Critique : Machete Kills

En attendant d’aller dans l’espace

Fiche

Titre:Machete Kills
Réalisateur(s):Robert Rodriguez
Scénariste(s):Kyle Ward
Acteurs:Danny Trejo, Michelle Rodriguez, Sofía Vergara, Amber Heard, Charlie Sheen, Demian Bichir, Mel Gibson, Lady Gaga, Antonio Banderas, Vanessa Hudgens, Jessica Alba, Cuba Gooding Jr.
Titre original:Date de sortie:2 octobre 2013
Pays:États-UnisBudget:
Genre:Action, ThrillerDurée:1h 48

Le président des États-Unis confie une mission suicide à Machete : sauver le pays d’un redoutable chef de cartel mexicain, qui menace d’envoyer un missile nucléaire sur le sol américain.

Critique

En dépit de son excellente idée de départ, Machete se révélait finalement très vite limité, n’arrivant jamais à transformer son pitch en essai, et se révèle vite fastidieux sur une durée de long-métrage. Quel est donc l’intérêt d’entamer une suite ? La question mérite d’être posée.

Au départ, l’idée de faire une trilogie était une simple blague. Mais devant le succès du premier (et des bandes-annonces de Machete 2 et 3), la blague n’en était plus une. La trilogie allait avoir lieu. Malheureusement, la partie la plus intéressante de cette trilogie concernait bien le troisième épisode, Machete dans l’espace. Mais il fallait bien justifier comment l’ex-Federale a pu aller dans l’espace. Machete Kills sert à ça.

Dans la pure veine des séries Z, Machete Kills pille ses références tout en les réadaptant à sa sauce, mexicaine donc.

Dans la pure veine des séries Z, Machete Kills pille ses références tout en les réadaptant à sa sauce, mexicaine donc. On assiste alors à une parodie de James Bond où Machete est dépêché par le président des États-Unis (génial Charlie Sheen, pardon Carlos Estevez) pour abattre un fou sanguinaire. Malheureusement, cette parodie de James Bond, malgré son casting, ne parvient jamais, ne serait-ce que pour toucher, à l’orteil d’OSS 117.

Les évènements s’enchainent sans vraiment de liant, ni d’intensité dramatique. Les stars essaient de cabotiner, sans réussite. Seuls Carlos Estevez et Lady Gaga sont vraiment marquants. La violence semble être réduite (les effets gores, il faut les chercher). L’humour est vraiment quelconque (la blague de répétition « Machete machin truc » finit par devenir lourde). Surtout Danny Trejo manque vraiment de carrure pour en imposer. La plupart du temps, il ne fait que faire la gueule tout en restant rigide comme un piquet. Ce qui est impressionnant en second rôle ou comme figurant, fait vraiment de la peine au premier-plan. Mais c’était déjà le cas dans le premier Machete.

Le seul atout du nouveau Rodriguez réside dans la bande-annonce pour sa suite. Introduite au début et à la fin, Machete Kills Again… In Space! est véritablement l’attraction de Machete Kills. On y voit Danny Trejo sortir une machette… en laser ! Parodie de Star Wars (le sort réservé à Michelle Rodriguez à la fin ne laisse aucun doute), elle donne vraiment envie. Ce qui me fait dire que Machete Kills ne sert à rien sinon à faire le buzz autour de sa suite. En fait, comme dit au début de la critique, Machete Kills est un truc qui tourne en rond en essayant de récupérer (pour ne pas dire piller sans vergogne avec l’excuse du Grindhouse) les meilleurs éléments des James Bond old school tout en visant à introduire le vrai Machete attendu, Machete Kills Again… In Space!

Machete Kills est un truc qui tourne en rond en essayant de récupérer les meilleurs éléments des James Bond old school tout en visant à introduire le vrai Machete attendu, Machete Kills Again… In Space!

En parlant du trois, il offre un plan de fou avec Lady Gaga pointant un flingue vers le spectateur. Le truc qui donne envie de foncer au vidéoclub le plus proche pour se procurer la K7, sauf que non, ce n’est pas un vieux film… En parallèle, j’ai été déçu de voir que le grain de l’image a disparu. C’était vraiment un des trucs qui me faisait kiffer dans le précédent. Le seul héritage des films Grindhouse concerne l’utilisation des lunettes 3D (une des rares idées bien exploitées).

L’équipe a offert une excellente anecdote à propos du combat entre Machete et Mel Gibson. En plein combat, Danny Trejo a lâché son sabre. Surpris, le réalisateur lui a demandé pourquoi. La réponse de l’acteur est culte : « je me bats avec William Wallace. Tu te rends compte : il a sauvé l’Écosse ! ».

Conclusion

Sans surprise, Machete Kills est vraiment mauvais. Davantage, un film pognon qu’un véritable travail artistique, il a pour seul mérite d’avoir introduit Lady GaGa au cinéma et d’offrir une bande-annonce excitante pour Machete 3.

+– La bande-annonce de Machete Kills Again… In Space
– Lady GaGa
– Charlie Sheen en président des USA
– Suite bouche-trou
3/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2787 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.