Critique : Les Animaux fantastiques

Affiche française de Les Animaux fantastiques

… ou Norbert et la Grosse Pomme

Fiche

TitreLes Animaux fantastiquesTitre VOFantastic Beasts and Where to Find Them
RéalisateurDavid YatesScénaristeJ.K. Rowling
ActeursEddie Redmayne, Katherine Waterston, Alison Sudol, Ezra Miller, Dan Fogler, Colin Farrell, Faith Wood-Blagrove, Samantha Morton
Date de sortie16 / 11 / 2016Durée2h 13
GenreAventure, Famille, FantastiqueBudget180 000 000 $

1926. Norbert Dragonneau rentre à peine d’un périple à travers le monde où il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques. Il pense faire une courte halte à New York mais une série d’événements et de rencontres inattendues risquent de prolonger son séjour. C’est désormais le monde de la magie qui est menacé.

Photo de Les Animaux fantastiques avec Eddie Redmayne et Katherine Waterston

Après l’homme à la cicatrice, voici celui qui écoutait les baguettes.

Critique

À peine, le premier est sorti que quatre nouveaux Les Animaux Fantastiques sont déjà annoncés. Autant dire qu’il y a une certaine pression autour de ce spin-off d’Harry Potter où l’écrivaine J.K. Rowling signe pour la première fois un scénario pour la saga (et en solo, avec ça). D’où sans doute le matraquage : « spin-off d’Harry Potter ».

Si j’adorais la saga Harry Potter pour ses livres et les premiers films, mon désamour a commencé quand David Yates est passé à la réalisation (depuis Harry Potter et l’ordre du Phénix pour être précis). À chaque film qui passait, mon affection pour le sorcier à la cicatrice diminuait avant de toucher le fond avec Harry Potter et les reliques de la mort: 2ème partie que j’ai détesté. J’imagine que je dois être seul dans ce cas si je me fie aux excellentes critiques et à la moyenne IMDB (la meilleure moyenne de la saga !?). Je tenais à commencer ma critique en installant mon profil afin de bien remettre ce qui va suivre dans le contexte.

Évidemment, j’ai désespéré quand j’ai appris que David Yates était encore une fois à la barre. D’autant plus qu’entre le dernier Harry Potter et le film du jour, il avait réalisé le très moyen Tarzan. Peu importe, je voulais lui laisser sa chance. Surtout que je mettais mon peu d’amour envers ses épisodes sur le compte d’une adaptation trop difficile à cause de livres trop denses. D’autant plus que J.K. Rowling était au scénario ce qui devrait lui permettre à David Yates d’avoir un scénario plus adapté au cinéma.

Tous les défauts de David Yates au service d’un scénario bancal

La déception fut donc de taille. Avec Les Animaux Fantastiques, j’ai retrouvé toutes les tares des Harry Potter de Yates (et du Tarzan, d’ailleurs). Un rythme désespérant… C’est bavard pour ne pas dire grand-chose. Un humour quelconque. Des effets spéciaux couci-couça. Un méchant donnant l’impressionnant d’avoir un clone de Voldemort (même s’il y a une différence fondamentale : la présence d’un nez). Une histoire mettant des plombes et se concentrant sur une quête inintéressante (voir le héros chercher pendant presque les trois-quarts du film ses animaux fantastiques, wow). Seul le sympathique climax permet de relever le niveau. Malheureusement, il finit en eau de boudin.

Photo de Les Animaux fantastiques avec le Niffler

« Hum… Je ne fais que passer. »

Au milieu de cet océan assez vide, j’ai quand même eu quelques motifs de satisfaction. Tout d’abord, la prestation d’Ezra Miller. À chaque fois que le mec apparaissait l’écran, j’avais un petit sourire pour son look si Burtonien. Quoi d’étonnant, sachant que les Harry Potter doivent beaucoup à l’univers du réalisateur qui ne coiffait jamais. Au point de lui piquer ses deux acteurs fétiches : Helena Bonham Carter et Johnny Depp. En plus du look, Miller était vraiment à fond dans son rôle. Un freak adorable.

Concernant le reste du casting, rien de glorieux si ce n’est Alison Sudol (Queenie Goldstein) et Dan Fogler (Jacob Kowalski). Deux personnages certes très clichés, mais cependant attachants. Chacun à leur façon. Pour Norbert Dragonneau joué par Eddie Redmayne, bof. Il est si mou et si benêt que je n’ai pas réussi à m’attacher. Il a même fini par m’agacer à cause de sa passivité. À chaque fois qu’il est confronté à des éléments de haute importance, il brille… Par son inaction. Ah, j’oubliais Colin Farrell. Mais j’aurais mieux fait de l’oublier n’ayant pas grand-chose à dire.

