Critique : Puzzle

Affiche de Puzzle
La dernière pièce du puzzle est perdue

Fiche

Titre:Puzzle
Réalisateur(s):Paul Haggis
Scénariste(s):Paul Haggis
Acteurs:Liam Neeson, Maria Bello, Mila Kunis, Kim Basinger, Adrien Brody, Olivia Wilde, James Franco, Moran Atias
Titre original:Third PersonDate de sortie:19 / 11 / 2014
Pays:Royaume-Uni, États-Unis, Allemagne, BelgiqueBudget:
Genre:Drame, RomanceDurée:2h 17

Puzzle raconte trois histoires d’amour, de passion, et de trahison qui se déroulent à New York, Paris et Rome. Trois histoires qui vont se révéler liées par un secret…

Photo de Puzzle

Liam Neeson : « Elle est relou, Olivia, ça fait dix fois qu’elle me fait le coup de Casper le fantôme. Heureusement pour elle qu’elle a des courbes de rêve. »

Critique

Après avoir provoqué la collision de plusieurs destinées (Collision, 2004), Paul Haggis est devenu un grand nom du cinéma américain, malheureusement les films qui ont suivi, Dans la vallée d’Elah (2007) et Les Trois prochains jours (2010), n’ont pas vraiment suscité l’enthousiasme du public. Cette fois-ci, il revient avec un mec auquel il ne faut pas prendre la fille, Liam Neeson, pour faire un puzzle destiné aux 7 à 77 ans.

En VO, le long-métrage a pour titre Third Person, mais le titre français est bien plus loquace. Car il ne s’agit pas d’une intrigue mystérieuse basée sur l’entrechoquement des destins, mais bien d’un mystère dont il faut recoller les morceaux. Ça n’a rien d’extraordinaire, mais ça tient parfaitement la route et ça amène une fin plutôt jolie illustrant toute l’ampleur du drame qui sert de socle au long-métrage. Néanmoins, un tel titre donne un indice un peu trop appuyé.

Puzzle choral

Évidemment, qui dit film choral, dit souvent parties inégales. Et Puzzle n’échappe pas à la règle. Chacun aura sa préférence, mais je pense qu’on sera relativement tous d’accord pour dire que la partie d’Adrien Brody est la plus faible du lot. Néanmoins, Puzzle regorge d’émotions, surtout vers sa fin où les intrigues se dénouent. Pour ma part, j’ai eu un petit coup de cœur pour la séquence où Michael (Liam Neeson) déclare son amour à Anna (Olivia Wilde) avec un champ de roses, surtout que la séquence qui précédait était d’une dureté insoutenable.

Par contre, Puzzle a de gros problèmes de rythme. L’ensemble tend parfois à s’éterniser. Les deux heures vingt se font sentir. Ce genre de sujet colle bien mieux à une série où on peut souffler entre chaque épisode. Pour ma part, je trouve que le genre film choral (sauf rares exceptions) n’a pas plus vraiment vocation d’exister au cinéma, ce n’est pas pour rien qu’on en voit de moins en moins. Par contre, ici, ça tient tout de même la route, car l’issue repose sur un mystère qui n’aurait pas survécu à une réflexion/durée plus poussée.

Spoiler : résoudre le puzzle

Pour ceux n’ayant pas compris. Il faut savoir que le long-métrage s’axe autour de l’écrivain Michael (Liam Neeson) qui a subi la douloureuse perte d’un enfant. Un enfant alors sous sa garde et qui s’est noyé dans la piscine familiale pendant qu’il était parti prendre un appel téléphonique de sa maîtresse. À partir de ce drame, il écrit un roman qui raconte la destinée de deux individus joués par Adrien Brody et Mila Kunis, deux destins séparés, mais ayant un point commun, l’avocate jouée par Maria Bello. Ces deux âmes en peine traversent des décors rappelant étrangement ceux de Michael, malgré quelques différences (au début, on peut croire qu’ils se croisent). Cela illustre juste le fait que l’écrivain s’inspire de sa propre vie pour écrire son roman. Quant au troisième fil de son livre, il s’agit tout simplement d’une histoire autobiographique (seuls les noms changent), c’est d’ailleurs pour ça qu’il parle aussi du drame qui arrive à Anna (les relations sexuelles avec son père) et qu’il retranscrit à l’écrit la conversation téléphone avec sa femme.

Par Christophe Menat, le .

Photo de Puzzle

L’instant fatidique où Mila Kunis se rend compte qu’elle vient d’avoir un bébé avec Ashton Kutcher.

Conclusion

Un film choral raconté par un bon narrateur et avec des acteurs concernés, mais dont la longueur provoque l’ennui. Heureusement, les émotions et le mystère sont présents.

+

  • L’histoire avec Liam Neeson et Olivia Wilde
  • Puzzle captivant

  • Longuet
6/10
Affiche de Puzzle

Affiche de Puzzle

Advertisements
A propos de l'auteur : (2688 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Andrew Leonhardt

    Ce coup-ci, je rejoins en tout points ta critique, j’ai vu le film il y a un bout de temps et je me souviens avoir peiné à le terminer.

    Ce n’est pas tant qu’il est impossible de faire un film choral je pense, c’est juste que là pour le coup, il n’y avait pas suffisamment de maîtrise dans l’exercice avec un sujet pas suffisamment fourni pour en faire un grand moment de destins croisés se concluant sur une apogée poignante.

    D’accord pour dire également que le segment avec Adrien Brody est le plus faible, il y a un manque d’intérêt assez criant à son niveau alourdissant le rythme du film qui aurait pu être facilement évitable à mon humble avis, je me demande comment ça a pu ne pas être remarqué au moment de la genèse du projet mais bon…

    Au final, c’est pas un mauvais film mais il est certain que j’ai aucune envie de me le revoir et qu’il ne m’aura pas non plus fichu une grosse impression. 6/10 aussi dans l’esprit :p

    En revanche : « Cette fois-ci, il revient avec un mec auquel il ne faut pas prendre la fille, Liam Neeson, pour faire un puzzle destiné aux 7 à 77 ans. » 10/10 x)

    • Non, je ne disais pas que le film choral est impossible. Mais bon, c’est un exercice très périlleux à mon goût, il n’y a qu’à voir l’échec du nouveau Sin City. De toute façon, il n’y a qu’un maître dans le genre. Quentin Tarantino.

      Pour ma part, le film choral souffre de la comparaison avec les séries. Il a le cul coincé entre deux chaises. Il veut ressembler à un film pour sa qualité technique et à une série pour le soin et le temps laissé à la narration. Seulement, le niveau des séries a explosé : Fargo, The Leftovers (le final est juste sublime), … Des bijoux qui dépassent pas mal de films.

      Et merci pour le 10/10, je vais le montrer à ma maman, ça va lui faire plaisir 😀