dans la psychologie de Peter et on ressent le mal qui ne va jamais le quitter.

    Plus globalement, pour parler de l’histoire d’amour en général, je l’ai trouvé bien construite dans le film. On est quand même sur des réflexions « cul cul » lorsqu’on les prend au premier degré du style « je te quitte, parce que je t’aime trop », « on va se manger une glace entre amis deux jours après notre séparation ». Ce sont des éléments qui peuvent provoquer un sentiment de simplicité et d’absurdité amoureuse chez le spectateur du genre « twilight effect ». Mais la lecture psychologique de cette histoire d’amour est pour moi très crédible tout au long du film. L’histoire est belle, complexe, et l’empathie se développe facilement face à ce couple que tout uni et que tout éloigne à la fois. Leur relation est vouée à l’échec dès le départ mais elle est indispensable à l’évolution humaine du tisseur et j’ai bien ressenti cet enjeu.

    « on peut regretter que le film se perde parfois à trop multiplier les intrigues (notamment celle, inutile, impliquant les vrais parents de Peter) au lieu de se concentrer sur les plus importantes (Peter/Gwen, Electro et Harry), diluant donc son efficacité et donnant une durée trop longue »

    Je ne suis pas d’accord. Je vais faire court parce que c’est surtout une histoire de ressenti mais j’ai bien aimé ces multiples intrigues puisqu’elles nous permettent une fois de plus de nous plonger dans la complexité de la vie de l’homme araignée. Spider man est un super héros mais il a une vie sentimentale, psychologique, sociale, professionnelle, étudiante, familiale… Et multiplier les intrigues nous incite à installer un sentiment permanent d’oppression dans sa vie et ses activités de tous les jours. Au delà de ça, cette abondance d’intrigues souligne la pureté du personnage: vie compliquée, décès de ses proches, révélations sur ses parents, rejet d’une partie de la société; mais le désir toujours plus palpable de protéger son prochain et d’irriguer la population avec l’espoir qu’il représente.

    ———————————————-

    Quelques points en vrac:

    – La musique: Mais pourquoi avez vous omis de parler de la musique ? C’est une claque !!!!!!! Hans Zimmer aux commande, ça s’est ressenti. Parce qu’autant dans le premier volet rien n’était extraordinaire mais sur cet opus, mon dieu, la bande son est géniale. Entre le thème principal qui m’a fait penser à celui de retour vers le futur, et la musique électronique/dubstep utilisée pour les scène d’électro, j’étais aux anges (merci le dolby atmos au passage).
    Notons aussi la qualité du traitement de la voix d’électro en VO (si quelqu’un a écouté la VF, un petit retour ne serait pas de refus).

    – La vision des super méchants: Le rhino, le vautour, octopus, le bouffon vert (le caméléon j’ai pas vu d’indices sur son apparition future, mais ça doit être une erreur de ma part là. J’avais pensé au caméléon quand je voyais les hallucinations de Peter concernant le père de Gwen). Visuellement parlant, je trouve qu’ils sont tous crédibles et modernes. Le bouffon vert est très bon, l’armure est bien belle. Les tenues du vautour et du Dr octopus m’ont l’air très sympa et modernes. En ce qui concerne le Rhino je la trouve pas si dégueulasse que ça. Parce qu’avouons le, le rhino de base il fait pitié. Un mec baraqué déguisé en animal qui fonce sur les gens avec sa force surhumaine, c’est pas très visuel. L’idée de l’armure exosquelette qui démultiplie la force d’un type normal c’est pas mal. L’idée des armes à feu est discutable mais quand on revisite le style d’un méchant on le fait pas à moitié, et puis ça donne plus de possibilité pour chorégraphier les scènes de combat que de se contenter d’une armure qui fonce en tentant d’empaler spider man. Donc je valide le rhino, sauf si dans le prochain film on s’aperçoit qu’il se sert de sa défense pour décapsuler des binouses.

