Test : Resident Evil : Operation Raccoon City

Socom Evil

Fiche

Éditeur:Capcom
Développeur: Slant Six Games (Socom: Confrontation)
Plate-forme:Playstation 3, PC, Xbox 360Date de sortie:18 mai 2012
Genre:Action, Horreur, Third-person shooterClassification:Déconseillé aux moins de 18 ans
Il s’agit de revivre l’envahissement de Raccoon City par les zombies (Resident Evil 2 et 3) mais cette fois-ci sous un autre angle ; L’angle de l’U.S.S, une unité de commandos qui ont pour mission de faire disparaître toutes preuves de culpabilité de la société Umbrella, ou des soldats d’élites de l’armée américaine (Spec Ops) cherchant la source de ce désordre.

Critique

Un spin-off de Resident Evil avec les méchants comme héros. Pas mal l’idée, sauf que bien sûr, c’est inexploité niveau scénario. Ce dernier se contente de réciter sa leçon d’hommage en récupérant les endroits les plus cultes du deuxième opus de la saga où il y avait des portes qui s’ouvraient au lieu du chargement. Sans oublier le bestiaire avec notamment les Lickers, les Hunters, les Tyrans, le Nemesis et les inévitables zombies. Tout ça à la sauce Socom

Bon déjà Socom, je n’ai fait que le premier sur PS2 et je me rappelle en avoir chié. Recommencer un long passage parce que tu n’as pas vu le sniper planqué qui t’as mis une balle dans la tête, sans comptez la maniabilité moyennement agréable et les coéquipiers cons comme des pines capable de foncer la tête basse devant 10 soldats. On retrouve tout ça dans Resident Evil : Raccoon City. Sauf que temps en temps, les coéquipiers restent en arrière et refuse d’avancer (à mon avis, c’est leurs nerfs qui ont lâché, tous des lopettes). Je ne peux que vous conseiller de vous orienter vers le multi pour faire votre campagne. Vous allez tomber sur des boulets mais aussi sur des mecs super forts. Je ne m’attarderais pas sur le débat puéril, Resident Evil, ça ne fait plus peur parce que bon, on s’en doute bien avec un tel titre Socom Evil.

Le mode solo est ultra court. 3h et des poussières pour boucler le tout en mode normal et le pire, sans forcer. J’en ai bavé sur un passage avec les tyrans et un autre face à quatre hunters en même temps. Le reste est relativement simple, suffit de bien se planquer et systématiquement viser la tête. Mais bon, quand on a payé le truc au prix fort, on a l’impression de s’être fait arnaquer surtout quand on n’est pas fan de multi comme moi. Le jeu est fait uniquement pour eux.

Et encore, faudrait être capable de faire l’impasse sur une maniabilité assez douteuse. Je trouve que ce n’est pas assez nerveux. On ne sent pas qu’on tire sur les ennemis comme avec Binary Domain. Les zombies avancent inlassablement vers vous et répètent les mêmes animations quand on leur tire dessus que ce soit les couilles ou le torse (suffit pas de mettre quelques gerbes de sang pour simuler l’impact de balle). Le pire, c’est quand même avec les Hunter et les boss. On n’a même plus l’impression de leur tirer dessus. Ils foncent droit sur vous sans aucune stratégie et ne ressentent rien. Cons comme des pines, je vous disais.

Niveau customisation le néant, on peut juste acheter des armes relativement proches, quelques pouvoirs et basta… Ah si, il y a un truc bien avec ce Resident Evil, c’est la cinématique d’introduction, vous pouvez la voir à la fin de l’article, ça vous évitera de perdre de l’argent.

Test

Graphisme : 6/10 – Graphiquement, je ne suis pas sous le charme. Le bestiaire n’est pas trop mal, les textures non plus mais ça manque de style. Point négatif, les animations sont mauvaises: rigides et pré-calculées.

Gameplay : 5/10 – Du TPS classique toutefois ça manque sacrément de nervosité. Shooter les zombies ne m’a apporté aucun plaisir (un comble)… Pour la customisation, armes et pouvoirs spéciaux rudimentaires et basta.

Durée de vie : 3/10 – Je note ici le solo. 30 minutes maximum par mission et il y en a 7, faites le calcul. Pour ceux avides de multijoueur, ils pourront s’éclater un petit moment.

Histoire : 3/10 – Il y avait moyen de faire quelque chose finalement c’est moche, méchant Umbrella qui cherche à effacer les traces et vous envoi faire des missions inintéressantes (détruire le générateur, buter des soldats, récupérer le virus). Dommage qu’il n’y ait pas eu davantage de prises de risques comme tuer des innocents, etc… La deuxième partie rend hommage au deuxième opus du jeu. C’est marrant de revoir Léon et Claire mais ça s’arrête là. Aucun des personnages du groupe n’est développé, rien de rien. Y a plusieurs fins mais bon, on s’en fout vu l’intérêt de l’histoire.

Son : 7/10 – Encore une fois, les voix françaises, on s’en passe (on en a la possibilité, on ne va pas se gêner donc). Après, bon je n’ai pas été impressionné.

Son point fort – Revenir à Raccoon City période RE 2.

Son point faible – Ça manque trop de nervosité et de contenu solo.

Conclusion

Partant d’une idée plutôt intelligente, on récupère un résultat moisi. L’histoire n’est pas développé, le gameplay pas assez fun, graphiquement potable et puis… trois heures et demie pour boucler l’histoire. Encore un jeu qui mise tout sur le multi, encore faut-il en avoir envie vu le gameplay…
4/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2787 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.