Critique : Stranger Things – Saison 1

La série à voyager dans le temps

Fiche

TitreStranger ThingsTitre VO
Créateurs Matt Duffer, Ross Duffer
Acteurs Winona Ryder, David Harbour, Finn Wolfhard, Millie Bobby Brown, Gaten Matarazzo, Caleb McLaughlin, Natalia Dyer, Charlie Heaton, Cara Buono, Matthew Modine
Saison1Nombre d’épisodes8
Date de sortie15 / 07 / 2016Format55 mn
GenreDrame, Horreur, Mystère, Science fiction, ThrillerChaîne:Netflix

Stranger Things. Mais, c’est quoi cette série ?

Critique

C’est marrant. Même en suivant l’actualité assidûment, on tombe parfois sur des surprises dont on n’avait jamais entendu parler (nul besoin donc de feindre l’étonnement). Pour Stranger Things, tout avait commencé avec une simple bande-annonce. Si j’avais visionné cette dernière, c’est que le titre m’intriguait (mais quelles sont ces choses étranges ?). Ça avait été la claque. Arrivé à la moitié du trailer, je me disais que ça allait être un film énorme, une superbe exclusivité de la part de Netflix. Je suis donc tombé à la renverse quand j’ai découvert qu’il s’agissait d’une…série ! Quoi, un truc d’un tel niveau, une série ? Mon dieu, ça va être épatant. Et je ne m’étais pas trompé…

Étant pris par une série avec un certain prêcheur et par les vacances, ce n’est que récemment que j’ai commencé la série des frères Duffer. Du coup, pendant ce temps-là, vous étiez nombreux à me demander ce que je foutais. Pourquoi je n’avais toujours pas commencé la série ? Surtout qu’elle ne fait que huit épisodes. Ce fut dur et à force de voir autant d’avis dithyrambiques, j’avais peur d’être déçu. Et je m’étais, heureusement, trompé…

Quand Steven Spielberg et Stephen King ont des enfants

Les dents de la mer. E.T. l’extra-terrestre. Alien, le huitième passager. The Thing. Stand by me. Charlie. Les Goonies. Ça. Autant d’inspirations pour les créateurs du show qui ont livré avec Stranger Things, le plus gros melting-pot jamais vu des années 80. Je ne crois pas avoir vu par le passé une œuvre ayant réussi à cumuler autant de références tout en prenant soin de ne pas tomber dans l’outrance, ni dans la caricature. Car le génie de la nouvelle bombe de Netflix est d’ingurgiter ces références pour en sortir un ouvrage pur et unique. Toutes ces références se mêlent pour devenir une seule et même entité. Une entité qui vit par elle-même et non aux crochets des autres. Une entité qu’on dénommera Stranger Things.

Mon inspiration préférée est largement celle, inattendue, du jeu vidéo Silent Hill. Je ne m’y attendais vraiment pas (je n’ai vu personne en parler) et j’ai été très, très agréablement surpris de voir à quel point les créateurs du show ont réussi à rendre cet univers, pourtant si atypique, crédible. Le film de Christopher Gans passe à la trappe. Tout comme Super 8. Et Midnight Special. Pourtant, pas des petits joueurs. C’est dire le niveau de l’exploit.

Je n’en reviens pas, des années 80 partout. Sur le sol. Sur les murs. Sur le plafond.

Malgré les très nombreuses références, deux seulement sont réellement majeures. Le cinéma Spielbergien des années 80 et les romans de Stephen King. De ces deux génies, les frères Duffer en ont retenu l’amour des monstres, des personnages inoubliables, une intrigue simple, mais palpitante et parfois effrayante, et un mélange puissant entre l’amour, l’amitié, la haine, la jalousie et la famille. Bref, la vie (même s’il n’y a pas de monstres, au sens littéral, dans la vraie vie). Surtout, je n’ai pas eu d’impression de déjà-vu. L’histoire pose une toute nouvelle mythologie suffisante pour évoluer en toute autonomie.

Quand Alien et Les dents de la mer ont un enfant

La créature de Stranger Things est une belle réussite, malgré des effets numériques bofs dans les deux derniers épisodes (comme quoi, au final, des images de synthèse « ratées » ne comptent finalement que peu pour empêcher de tomber amoureux). En effet, en plus d’un look donnant l’impression de sortir des années 80 (donc flippant), le « Demogorgon » nous laisse entrevoir tout un pan de son univers sans y répondre. C’est comme ça que les créatures les plus emblématiques du cinéma ont laissé leurs empreintes. Par le mystère.