    – Incohérence ? Je demande une précision… Lorsque Harry s’injecte le sérum, il est sur le point de passer l’arme à gauche et se précipite vers l’armure militaire qui va prendre en charge sa guérison. Mais la guérison n’est-elle pas censée s’opérer uniquement lorsqu’il est dans l’armure ? En gros il est mourant, il va vers l’armure, l’armure le guérit et c’est terminé, il n’a plus rien à craindre de l’effet de l’injection sur son organisme ? Là je dis « c’est con ».

    En résumé je dirais que la saga Marc webb est vraiment bonne et colle beaucoup plus que l’autre à la personnalité de Spider Man, à son univers et à son rapport avec la population dans les comics, ultimate ou pas. Le premier j’avais apprécié mais j’avais une réserve, celui-ci j’ai adoré. Musique, personnages, intrigues, psychologie… Tout était génial.

    Moralité de l’histoire: vaut mieux faire le George du huitième jour au cinéma lors de la diffusion des bandes annonces (fermer les yeux, boucher ses oreilles), plutôt que de se faire spoiler sans vergogne de son plein gré et par là même de se gâcher sa projection ! 😉

    « Je veux des CHAUSSURES ! » « Pas chocolat ! » ——-> Excellent film au passage.

    • Ouh là, c’est énorme ce que tu nous as pondu là ! Bon, je vais essayer de répondre à tout.

      Pour le Rhino, je préfère la version Ultimate (voir image à la fin) qui est à peu près l’idée d’où est parti Marc Webb à l’exception de ces ridicules mitraillettes et puis bon, on a beau être un bourrin, ça n’empêche pas de bénéficier de belles choses visuellement. Et justement, ça qui fait l’attrait du Rhino, ce côté « je fonce tout droit ».

      Pour Jamie Foxx, je campe sur mes positions, le personnage est tellement ridicule qu’il en est lourdingue. Ça passe sur un dessin animé ou en personnage secondaire (comme le Rhino, justement) mais beaucoup moins, à mon goût, en tant qu’ennemi principal. Il est tellement débile qu’on ne doute pas une seconde que Spidey va le défoncer. Par contre, Harry, c’est une autre histoire.

      Pour ta version de l’histoire d’amour, ce n’est pas faux. Sauf que je n’ai pas vraiment eu l’impression d’avoir eu la quintessence du couple. Seulement, l’amorce. En y réfléchissant, je trouve aussi dommageable d’avoir pas mal de notes comiques avant la mort. Parce qu’on n’y est pas préparé et ça fait donc moins « mal ». Personnellement, j’étais plus dans le délire « allez, arrête ta comédie… » plutôt « merde, elle est morte ». En fait, sans déconner, mon argument premier, c’est : « Je n’ai pas chialé, donc ce n’est pas complètement réussi ».

      Pour la multitude des intrigues, l’idée est louable, mais je trouve que ça casse le rythme. Ça passe mieux en série qu’en film.

      Par rapport à la musique, je suis sourd, donc j’y suis beaucoup moins sensible. Et personnellement, elle ne m’a pas franchement marquée.

      Pour l’incohérence, j’ai plus l’impression que l’armure le stabilise, mais ne le guérit pas vraiment. La preuve, sa malformation physique est toujours présente et il est complètement atteint durant le combat final. C’est la fin d’Harry Obsorn, et la naissance du Bouffon.

      Pour les spoils, quand tu tiens un blog, il faut un minimum se tenir au courant de
      l’actualité et mater quelques bandes-annonces histoire de faire des petits articles (néanmoins, j’arrête de mater les bandes-annonces quelques semaines avant la sortie du film, c’est la période « spoil »). C’est le contrecoup, mais il est vrai qu’à une époque, j’aurais aussi fait la technique de l’autruche. Pour ma part, je considère désormais que c’est à la branche marketing des studios de savoir gérer le truc. Pour Spidey 2, je trouve que les « vieilles » bandes-annonces montraient déjà beaucoup des scènes d’action.

      Pour terminer, un +1 pour « Excellent film au passage. ».

