Critique : Monsieur Flynn

Another Bullshit Night in Suck City

Fiche

D’après les mémoires de Nick Flynn, Another Bullshit Night in Suck City: A Memoir
Réalisateur(s): Paul Weitz (Mon beau-père et nous)
Scénariste(s):Paul Weitz
Acteurs : Robert De Niro (Killer Elite), Paul Dano (Cowboys & envahisseurs), Julianne Moore (Crazy, Stupid, Love), Olivia Thirlby (Sex Friends), Eddie Rouse, Steve Cirbus, Lili Taylor, Victor Rasuk
Titre original:Being FlynnDate de sortie:5 septembre 2012
Pays:USABudget:
Genre:DrameDurée:1h52

Alors qu’il travaille dans un centre pour les sans-abris de Boston, Nick Flynn tombe sur son père, un escroc, poète à ses heures perdues. Alors qu’il est lui-même perdu dans sa vie, Nick doit lutter contre l’envie de renouer une fois de plus les liens avec son père.

Critique

Voir Robert De Niro sur l’affiche d’un film suffit pour convaincre de le visionner sans rien savoir dessus. Dans Monsieur Flynn, on suit en parallèle la vie de deux personnes, Flynn père (De Niro) et Flynn fils (Paul Dano) qui se retrouveront par le pur hasard des choses même si 18 ans ont passé depuis leur dernière rencontre. A noter que le film adapte le roman de Nick Flynn où l’auteur raconte ses rapports conflictuels avec son père, il s’agit donc d’une histoire vraie.

Le film offre une vision sans détour sur le monde des SDF new-yorkais, de l’intérieur (Flynn père) et de l’extérieur (Flynn fils). Le réalisme a été accru à tel point que des figurants anciennement SDF avaient l’impression de revenir sur ces lieux proches de l’enfer. L’ombre de la mère, jouée par Julianne Moore, plane sur Monsieur Flynn car elle est celle qui marquera l’évolution de Nick Flynn et son point de rupture.

En mêlant psychose de l’auteur et souffrance d’une absence paternelle, le héros plongera dans une décadence physique à dose d’alcool et de drogues de plus en plus dures. Il faut dire que son père est loin d’être un modèle d’équilibre psychologique. Persuadé d’être le plus grand auteur de son époque et de tenir un chef d’œuvre avec son roman Le Petit Criminel, il a depuis longtemps abandonné toute raison et sa famille pour vivre son art. La réflexion est intéressante, est-il nécessaire d’être fou pour être un artiste ? Où s’arrête l’art et où commence la folie ?

De même le personnage de Robert De Niro se satisfait de devenir SDF afin de pouvoir récupérer du matériau pour ses écrits et tente de pousser son fils à suivre le même chemin que lui. Un étrange paradoxe, s’il se comporte de façon paternaliste et proche de son fils dans les lettres qu’il lui envoie, il bascule sur un autre comportement face à lui, il devient agressif, le considère comme une vague connaissance et n’hésite à exacerber ses psychoses. Un duel s’engage entre les deux Flynn…

Robert De Niro, l’acteur new-yorkais, y livre une prestation mémorable et pour preuve de son engagement, il a tenu à rencontrer le vrai Jonathan Flynn et se paye même une anecdote : à la fin d’une journée de tournage, il est rentré directement à l’hôtel et les réceptionnistes ont appelé la sécurité car ils croyaient qu’un SDF s’était introduit dans le bâtiment. J’imagine la discussion.

De l’autre côté, le film plonge dans le milieu des sans-abris et leurs quotidiens, dans leurs luttes pour trouver un endroit où dormir ou tout simplement pour ne pas mourir sans oublier d’offrir quelques épisodes marquants. Toutefois, c’est rapidement sabordé par la volonté du réalisateur de se concentrer sur la relation conflictuelle entre les Flynn.

Aussi, le film souffre d’un rythme en berne avec certaines scènes franchement inutiles comme celles faisant intervenir les colocataires et puis, difficile parfois de s’attacher aux personnages malgré les deux acteurs confirmés. Paul Dano étant trop lisse pour offrir cette psychose qui bouffe Nick Flynn et Robert de Niro en fait un peu trop ce qui rend son personnage assez antipathique même s’il reste fascinant. Surtout Jonathan Flynn est lourd, il répète souvent la même chose et son discours incohérent finit par ennuyer de même son incapacité à reconnaitre les choses comme elles sont finit de faire de lui un fossile encombrant. Monsieur Flynn est morose entre ses temps forts et ses temps faibles.

Les fans de Taxi Driver vibreront en voyant Robert De Niro se retrouver derrière le volant d’un taxi jaune et le film bénéficiait d’un joli titre avant de s’appeler Being Flynn en VO : « Another Bullshit Night in Suck City ».

Conclusion

Monsieur Flynn est marqué par la performance XXL de Robert De Niro dans un rôle flirtant avec la folie malheureusement souffre de nombreux temps faibles et d’un Paul Dano trop lisse.
+– Robert De Niro
– L’univers des SDF new-yorkais
– Lent
– Paul Dano trop lisse
– Intrigues secondaires inutiles
5/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2792 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.