Critique : Snowden

La surveillance ne dort jamais

Fiche

D’après les livres d’Anatoly Kucherena et Luke Harding

TitreSnowdenTitre VO
RéalisateurOliver StoneScénaristes Kieran Fitzgerald, Oliver Stone
Acteurs Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley, Melissa Leo, Zachary Quinto, Tom Wilkinson, Nicolas Cage
Date de sortie01 / 11 / 2016Durée2h 14
GenreBiopic, Drame, ThrillerBudget50 000 000 $

Patriote idéaliste et enthousiaste, le jeune Edward Snowden semble réaliser son rêve quand il rejoint les équipes de la CIA puis de la NSA. Il découvre alors au cœur des Services de Renseignements américains l’ampleur insoupçonnée de la cyber-surveillance. Violant la Constitution, soutenue par de grandes entreprises, la NSA collecte des montagnes de données et piste toutes les formes de télécommunications à un niveau planétaire. Choqué par cette intrusion systématique dans nos vies privées, Snowden décide de rassembler des preuves et de tout divulguer. Devenu lanceur d’alerte, il sacrifiera sa liberté et sa vie privée.

« Je veux bien m’enlaidir pour un rôle. Mais ces lunettes, c’était obligé ? »

Critique

Si comme moi, vous n’avez que vaguement entendu parler d’Edward Snowden, le nouveau film d’Oliver Stone est pour vous. Pour les autres, ben, j’en sais rien vu que je ne corresponds pas à votre profil 😀 .

Ne connaissant pas grand-chose de l’histoire, les grandes lignes mises à part, c’est intrigué que j’ai découvert Snowden. Oliver Stone, réalisateur de 70 balais spécialiste de films scrutant les hautes sphères des États-Unis entre Wall Street et sa suite où l’argent fait des crises d’insomnie, JFK, Nixon et W. : L’Improbable Président, ne signe pas avec Snowden son meilleur film, la faute à un rythme lancinant, néanmoins, je suis sorti de la salle avec une véritable envie d’en débattre et d’en savoir plus. Un vrai signe de réussite pour ce film qui pousse à la réflexion.

Déjà, le héros de l’histoire, Edward Snowden, est introduit de manière plutôt originale dans un contexte (déjà) paranoïaque. Il se livre à des journalistes, ce qui permet de suivre le récit sous forme de narration se concentrant sur les moments les plus intéressants. Le tout avec un point de vue subjectif. Un bon point qui permet d’éviter l’horrible syndrome Wikipédia donnant systématiquement naissance à des films sans grand intérêt (on en parle du Jobs avec Ashton Kutcher ?).

Faire réfléchir et impliquer le spectateur

Afin d’amener le public à s’impliquer, une parade a été mise en place en faisant de la love story entre Snowden et sa moitié, la pierre angulaire de l’histoire. Incarnée par Shailene Woodley, cette dernière s’installe comme un personnage « neutre » qui, comme le grand public, profite à fond de son Smartphone et les possibilités qu’offrent Internet. Ainsi, ça m’a permis de m’y identifier et pouvoir débattre par personnage interposé avec Snowden. Contrecoup malheureux, une histoire d’amour parfois lourde.

En tout cas, j’ai bien apprécié le film d’Oliver Stone qui m’a permis de faire connaissance avec ce personnage hors du commun (vers la fin du film, quand j’ai observé son parcours avec le recul, j’ai été bluffé). Surtout, il y a un très bon casting, notamment un Nicolas Cage que j’apprécie toujours de retrouver. Petite inclination de chapeau pour Joseph Gordon-Levitt qui accepte à nouveau de s’afficher avec un look peu glamour après celui de Philippe Petit dans le vertignieux The Walk: Rêver plus haut.

Niveau crédibilité, n’y connaissant pas grand-chose à l’histoire, difficile pour moi de juger, mais j’ai trouvé ça plutôt vraisemblable (même si les évènements du film sont effrayants, au point de rendre ridicules certains films sur le sujet comme le récent Eye in the Sky et son débat sur l’utilisation des drones) et surtout, il faut savoir que le vrai Snowden a participé à la création du film. Appréciable aussi, le fait que le film ne tente jamais de sortir du point de vue subjectif du héros ou de donner des leçons. Il se contente, à la manière de son personnage principal, d’exposer des faits et de nous laisser le soin de juger. Car, il n’y a pas de réponse au débat, seulement une invitation.

Par qui, aussitôt rentré chez lui, a scotché la caméra de son smartphone et de son ordinateur portable, le12 octobre 2016.

– Sérieusement, tu as cru que Divergente allait marcher ?
– Ben écoute, y avait quand même Kate Winslet.

Conclusion

Pour ceux, comme moi, ne connaissant pas grand-chose de l’histoire derrière le scandale survenu suite au déballage d’Edward Snowden, le nouveau long-métrage d’Oliver Stone vous permettra de découvrir un homme hors du commun et vous invitera à une réflexion qui survivra longtemps après la séance. Car, Snowden est un film qui interpelle.

+

  • Faits exposés qui font froid au dos…
  • Sujet très intéressant et on ne peut plus d’actualité
  • Style de narration

  • … et qui rendent parano
  • Love story parfois lourde
7/10

En tout cas, je sais ce qu’il me reste à faire avec mon portable. Merci Oliver et Edward.

La caméra du portable, c’est tabou. On en viendra tous à bout !

Advertisements
A propos de l'auteur : (2751 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.