      • Bolivian

        Hello ! ça fait longtemps, je n’avais pas eu beaucoup de… Temps… justement pour venir te répondre !

        En effet, il est pas mal le rhino ultimate !Sinon souvent quand je poste mon avis, je parle du son et j’y attache beaucoup d’importance, du coup je me sens un peu con d’avoir appuyé là dessus certaines fois. Mais si je comprends bien tu perçois tout de même les sons vu que tu me dis que la musique de ce film ne t’a pas marqué ? Mille excuses sur ce point.

  • Fabián Stewart

    Personnellement, je n’ai pas ressenti l’overdose, dû aux moyens marketing employés pour inciter les gens à aller voir le film. Au contraire, j’ai juste vu la BA au cinéma (la même, à chaque fois), et c’est tout ! Je me suis préservé de tout autre teaser ou extrait !
    Au contraire de « Maléfique », et ça risque de me porter préjudice…

    Pour en revenir au film, j’ai adoré ! Un petit peu moins que le premier, par contre (premier volet que j’ai revu deux jours avant la sortie du suivant, histoire d’être de nouveau à jour !
    Comme toi, l’humour de Spider-Man m’a vraiment gonflé (alors que dans le 1, c’était raisonnablement distillé). Et le fait que les gens l’applaudissent sans arrêt : CHIANT !
    Pour l’histoire d’amour, je n’ai pas trop été touché, même si la fameuse scène finale m’a fait mal au cœur… Et puis, la musique de « petite fille » qui accompagne la chute de Gwen Stacy… ='(

    A part ça, j’ai adoré Electro (je me suis même attaché à lui, tant le personnage peut inspirer de la peine, déjà à cause de ses troubles comportementaux et aussi car il n’a AUCUN ami…). J’ai aussi adoré la performance de l’acteur qui incarne Harry Osborn. Par contre, pour moi, le Bouffon Vert apparaît trop tôt ! Du moins en tant qu’Osborn Junior !

    Sinon, j’en ai ras le bol que les gens et les critiques (SURTOUT les critiques) descendant la saga, face à celle de Raimi. Bon, il faudrait que je revoie les premiers films 2000’s, mais ce qui est sûr, c’est que les deux franchises ont leurs qualités comme leurs défauts !
    Pour ma part, j’ai tendance à préférer Andrew Garfield à Tobey McGuire, car il donne au personnage de la modernité ! Mais les deux sont de très bons acteurs ! Mais Andrew, je l’avais déjà adoré dans « Never Let Me Go » et « Boy A », et j’espère qu’il aura son Oscar lui aussi ! Il me MÉRITE amplement !

    Voilà ! =)

    • Joli coup de gueule, cette comparaison entre les deux sagas devient risible… On pouvait penser qu’ils allaient passer à autre chose avec cette suite, mais non, ils continuent.

      Sinon, ils sont obligés de faire intervenir Harry Obsorn, rien que pour mettre en place les Sinister Six. Par contre, je suis d’accord avec toi, le personnage intervient trop tôt. SPOILER SPOILER l’histoire dramatique avec le trio Harry/Gwen/Peter aurait du faire l’objet d’un film à part entière et non pas être une simple sous-intrigue. Il y avait moyen de faire une belle dramaturgie.

      En même temps, le problème, c’est que ça fait un peu déjà vu avec le tout premier Spider-Man, et là les critiques se seraient lâchés avec le jeu des comparaisons…

      • Fabián Stewart

        Les critiques… Élitistes, la plupart du temps ! =)

