Critique & Test Blu-ray : Citizen Kane 70th Anniversary

Chef d’œuvre du cinéma américain
Réalisateur(s): Orson Welles (La Soif du mal, La Splendeur des Amberson)
Scénariste(s): Herman J. Mankiewicz, Orson Welles
Acteurs: Orson Welles, Joseph Cotten (Le Troisième homme, La Splendeur des Amberson), Everett Sloane, Dorothy Comingore, Agnes Moorehead, Ruth Warrick
Pays:États-UnisDate de sortie:1 mai 1941
Genre:Drame, MystèreDurée:1h59
Oscar 2011
Prix:Meilleur scénario original
National Film Registry 1989
Sélectionné et conservé à la Bibliothèque du Congrès américain
British Film Institute
Élu « Meilleur film de tous les temps » en 2002 par 108 réalisateurs et 144 critiques internationaux consultés par la revue britannique « Sight and Sound »
American Film Institute
Élu « Meilleur film de tous les temps » en 1997 et 2007
A la mort du milliardaire Charles Foster Kane, un grand magnat de la presse, Thompson, un reporter, enquête sur sa vie. Les contacts qu’il prend avec ses proches lui font découvrir un personnage gigantesque, mégalomane, égoïste et solitaire.
Date de sortie Blu-ray/DVD (import States):13 septembre 2011Format vidéo:1.37:1 (Format proche du 4/3)
Langues:Anglais (DTS-HD Master Audio Mono), Portugais, Polonais (Dolby Digital Mono)
Sous-titres:Anglais sourds et malentendants, Français, Espagnol, Portugais, Tchèque, Grecque, Hongrois, Polonais, Roumain
Suppléments Blu-ray :Commentaires par Roger Ebert et Peter Bogdanovich, The Opening: World Premiere of Citizen Kane (SD, 1mn 08), Interviews (SD, 8mn 44), Production (SD, 15mn 01), Post-Production (5mn 12), Theatrical Trailer (SD, 3mn 46)
Films bonus sur DVD :The Battle Over Citizen Kane (1h53), RKO 281 (1h26)

La critique de Citizen Kane

Tous les qualificatifs ont été employés pour Citizen Kane, «chef d’œuvre », « meilleur film de tous les temps », « drame absolu ». Citizen Kane est aujourd’hui un pilier du cinéma américain. Par le très sérieux AFI (American Film Institute, trad : l’Institut du Film Américain), il est considéré comme le meilleur film de tous les temps juste devant Le Parrain et Casablanca (voir le classement).

Citizen Kane est un film qui éblouit totalement par sa maîtrise, le rendant, même aujourd’hui, assez décalé. Car en se basant sur le sujet de Charles Foster Kane (largement inspiré par le richissime magnat Hearst et par Orson Welles lui-même), un homme qui a tout eu et qui était assis sur la sixième plus grosse fortune, on pourrait croire à un simple biopic mais c’est là le génie d’Orson Welles bien en avance sur son temps. Le personnage de Charles Foster Kane meurt dès le début de l’histoire en expirant avec son dernier souffle un mot : « Rosebud ». Des journalistes enquêtent donc sur l’origine de ce mot. Une maîtresse ? Un cheval ? Quel peut bien être ce dernier mot de la part d’un homme qui a tout eu ?

Le film bascule ensuite sur un résumé éclair avec un flash info sur la vie de Charles Foster Kane ainsi il permet de connaître le personnage d’un point de vue publique et officiel. Ensuite un journaliste investigateur dépêché va rencontrer les personnes qui ont marqué la vie de Charles Foster Kane. Chacun d’entre eux livreront leur portrait, leur point de vue sur cet homme. Véritable exercice de style qui, 70 ans après, fascinent toujours autant. Car c’est bien la marque des chefs d’œuvres du cinéma américain : l’immortalité.

Le film se révèle être un véritable pamphlet sur : « L’argent ne fait pas le bonheur » dont la révélation finale dévoilera qui était Charles Foster Kane. A vous de voir le film pour découvrir le mystère ?

Faisons un bref petit point sur la réalisation d’Orson Welles, elle m’a tout simplement époustouflé malgré son âge. Le film ne dispose pas de temps morts, multiplient les plans de génies (voir la scène d’ouverture mettant en avant Xanadu), les effets spéciaux se voient mais sont superbes. Le film en lui-même devient meilleur avec l’âge, il est désormais empreint d’une poésie qui le rend à la fois fascinant et étrange. Son histoire est universelle et ne pourra jamais mourir, ni devenir clichée ou éculée. Orson Welles était décidément un homme en avance sur son temps.