Quand Ça et Stand by Me ont des enfants

Pour les personnages, c’est une belle joyeuse galerie. Le plus épatant, c’est qu’il n’y a aucune faute de goût. Tous les personnages évitent avec soin les clichés et se révèlent à chaque fois plus profonds que ne laissait présager leur étiquette de départ. Probablement, l’avantage d’être une série, mais pas seulement. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j’avais aimé tous les personnages d’une série. Mais bon, comme d’habitude, il faut toujours donner son préféré et là, le choix est très difficile. À tel point que je n’y arrive pas. Je les aime tous (sauf les méchants, faut pas déconner non plus). Comme des enfants. Et on n’a pas de préféré parmi ses enfants. Je vais juste souligner la performance de Wynona Rider. Elle est à mes yeux celle qui balance le jeu le plus impressionnant. Du moins, elle est celle qui m’a le plus épaté. Juste devant la petite Eleven.

Quand un film et une série ont un enfant

Seulement huit épisodes, ça peut sembler court au premier abord, seulement, au visionnage, on comprend pourquoi. Stranger Things n’est pas vraiment une série, mais plutôt un film de huit heures. Sans épisodes bouche-trous, avec des personnages en perpétuelle évolution, une intrigue sans temps-morts. Ça se dévore littéralement (j’ose imaginer que pour beaucoup de gens, la série ne dépasse pas une semaine). C’est un format qui serait parfait pour adapter chaque roman de Stephen King. C’est donc avec des regrets que j’apprends que les producteurs du nouveau Ça n’aient pas choisi les frères Duffer pour le réaliser (effectivement, les deux frères avaient posé leur candidature). Mais finalement, ce ne sont que des regrets très éphémères, car on ne pouvait pas faire plus bel hommage au maître de l’épouvante.

La série est une réussite jusqu’à son terminus, car j’ai adoré comment le climax de la saison aborde les questions que tout le monde se pose à l’approche de la fin et laisse espérer une magnifique deuxième saison. À l’heure où j’écris ces lignes, elle n’a pas encore été commandée, mais j’ai lu à droite et à gauche que Stranger Things a été un des plus gros succès du service de streaming (devant même Daredevil). Donc il n’y a pas trop d’inquiétudes à se faire.

Par qui a du mal à quitter les années 80, le17 août 2016.

La digne héritière de Charlie.

Conclusion

La bombe de l’année ! Stranger Things est bien parti pour être mon number one de l’année 2016 (film et série confondus). Du moins, en ce mois d’août, il l’est. Invoquant le cinéma de Steven Spielberg à son top et les romans de Stephen King tout en puisant dans le meilleur des années 80 (la Sainte-Trinité de ma jeunesse), les frères Duffer livrent une œuvre d’une rare justesse. J’irais même invoquer le chef d’œuvre, car je ne vois pas par quel autre terme, on pourrait qualifier la série de Netflix. Donc je termine par ces mots : chef d’œuvre.

+

  • Galerie de personnages d’un niveau rarement vu
  • Univers fantastique fantastique (non, il n’y a pas d’erreur dans la répétition 🙂 )
  • Plus proche du film que de la série
  • Le meilleur de Spielberg et de King
  • Références discrètes et soigneusement intégrées dans l’histoire
  • Machine à nostalgie

10/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2739 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Captain Cook

    L’ayant déja revu 3 fois….(1 fois seul, 1 autre avec mes parent et la dernière avec mon grand frère), je la trouve génial…..MAIS pas parfaite ^^.

    Les premier épisodes sont vraiment bon, mais prenne leur temps.

    L’intrigue au début avec Nancy….mon dieu que c’est chiant (elle veut juste coucher quoi). Ensuite heureusement le perso a plus de nuance.

    Et manque d’originalité…j’avais deviner le truc en 3 épisodes.

    Mais OUI, reste une super série je trouve, et une excellente surprise….de cet été.

    Avec le recul…..8/10

    Vivement la S2.

    • 8/10, au bout de la troisième fois. C’est plutôt bon 😀 En général, quand je revois un film ou une série, la note chute vertigineusement la deuxième fois, c’est pourquoi je me refuse de renoter un film après la première fois.

      Concernant le manque d’originalité, je te trouve dur. Un tel melting-pot relève du jamais-vu jusqu’ici. Tout est mélangé, mais sans ruiner à la fluidité de l’histoire. Sinon, le mystère est facilement deviné, car il n’est pas vraiment caché. Il y a beaucoup trop d’indices pour qu’il y ait une vraie volonté de le cacher. C’est plus le suspense qui est mis en avant.

      • Captain Cook

        Moi ca dépend…..autant je peux revoir un films des mois (ou semaines) après. Ou sa vieillie trés bien….(voir je le préfère qu’a la 1er fois), ou alors l’inverse, j’aime de moins en moins le film (pas qu’en le revoyant….en y repensant aussi).

        J’aime bien faire ca….sa montre la solidité de l’oeuvre a mes yeux. Si certain films peuvent se voir encore et encore….et encore avec autant de plaisir….et d’autres démontre qu’après la surprise….il y a plus trop rien pour le reste.