Cette actrice digne d’un nanar

Par contre, j’ai bien kiffé l’apparition de Gnarlack. Quand il est apparu à l’écran, je me suis dit : « C’est fou quand même, on dirait Hellboy (Ron Perlman, quoi). ». Naturellement, quand j’ai vu en préparant la critique que c’est l’acteur qui jouait le personnage, j’ai esquissé un gros sourire. Par contre, le plus beau rôle du film revient à l’actrice senior black qui extrait un souvenir à Porpentina Goldstein (Katherine Waterston). Oh mon dieu ! Elle jouait comme un pied. Elle a merveilleusement réussi à désamorcer tout le suspense de cette scène et à me faire rire comme on rit devant le ridicule d’un nanar. Un gros bravo ! Sincèrement, bravo. C’est juste inouï. Du pur génie !

Autre chose surprenante (et je précise que je ne suis pas un fan, donc je n’ai pas la science infuse concernant l’univers de Rowling). Durant les scènes d’action, les sorciers abusent du sort de téléportation comme s’ils étaient le X-Men Diablo. C’est marrant, car je ne me souviens pas qu’ils fussent aussi doués pour ce sort lors du combat final de la saga Harry Potter. J’imaginais qu’user un tel sort était éprouvant pour l’organisme. Dès lors, un tel écart de puissance est pour le moins déstabilisant.

Pour terminer, on peut appuyer les qualités avec un New-York old school assez sympathique, une sublime photographie et surtout des créatures plutôt mignonnes notamment celle qui est attirée par tout ce qui brille et le sosie de Baby Groot. Mention spéciale pour le clin d’œil au Star Wars, Le Retour du Jedi.

Par très déçu, le17 novembre 2016.

Photo de Les Animaux fantastiques avec Colin Farrell et Ezra Miller

« Ah, ah, je t’ai trouvé ! Alors finalement, on n’est pas si rapide que ça, mon petit Flash ? »

Conclusion

Le spin-off de la saga Harry Potter souffle le chaud et le froid pour son premier film. Autant le New-York de l’époque est superbement reproduit, que certains personnages/créatures sont vraiment attachants et que la photographie est vraiment top, les défauts sont parmi les plus critiques. Comme un rythme lancinant (2h 13, c’est trop pour ce qu’ils ont à raconter), une histoire perdant beaucoup de temps sur des intrigues inintéressantes (heureusement, ça se réveille sur la fin) et un héros peu charismatique.

+

  • J’aime beaucoup la photographie
  • Reconstitution du New-York de l’époque
  • Certaines créatures et personnages secondaires
  • Climax
  • L’impression d’avoir des Diablo partout

  • Histoire perdant trop de temps sur la quête « Pokémon » du héros
  • Rythme ennuyant
  • Final en eau de boudin
  • Eddie Redmayne peu attachant
  • Vilain donnant l’impression de revoir Voldemort
5/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2717 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Arnaud Epinette

    J’ai pas vraiment détesté le dernier volet d’Harry Potter (cet honneur revient au 6eme film, Le Prince De Sang-Mêlé, qui passe son temps a nous narrer les amourettes de ces ados en pleine puberté, tout en sacrifiant des passages énormes du bouquin, tel que la bataille de Poudlard et l’enterrement de Dumbledore). Néanmoins, ce 8eme volet m’a quand même laissé un arrière gout d’inachevé: bataille a Poudlard trop molle du genou, combat Harry/Voldemort a 1000 lieux de ce qui se passe dans le bouquin …
    Je suis finalement assez d’accord avec l’avis de la mollassonitude de David Yates, qui finalement en 4 ou 5 films Harry Potter n’aura jamais réussi a me donner des frissons ou a me faire tripper sur mon siège.

    Je vais donc aller voir ce film un peu comme toi, avec de l’espoir mais sans me faire d’illusion. Nul doute qu’a la fin j’aurais passé un bon moment, mais pas inoubliable …

    • Je n’en reviens toujours pas qu’ils se sont reposés sur ce dernier pour lancer ce spin-off… M’enfin, tous ses Harry Potter ont cartonné, donc pourquoi changer ?

      Après, je tiens à préciser qu’il s’agit du moins pire de Yates, donc Les animaux fantastiques se regarde sans déplaisir. Mais quand tu vois les talents des mecs qui l’ont précédé pour la saga HP. Tu te demandes pourquoi ils l’ont choisi.

