Critique & Test Blu-ray : Jurassic Park – Coffret Ultimate Trilogie

Quand les dinosaures régnaient sur la Terre

Fiche

D’après les romans éponymes de Michael Crichton
Réalisateur(s): Steven Spielberg (Jurassic Park, Le monde perdu: Jurassic Park), Joe Johnston (Jurassic Park III)
Scénariste(s): Michael Crichton (Jurassic Park), David Koepp (Jurassic Park, Le monde perdu: Jurassic Park), Peter Buchman, Alexander Payne et Jim Taylor (Jurassic Park III)
Acteurs : Sam Neill (Dr Alan Grant), Jeff Goldblum (Dr Ian Malcolm), Laura Dern (Dr Ellie Sattler), Richard Attenborough (John Parker Hammond), Julianne Moore (Dr Sarah Harding), Vince Vaughn (Nick Van Owen), Alessandro Nivola (Billy Brennan), William H. Macy (Paul Kirby), Tea Leoni (Amanda Kirby)
Pays:États-UnisGenre:Action, Aventure, Fantastique, Science-Fiction, Thriller
Jurassic Park
Date de sortie:20 octobre 1993Durée:2h02
Le monde perdu: Jurassic Park
Date de sortie:22 octobre 1997Durée:2h09
Jurassic Park III
Date de sortie:8 août 2001Durée:1h32
Ne pas réveiller le chat qui dort… C’est ce que le milliardaire John Hammond aurait dû se rappeler avant de se lancer dans le « clonage » de dinosaures. C’est à partir d’une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d’espèces de dinosaures. Il s’apprête maintenant avec la complicité du docteur Alan Grant, paléontologue de renom, et de son amie Ellie, à ouvrir le plus grand parc à thème du monde.
Date de sortie Blu-ray:25 octobre 2011
Langues:Anglais (DTS HD Master Audio 7.1), Français, Espagnol (DTS 5.1)
Sous-titres:Français, Anglais, Espagnol
Suppléments exclusif blu-ray :« Retour à Jurassic Park » – documentaire en six parties comprenant des interviews du casting des trois films et des réalisateurs.
Suppléments :Le Making of de Jurassic Park
Le Making of du Monde Perdu : Jurassic Park
Le Making of de Jurassic Park III
Steven Spielberg dirige Jurassic Park
Les réunions de pré-production
Le Monde de Jurassic Park
La Magie de ILM (Industrial Light & Magic)
Les repérages
Phil Tippett animatiques : Les dinosaures dans la cuisine
Le Phénomène Jurassic Park : Discussion avec Michael Crichton
Industrial Light & Magic et Jurassic Park : Avant et après les effets spéciaux
Industrial Light & Magic et Le Monde Perdu : Jurassic Park avant et après
Visite de ILM (Industrial Light & Magic)
Ouragan à Kauai
Montana : A la recherche de nouveaux dinosaures
Animatiques : L’attaque de T-Rex
Les effets spéciaux de Jurassic Park III
Le son de Jurassic Park III
L’Art de Jurassic Park III
Visite des studios de Stan Winston
Commentaire audio de l’équipe des effets spéciaux
Archives de la production : Storyboards, Models, Photographies, croquis
Scènes coupées
Bande-annonce
…. et plein d’autres bonus encore !

La critique

Jurassic Park a toujours été un grand souvenir pour moi. Premier film que j’ai vu au cinéma et premier grand amour. Comment oublier ce T-Rex impérial, ce Tricératops malade, ces Raptors à l’agilité de léopard, la naissance du bébé Raptor? Jurassic Park m’avait découvrir les dinosaures et les Effets spéciaux avec un grand E. Pendant des années, j’avais joué avec mes jouets dinosaures pour les faire attaquer mes voitures (certains ne s’en sont pas sortis). J’avais rêvé plusieurs nuits de visiter ce parc du Jurassique. Oui, je suis de la génération Jurassic Park (j’avais alors 6 ans lors de sa sortie) et je l’affirme fièrement (« Oh, oh, calme-toi. Va pas nous péter une durite… »).

Par contre, ses deux suites m’avaient beaucoup déçu principalement le troisième. J’avais crié à l’arnaque pour Le Monde Perdu qui promettait une invasion des dinosaures dans la ville (finalement visible uniquement dix minutes). Je me rappelle que je m’attendais à avoir une suite dans la veine d’Aliens où on aurait une guerre entre les dinosaures et les humains (j’étais jeune et naïf, « Un p’tit con quoi… »). J’avais crié au remake pour Jurassic Park III. Qu’en es-t-il presque dix ans après la sortie du troisième et 18 ans pour le premier ?