        Pour l’originalité….je sait pas…..ont dirait vraiment qu’ils ont essayer de ne pas révéler les choses trop rapidement….mais pour les connaisseur de SF/Fantastique….c’est griller assez rapidement. Justement a cause de ca le suspens est amoindrie (car déja griller), même si ca reste du trés bon boulot…attention ^^.

        Ensuite pas trop d’accord….du jamais vu….hummm surtout c’est dernière année avec les hommage a Spielberg qui pleuvent (Super 8 évidement), mais j’ai préférer largement la série perso.

        Puis une autre influence aussi….des année 90’s par conte….X-Files…..beaucoup de X-Files aussi (grand fan de la série ^^).

        Enfin bref, ca ne change pas l’amour que j’ai eu envers la série….mais j’ai peut étre un peu plus de recul….je sait pas, en tout cas, c’est ce que je pense.

        😉

  • clarkio777

    vous conseillez de la regarder en VO ou VF ?
    merci je connaissais pas, ca m’intrigue drôlement merci Boss !!!
    J’espère que tu continueras à faire le planning mensuel.

    • Quoi qui se passe, la VO sera toujours le support audio à privilégier. La question ne devrait même pas se poser.

      Pour le planning mensuel, il se fera toujours 😉 Surtout qu’il m’aide beaucoup aussi.

    • Captain Cook

      Si tu le regarde avec t’es parent (comme moi), et que ne peuvent pas lire les sous titre (le privilège de l’age….^^), en VF….pas le choix (et de bonne qualité en plus), mais sinon……VOST pour TOUTE série !!!

  • Best

    J’ai vu cette séries y a quelque temps et j’avoue cette série est un ovni, ambiance année 80, a la ET ou super 8, coté science fiction bien foutu, y a aussi un coté complot , bon rythme, bon jeu d’acteur, les gosses sont original, mais paraissaient faux, pas credible , les ados sont aussi chiant, pour le coup eux sont cliché, même si, pour les ado au final c’est pas si cliché. Ça manque d’effet speciaux, ça reste très rudimentaire sur ce coté. Spoil à la fin après avoir découvert tout cela, c’était comme si de rien n’été, oui, ils viennent juste de découvrir une organisation secrète, une fausse mort, des morts, des massacre, une fillette au superpouvoir, une autre dimension et un put** de monstre digne d’un Alien, tout est normal . Quand même qu’ild soient un minimum choqués et chamboulés, qu’il aient des sequelles, c’est pas possible même rambo serait désorienter après avoir vecu tout ça,. Il manque de profondeur dans la psychologie des personnages, c’est très superficiel, il manque des détaille sur cette autre dimension comme le gosse a survecu, alors que les gens ne tiennent pas 5 minutes, sans manger, pendant une semaine, voir plus. La donne d’action du monstre devrait être limité a la foret et au alentour, a la fin il va directement a l’école, vers les habitation, d’ailleurs est ce que cette dimension a des limites. Sinon très bonne serie captivant qui a une identité, et ça serait cool de faire une saison 2, pas obligé de faire une suite, si y a suite j’aime bien leur idée de faire une sorte d’Harry Potter

    • C’est ça que j’ai beaucoup aimé. Que les personnages sont plus que leurs étiquettes. Au début, on se dit qu’on va avoir droit à tous les clichés possibles, puis les créateurs du show les esquivent intelligemment, surprenant par là le spectateur. Une excellente idée.

      Concernant les effets spéciaux en images de synthèse, j’ai envie de dire heureusement vu la qualité. Quand le monstre apparaît dans les deux derniers épisodes, il faut quand même un peu fermer les yeux dessus. Dommage de ne pas avoir été jusqu’au bout dans le style old school en nous offrant un monstre old school à la The Thing, Alien ou Predator.

      Pour la découverte, les personnages sont quand même chamboulés. Mais le climax ne permet pas de passer plus de temps dessus (il ne reste pas de temps, pour la saison 2 ?). Il y a quand même des impacts non-négligeables via le personnage de Will qui prouve bien qu’on ne s’en sort pas sans séquelles. Concernant la semaine dans le monde à l’envers, je ne trouve rien de choquant surtout quand on voit comment le gamin est mal en point vers la fin. Il a probablement dû être protégé par l’espèce de facehugger à la Alien. Sinon, on voit bien que les gens tiennent dans la zone. Nancy y arrive. Le shérif enlève son masque et ne semble pas souffrir. Il faut dire que les radiations n’ont pas d’impacts à court terme.

      La zone d’action du monstre n’a pas vraiment de limites, il s’est juste trouvé un petit terrain de chasse peinard et n’a pas vraiment de raison de bouger (sauf quand il se fait méchamment cramer, là, il s’enfuit). Pour les limites, ce sont les mêmes que pour la nôtre. Il s’agit d’un monde parallèle et je suis bien curieux de la découvrir.

      Concernant la suite, il semblerait qu’il est possible que ce ne soit pas une suite directe.