Test : Resident Evil 6

Bigger, louder but no faster

Fiche

Éditeur:Capcom
Développeur: Capcom (Dragon’s Dogma)
Réalisateur(s): Eiichiro Sasaki (Resident Evil Outbreak, Resident Evil : Outbreak File 2)
Scénariste(s):
Voix (personnages): Troy Baker (Jake Muller), Matthew Mercer (Leon S. Kennedy), Roger Craig Smith (Chris Redfield), Laura Bailey (Helena Harper), Christopher Emerson (Piers Nivans), Eden Riegel (Sherry Birkin), Courtenay Taylor (Ada Wong), David Lodge (Derek C. Simmons)
Plate-forme:Playstation 3, Xbox 360Date de sortie:2 octobre 2012
Genre:Action, Horreur, ThrillerClassification:Déconseillé aux – de 18 ans
Testé sur:Playstation 3

Critique

Le retour de la saga horrifique se fait suite à un épisode 5 qui a divisé les foules. Certains lui ont reproché son trop grand parti pris pour l’action, d’autres au contraire l’ont adoré pour ça. J’imagine que Capcom s’est retrouvé bien emmerdé par ça parce que quoi qu’il fasse, il y aura des déçus. Revenir aux origines (au risque de se retrouver dans le même bateau que Silent Hill, une licence presque morte) ou surfer sur l’action ? Jusqu’au jour où un petit malin a dit : « et si on faisait les deux ? ». Bingo !

Car Resident Evil 6 se divise en 4 campagnes. Léon, Chris, Jake le petit nouveau et une cachée se débloquant après avoir terminé les trois autres. Chaque héros est accompagné d’un Robin pour pouvoir offrir aux fans la possibilité de faire chaque campagne en coop, une excellente idée surfant sur la dynamique du cinquième. Bien évidemment, j’ai commencé le jeu avec la première campagne de la liste, celle de Léon et j’ai été choqué au début par la tension introduite. Le jeu se révèle un peu flippant et surtout dur. Les munitions se comptent des doigts de la main, les ennemis sont très réactifs et on est rapidement submergé par le nombre (les consoles ont fait des progrès depuis le premier où rares étaient les ennemis en duo). Fini le stress de devoir rater son tir à cause d’une maniabilité approximative alors qu’un mort-vivant s’approche à pas de Romero vers nous (comprendre sans courir), cette fois-ci le stress survient par le fait de jongler entre nos munitions et la horde approchante. On croit alors être revenu aux sources et c’est bien le cas même si spasmodiquement le spectacle intervient (chute d’hélicoptère, explosions de plusieurs dizaines de mètres entre autres).

Avec Léon, on retrouve même les énigmes du premier à coup de statues (certes ici, c’est dans un format ultra basique et très linéaire ne nous laissant pas vraiment le temps de réfléchir contrairement aux premiers épisodes où il fallait multiplier les allers-retours – ce qui expliquait aussi les durées de vies plus longues). Le tout enrobé de cinématiques ajoutant vraiment une dimension épique à ce Resident Evil à coups de scènes d’actions over the top sans jamais dégouliner vers l’invraisemblable (contrairement à Devil May Cry, l’autre licence phare de Capcom, en même temps Leon n’est pas Dante). On peut toutefois reprocher une trame très basique, méchant Umbrella, gentils héros mais ce serait oublier l’effort fait pour approfondir les personnages et leur ajouter un background appréciable. Un peu comme sur un RPG car l’histoire se décompose bien de la même manière avec ses sept personnages.