  • Epice

    Après visionnage, je suis d’accord avec toi sur beaucoup de points… Max Dillon est vraiment ridicule et son côté « Spiderman est on meilleur ami » qui bascule en « Spiderman doit mourir » en 2 minutes est juste pathétique… Après, Electro a un look et des pouvoirs pas trop dégueux. C’est juste dommage qu’il puisse anéantir très facilement Spidey et préfère adopter sa forme « humaine » pour pouvoir se faire tranquillement tataner la gueule.
    Dane Dehaan enterre tranquillement James Franco. L’acteur me rappelle DiCaprio dans ses jeunes années. Ca reste encore à confirmer mais il pourrait se révéler bien talentueux avec le temps… Sinon leur amitié est à mon sens très bancale. On ne sent pas une complicité de malade. Mais la scène finale donnera une tout autre dimension à leur relation…
    L’humour est vraiment un point fort du film, j’ai franchement ri plus d’une fois!Les scènes d’actions sont également assez folles!
    Sinon la musique est effectivement bien cool! Pour rappel, voici le thème de Spidey en ouverture https://www.youtube.com/watch?v=TW8mk2NDr8A&index=17&list=RDukL0Pp1DYvs qui est souvent décliné durant le film notamment durant l’affrontement final avec cette musique (qui fout la patate pour conduire ou faire du sport soit dit au passage): https://www.youtube.com/watch?v=ukL0Pp1DYvs

    SPOILERS

    pour la scène de fin, je me demandais aussi si elle allait être dans ce film ou le suivant. Je pense en effet que l’actrice qui incarnera Mary-Jane ne pourra pas tenir la comparaison avec Emma Stone. L’alchimie est trop forte.
    D’ailleurs, ma copine refuse d’aller voir le prochain parce que l’histoire d’amour entre Peter t Gwen (et leurs interprètes) était pour elle le gros gros point fort de ce reboot.

    FIN DE SPOILERS

    Sinon, tu as remarqué qu’il manquait certaines scènes? Genre Harry qui balance à Peter qu’il est surveillé par Oscorp (à 40 secondes de la B-A) et le « This is bigger than you Peter » (à 1mn39). Deux choses:
    1) y’a-t-il une version Director’s cut de prévue?!
    2) L’overdose promotionnelle est telle qu’on en voit plus avec les bandes-annonces que le film lui-même… Scandaleux.

    Ca sera aussi un 7/10 mais j’attends de le revoir pour savoir si je le passerai à 8/10.

    • Ta copine a bien raison ! Moi, non plus, je n’irais pas voir la suite. Euh … je dis ça, mais je pense que je changerai vite d’avis au premier poster…

      Pour la comparaison, DeHaan/DiCaprio. C’est troublant ! Regarde la photo et même le nom… M’enfin, il faut quand même avouer qu’il est moins beau gosse, non ? Et puis, cette coupe…

      • Epice

        Ah perso je n’aurais même pas osé dire que je n’irai pas voir. Je suis tellement faible que même si j’avais trouvé ce second épisode décevant, j’y serais quand même allé. Rien que pour les pics de Spidey et les scènes d’actions qui seront sûrement encore plus folles…

        Dan Dehaan est effectivement moins beau-gosse. Ca serait un peu le Evil Twin du jeune DiCaprio!
        Niveau ressemblance, y’a aussi la coupe de petit Adolf qu’il arbore dans TASM 2 qui pourrait être un peu dans le même genre que celle de Jack Dawson. Qu’en pense notre fan de Titanic ici présent?

        • J’en ai parlé avec ma copine, elle m’a fait pfff, ils ont rien à voir. Donc je vais lui laisser le dernier mot : les femmes ont toujours raison.

          • Epice

            Pfff, carrément, les femmes, on peut pas test.

          • Aliaana

            Héhéhéhé ta copine doit être fan de DiCaprio! 😉

            Si je peux me permettre, c’est clair qu’ils se ressemblent, mais quand DiCaprio était vraiment jeune (pour Gilbert Grape par exemple, sa première nomination au Oscars infructueuse ). Ils ont la même intemporalité, le même air de j’ai-dix-ans-de-plus-que-ce-que-tu-crois (DeHaan a 28 ans et il fait ado).
            Et, en tant que fille, je préfère DeHaan en général et DiCaprio dans Gatsby, mais les goûts et les couleurs, bla bla bla…

          • Aliaana

            Ouais ça tue hein? Remarque quand tu te dis que DiCaprio avait 23 ans dans Titanic ou on dirait qu’il en a juste 16…