Le premier a toujours eu autant d’impact sur moi. Même si je me rappelais du film par cœur l’ayant vu un nombre incalculable de fois en VHS, ça n’a rien changé à sa force. La découverte du parc et des premiers dinosaures est toujours un grand moment où on trépigne comme un gosse de 5 ans à Disneyland. Le passage de la grande porte pour entrer dans le parc est un moment jouissif et inoubliable tout comme la première attaque du T-Rex dont la scène est désormais entrée dans les annales du cinéma. Ce verre qui vibre, le son abasourdissant des pas du roi des dinosaures, sa gueule qui s’ouvre dans la pénombre, cette chèvre dévorée, ce mec au chiotte face à un T-Rex surpris, cette course poursuite.

Jurassic Park, c’est avant tout une Aventure comme Spielberg les affectionne. Un mélange d’humour, d’aventure et de magie comme Indiana Jones, E.T. et compagnie. L’humour est un point très fort de ce Jurassic Park. Effectivement, comment ne pas rire face aux répliques désabusées de Jeff Goldblum ? Allez, je vous file quelques extraits (je mets en spoiler pour ne pas vous gâcher le plaisir du revisionnage).

« Mais euh. Euh encore une fois, comment êtes-vous sûr que ce ne sont que des femelles ? L’un de vous se promène dans le parc et soulève les jupes des dinosaures ? »

« Dieu ait pitié de nous : nous sommes à la merci des ingénieurs… »

« Qu’est-ce qu’y a là-dedans ? King Kong ? »

« Putain, j’en ai marre d’avoir toujours raison. »

Dr Sattler : Ian ! Ian !
Dr Malcolm [blessé] : Faites moi penser à remercier John pour ce charmant week-end.
[le T-Rex arrive]
Dr Sattler : On se risque à le transporter…
Dr Malcolm : Je vous en prie : risquez.

Hammond : Ce n’est qu’un retard, c’est tout. Tous les grands parcs d’attractions ont des retards. Quand ils ont ouvert Disneyland en 1956, rien ne marchait !
Dr Malcolm : Oui, oui, oui mais John, oui, oui mais quand les pirates des Caraïbes se détraquent, les pirates ne dévorent pas les touristes.

Les scènes d’action n’ont perdu en rien de leurs forces et demeurent toujours aussi impressionnantes. Spielberg filme avec un vrai sens du rythme et amène une sorte d’acheminement de situations improbables (à la Indy so) donc fun (on l’a vu avec Tintin où il s’est régalé à volonté n’étant plus limité par la réalité physique). La scène du camion au bord d’une falaise dans le deuxième opus est géniale.

La vraie question est de savoir si les dinosaures ont vieilli ? Oui et non. Oui pour les images de synthèses où la faiblesse des textures laisse transparaître une des premières utilisations des images de synthèse qui aura été généralisé par Jurassic Park. Mais là, où tout le monde de nos jours s’évertue à employer une technique 100% images de synthèse, Spielberg laisse une grande part aux animatroniques probablement les plus impressionnantes de l’histoire du cinéma (ah ce T-Rex grandeur nature). Ces animatroniques-là n’ont pas vieilli, elles donnent plus d’humanité à ses dinosaures que n’importe quels effets spéciaux aussi réussis soient-ils. Les réalisateurs de notre génération devrait en prendre de la graine : Peter Jackson l’a compris, Del Toro aussi, en témoigne son Hellboy 2.

Pour Le Monde Perdu, je l’appréhendais beaucoup mais finalement, le constat n’est pas aussi horrible. S’il avait beaucoup déçu à son époque par son arnaque marketing (les dinosaures envahissent la ville?) finalement il reste un bon Jurassic Park. Bien sûr, inférieur au premier car il perd beaucoup de ce qui faisait de Jurassic Park un film culte du cinéma : son humour. Pour le reste, c’est toujours aussi bien maîtrisé et impressionnant même si l’ensemble respire beaucoup trop à une suite-remake mixé à un remake de King Kong.

Oui, la grosse surprise de voir qu’il y avait bien eu un remake de King Kong avant l’heure (à savoir avant Peter Jackson) tellement Le Monde Perdu y ressemble. Arrivé dans une île dominée par des dinosaures dont le T-Rex représente le roi (à la place du primate), moult péripéties avec les chasseurs et les merveilles/cauchemars de l’île pour aboutir à la capture du roi de l’île pour le rapatrier à la ville pour le résultat qu’on connaît. Même les personnages semblent être calqué: le véreux, le chasseur, le héros, la belle. Le plus frappant étant sans aucun doute son titre. Le Monde Perdu n’en reste pas moins un divertissement très efficace.