Quand on passe du côté de chez Chris, stupeurs et tremblements, le jeu bifurque vers l’action pur et dur, le stress disparaît au profit d’un sentiment de toute puissance collant bien au profil du bodybuildé. Ce n’est plus le flingue l’arme principale mais la mitraillette. Une bonne idée qui permettra de contenter un peu tout le monde et surtout d’apporter de la diversité, une diversité d’autant plus bienvenue que le jeu est très long. Comptez entre une heure et une heure quarante pour un chapitre et chaque campagne en dispose de 5 ce qui nous fait une durée minimum de 20 heures pour une maximum de 35 heures et ça bien évidemment pour finir l’histoire en vitesse normale. Si vous comptez tout débloquer, comptez le double et j’oublie le multijoueur. Une durée de vie phénoménale surpassant celle déjà conséquente du cinq. Capcom ne nous a pas pris pour des pigeons cette fois-ci.

L’autre surprise de ce RE concerne le bestiaire, incroyablement diversifié. Chaque campagne a ses ennemis particuliers et les boss sont absolument démentiels. Mon préféré reste le retour du serpent géant permettant de me remémorer avec nostalgie celui du premier épisode/Rebirth. Il y aussi du requin, de l’insecte géant, de la nana toute nue (véridique) et j’en passe… Un véritable effort nous changeant un peu des sempiternels Tyran et Hunter.

Le point qui blesse un peu ce beau tableau concerne la maniabilité pas toujours optimale, l’expression « balai au cul » s’est légèrement atténuée mais demeure toujours… Au moins, on peut désormais tirer tout en avançant ou même à terre (fini le stress du « je ne peux pas bouger quand je tire et je n’arrive pas à viser l’ennemi qui bouge trop » même si on ne peut toujours pas courir en tirant). Encore quelques efforts et la prise en main serait parfaite. Notons aussi des QTE toujours aussi présente même si parfois, on n’a même pas le temps de réagir, je pense surtout à la séquence du train dans la grotte où il faut s’accroupir pour éviter de se prendre le mur. Comme d’habitude, il existe des phases à bord de véhicules histoire de changer la routine. Bref, ce Resident Evil 6 m’a conquis par la diversité de son gameplay, de son histoire plutôt accrocheuse, de ses belles cinématiques toutefois, j’ai eu beaucoup de mal avec les graphismes ayant pris un petit coup de vieux (et surtout je suis passé du PC à la console, un voyage qui pique aux yeux).

Test

Graphisme : 7/10 – Les personnages principaux ont bénéficié d’une modélisation exemplaire (malheureusement cela a pour conséquence de rendre les secondaires très moches). Les décors sont plutôt efficaces dans l’ensemble bénéficiant surtout d’une belle diversité. Le point faible est à imputer au moteur qui a pris de l’âge (c’est le même que le 5 sorti depuis des années si je ne me trompe pas – l’effet Call of Duty?).

Gameplay : 8/10 – Maniabilité en gros progrès depuis le dernier épisode avec la possibilité de bouger en position de tir. Malheureusement on est toujours loin de celle exemplaire d’Uncharted. A noter des phases véhiculées et des QTE permettant de dynamiter l’ensemble sans oublier une diversité qui ravira tout le monde entre la campagne proche du survival-horror de Leon et l’action façon RE5 de Chris.

Durée de vie : 8/10 – Monstrueuse pour un survival-horror. Il m’a fallu trente heures pour voir le bout du solo.

Histoire : 7/10 – Le scénario demeure très classique: « une faction d’Umbrella fout le boxon avec une nouvelle variante du virus » mais la mise en scène est soignée et les personnages étoffés (même si clichés) permettant de nous impliquer facilement. Hommage aussi aux deux premiers épisodes avec les campagnes qui se chevauchent (remember Chris et Jill dans le premier, Leon et Claire dans le deux) sauf qu’ici, c’est du lourd avec quatre campagnes et sept personnages.

Son : 7/10 – Le doublage français est plutôt de bonne facture par contre les musiques sont de qualité inégales, parfois réussies, parfois bof.

Son point fort – Une durée de vie énorme et un gameplay amélioré.

Son point faible – Graphiquement pas au top.

Conclusion

Finalement, la saga Resident Evil continue son petit bonhomme de chemin là où son grand concurrent Silent Hill s’est effondré depuis des années.
8/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2751 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.