      • Arnaud Epinette

        Ben c’est exactement ca, les films ont cartonnés et Yates suivait les directives des studio comme un bon Yes Man des familles, donc pourquoi changer …
        Moi personnellement, ca me fait du mal a le dire parce que je trouve que c’est peut-etre le livre le moins bien adapté, mais le 3eme volet de Cuaron est selon moi le plus réussi au niveau real

        • En même temps, Alfonso Cuarón, quoi 😀

  • Vincent Barriera

    Je sors juste du film et comme pour les critiques, je ne suis pas du tout d’accord avec toi ! Malgré de nombreux changements et des détails supprimés, j’a bien plus aimé Les Reliques de la Mort que tous les autres films. Je les trouve bien meilleurs que les premiers films, le troisième compris (avis subjectif), même si le Prince de Sang-Mêlé m’a bien moins emballé.
    Concernant ce film-ci, j’ai plutôt aimé. Le côté benêt de Newt est très sympa je trouve, ça lui donne une personnalité attachante et au contraire, j’ai à peine apprécié Ezra Miller et son rôle. Pour Collin Farell, j’ai bien aimé son jeu (j’adore sa voix française) et il reste classe. Maintenant, en ce qui concerne SPOILER Grindelwald, il est très différent de Voldemort, dans le film et dans le livre. Le twist sur son identité m’a un peu déçu, j’aurais préféré qu’il ne reste que suggéré, l’intro du film étant parfaite pour introduire le personnage et la menace qu’il représente (personnellement, je l’ai toujours préféré à Voldemort) mais concrètement, ça reste correct. Après reste à voir ce que ça donnera sur les autres film mais moi je suis plutôt confiant même si le film a des défauts.
    David Yates a fait du bon travail selon moi même si il y a des défauts mais je préfère largement les deux parties du 7 plus le 5 (surtout que le film est loin d’être nul si on le compare avec le livre qui se base surtout sur les crises de colère de Harry et le conflit « scolaire » avec Ombrage, le film ne s’e sort pas mal du tout) que les premiers, le 3 compris.

    • Ayant arrêté mes lectures au quatrième tome, je ne peux pas juger. Je déteste le dernier, car la confrontation entre Harry et Voldemort et le combat final sont ratés à mon goût. Aucun suspense. Bataille ridicule. Alors que c’est LES trucs que j’attendais. Du coup, j’en suis ressorti profondément dégoûté.

      Après, j’ai toujours du mal avec cette saga où un gamin/ado est laissé seul pour affronter Voldemort alors que t’as toute une société de la magie derrière. Sérieusement, il n’y en a pas un pour prendre un sniper et foutre une balle dans la tête de Voldemort, qu’on en parle plus ?

      • Vincent Barriera

        Pour la balle de sniper, sachant que Voldemort a les horcruxes ça ne servirait pas à grand-chose. Pour les livres, le 5 est très bien adapté par le film je trouve puisqu’il arrive à retranscrire le combat contre Ombrage tout en restant assez rythmé et sympathique (et il faut dire que la séquence finale au ministère est très classe). Pour le 6, j’ai moins aimé mais le 7 partie 1 et 7 partie 2 sont mes préférés (malgré certaines grosses modifications). Ce que je regrette c’est le traitement de Bellatrix mais par contre j’ai beaucoup aimé la confrontation finale justement.

        Pour les Animaux, j’ai bien aimé mais je ne m’attendais pas non plus à un chef-d’oeuvre (et ce n’est pas ce que j’ai eu d’ailleurs). Mais encore une fois, Grindelwald m’a à la fois enthousiasmé et un peu déçu, le début et le fait de le traiter comme une menace générale sont excellents mais il aurait dû rester comme tel quel. Même si le twist était sympa je trouve (et puis j’adore la tête de Johnny Depp).

        Sinon, j’aimerais bien me réincarner en Niffleur si c’est possible ^^.

        • C’est surtout qu’il se fasse arrêter qui casse un peu le trip. Il déclenche un combat et se fait battre en deux secondes. M’enfin bon, il était en mode 300 aussi XD

          • Vincent Barriera

            Pas faux XD
            Moi c’est vraiment le fait d’avoir retiré Grindelwald et le rôle de Bellatrix qui m’ont un peu refroidi (bon Grindelwald on va l’avoir finalement, c’est déjà ça).

  • Vincent Barriera

    Après j’ai quand même des regrets par rapports aux films, surtout le dernier (tout le récit d’Abelforth et la partie sur Grindelwald et l’enfance de Dumbledore, le duel Bellatrix/Ginny, Luna et Hermione, le duel Voldemort/Kingsley, Slughorn, McGonagall, etc) mais je les préfère aux premiers et largement.