Par contre pour Jurassic Park III, il est sans aucun doute le plus faible du lot. Déjà l’histoire est d’un ennui profond : un couple va rechercher leur gosse qui a un peu déconné et qui s’est retrouvé paumé sur l’île aux dinosaures. Disparu la magie du parc, disparu l’humour, disparu les personnages attachants. Sam Neil essaie de faire ce qu’il peut mais il n’est pas du tout aidé par le scénario. Les autres acteurs ne peuvent rien non plus, leurs personnages sont beaucoup trop clichés.

On suit sans grand intérêt le périple de cette bande organisé. On fera juste connaissance avec le maître du T-Rex, le Spinosaure mais ses scènes sont tellement calqués sur celui du T-Rex dans le premier Jurassic Park qu’on a l’impression d’avoir la même chose. En fait, Joe Johntson tente de reproduire ce qui avait fait le succès du premier sans y arriver, il se rattrapera après en réussissant de mieux en mieux ses films (Captain America). Ce sera juste l’occasion d’admirer les animatroniques très réussies des Raptors et pour une scène géniale dans la Volière (la seule innovation du film).

Le quatrième est annoncé. Espérons qu’il ne fera pas la même erreur que le deux et le trois. A savoir : être des suites qui essaient de refaire la même chose que le premier en faisant « Bigger, Louder, Faster ». Quoique pour le deuxième cet argument est un peu moins valable mais quand on a la saga Alien dans la tête… Alien est une des rares sagas à avoir réussi des suites s’éloignant suffisament les uns des autres pour être, chacun, unique. Il n’y avait qu’à voir la différence entre Alien, le huitième passager et Aliens, le retour (pour moi, l’exemple parfait de la meilleure suite possible). On pourrait aussi parler d’Indiana Jones qui parvenait à garder les mêmes recettes mais à innover suffisamment pour qu’on ne s’ennuie pas (l’univers et le lieu changent). Ça fonctionne très bien !

Le blu-ray

Pour le blu-ray, le constat est mitigé. La qualité de l’image est loin d’être optimale. Luminosité un peu trop forte, contraste moyen, grains horribles et très visibles, flou par moments. On se demande si le film a fait l’objet d’un travail de restauration tellement l’ensemble est… peu à la hauteur du monument Jurassic Park.

Pour le premier, les panoramiques avec des incrustations de dinosaures en images de synthèse sont particulièrement affreux. Mais pour les gros plans, la qualité change et devient très bonne, permettant d’admirer à loisir l’excellent travail effectué sur les animatroniques. Une petite claque de ce côté mais qui ne masquera pas ma déception sur l’absence de restauration. Aussi les scènes dans la pénombre passent beaucoup mieux (cf. la première attaque du T-Rex). Le troisième est, bien évidemment, celui qui s’en sort le mieux techniquement mais reste bien en deçà de la qualité des productions actuelles et des restaurations récentes (Apocalypse Now et Le Seigneur des Anneaux en tête).

Par contre, la grosse claque viendra au niveau du son. Délaissez la VF au profit de la VO qui est une pure merveille. Les pas du T-Rex feront vibrer votre installation Home Cinema, la musique culte du film enchantera vos oreilles. Une grosse réussite qui permet presque d’oublier la déception de l’image.

Les bonus sont légions ! Presque impossible de tous les comptabiliser. Il faut des heures et des heures pour tous les regarder et elles vont apprendront des tas de chose sur la saga. Un must ! Celui exclusif au blu-ray apporte suffisamment.

Une saga culte mais aux épisodes à la qualité descendante au fil des épisodes. Il n’en reste pas moins un premier épisode parmi les meilleurs films du septième art.

Sa scène culte : la première attaque du T-Rex.

Jurassic Park : 10/10

Le Monde Perdu : 7/10

Jurassic Park III : 5/10

Cette trilogie ne sera donc pas l’édition définitive, loin de là! A cause d’une qualité d’image moyenne, bien en deçà de ce qu’on pouvait attendre pour la saga.

Image : 6/10 (6 pour le premier et le second, 7 pour le troisième)

Son : 9/10

Bonus : 10/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2830 articles)

Fou de cinéma depuis qu’il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Dommage que la qualité d’image ne soit pas au rendez-vous  😥

    Pour ceux qui sont intéressés, les versions collector ou classique sont au meilleur prix chez Amazon (69,98€ ou 31,98€).