La critique de RKO 281 (Citizen Welles en VF)

Le coffret blu-ray américain offrait aussi le film RKO 281, l’élément absolument parfait pour mieux comprendre l’histoire autour de Citizen Kane car si le film d’Orson Welles était un chef d’œuvre. L’histoire autour du film a fini de faire de lui un des plus grand films de tous les temps. Car Hearst n’a pas du tout apprécié qu’Orson Welles fasse un film sur sa vie et a tout mis en œuvre pour que Citizen Kane ne voie jamais le jour.

Quoi de mieux alors alors que ce téléfilm qui a remporté le Golden Globe Award for Best Miniseries or Television Film en 1999 ? Doté d’un ensemble prodigieux que ce soit les producteurs (les frères Scott, Tony et Ridley) et les acteurs (Liev Schreiber, James Cromwell, Melanie Griffith, Roy Scheider et John Malkovich), RKO 281 n’est pas un grand film et DOIT être absolument vu APRÈS Citizen Kane sous peine de subir de nombreux spoilers mais il accomplit ce qu’on lui demande : faire la lumière sur l’environnement trouble autour de la sortie du film et sur l’inspiration du personnage de Charles Foster Kane qui finalement ne représentera pas seulement Hearst mais aussi Orson Welles.

En d’autres termes, le bonus parfait pour Citizen Kane. Une véritable idée de l’avoir ajouté dans le collector.

Le blu-ray importé

Une édition absolument sublime. Le package laisse affiche un grand Citizen Kane sur fond blanc avec le nom de l’acteur/réalisateur et l’âge du film sur fond rouge sang. En parcourant nos doigts sur la couverture, on sent des petits fossés irréguliers. En observant mieux, on se rend compte de la présence de puzzles (une idée géniale qu’on comprend mieux après avoir vu le film).

En ouvrant le coffret, on dispose d’un grand boitier blanc qui se déplie et laisse transparaître deux photos de Charles Foster Kane (à gauche, une version jeune et à droite, vieille). On déplie encore et on tombe sur une photo à gauche de la deuxième femme de Kane puis trois disques : le premier est le blu-ray du film, le deuxième est un DVD contenant le documentaire nominé aux Oscars The Battle Over Citizen Kane malheureusement uniquement sous-titrés en anglais (« Noooooooooo ») et introuvable en France, le dernier disque est le DVD Zone A (donc pas lisible sur un lecteur européen de base, pour le regarder la solution est de le regarder sur l’ordinateur dont les lecteurs DVD ne sont pas zonés ou sur un lecteur dézoné) de RKO 281 et rassurez-vous, il dispose bien de sous-titres français.

Reposons le coffret et passons à un petit élément en carton façon bois ancien avec le mot Rosebud sur la couverture. A l’intérieur, des cartes contenant les affiches du film et des reproductions de notes, de factures, de lettres puis un petit livret, reproduction d’un livret d’époque pour faire la promotion du film à sa sortie. Original.

Pour finir un ouvrage en carton dur avec un Charles Foster Kane de profil sur fond noir. Ouvrage intéressant avec des story-boards, des photos, des citations et quelques informations sur le film.

Ça, c’est du collector. Le genre que vous garderez précieusement dans votre bibliothèque.

Passons à présent sur le travail du blu-ray Citizen Kane. La reconstitution de l’image est bluffante. Les imperfections existent mais elles font partie intégrante du film que ce soit le grain ou le flou. Pour le reste, c’est du travail. L’ultime représentation du film Citizen Kane.

On sera un peu moins surpris au niveau du son qui laisse échapper quelques imperfections mais dans l’ensemble, pas grand-chose à dire. Les bonus sur le blu-ray sont moyens, quelques interviews, une featurette d’une minute sur la première mondiale du film. Mais de toute façon avec les deux films cités précédemment, pas la peine de faire plus.

Classé meilleur film américain de tous les temps, Citizen Kane est un film qui continue toujours à fasciner autant 70 ans après sa sortie. Un chef d’œuvre.

Sa scène culte : les scènes d’ouvertures et de fin, une véritable leçon de cinéma.

Citizen Kane : 10/10

Un téléfilm produit par HBO servi par un casting de stars revenant sur la production du film Citizen Kane. Le complément parfait. A visionner tout de suite après avoir vu le film.

Sa scène culte : la réalisation du film avec le mégalo Orson Welles.

RKO 281 : 6/10

Une édition collector ultime, on voit mal ce qu’on pourrait rajouter. Des sous-titres français pour le documentaire nominé aux Oscars ? Oui !

Image (blu-ray Citizen Kane) : 9/10

Son (blu-ray Citizen Kane) : 7/10

Bonus (RKO 281 et The Battle Over Citizen Kane comptent) : 10/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2770 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Drôle de hasard, on a choisi tous les deux le même jour pour revenir sur un vieux film culte 🙂