Critique : Le Voyage d’Arlo

L’homme est le meilleur ami du dinosaure

Fiche

Titre:Le Voyage d’Arlo
Réalisateur(s):Peter Sohn
Scénariste(s):Meg LeFauve
Voix (VO): Raymond Ochoa, Frances McDormand, Jeffrey Wright
Titre original:The Good DinosaurDate de sortie:25 / 11 / 2015
Pays:États-UnisBudget:
Genre:Animation, Aventure, Comédie, FamilleDurée:1h 40

Et si la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l’extinction des dinosaures n’avait jamais eu lieu ? Et si les dinosaures ne s’étaient jamais éteints, et vivaient parmi nous de nos jours ? Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit et craintif, qui va faire la rencontre et prendre sous son aile un étonnant compagnon : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot.

Ah ben voilà ! Les raptors ont enfin des plumes ! Mais dieu qu’ils sont moches.

Critique

En cette période trouble, aller voir un Disney/Pixar est une perspective agréable qui m’est agréable. Pourtant, rien ne m’excitait vraiment dans Le Voyage d’Arlo. Le pitch de base est plutôt bon, mais le traitement aperçu dans la bande-annonce laisse imaginer une histoire vue et revue.

Et tel est le constat que je me fais après avoir vu le film. Le Voyage d’Arlo n’offre rien de nouveau sous le ciel du cinéma hormis dans ses premières dix minutes montrant des dinosaures en mode agriculteur. Il recycle les mêmes formules, celles qui ont fait la gloire du studio Pixar, sans néanmoins toucher des sommets. Il en ressort principalement une petite lassitude. Néanmoins, j’avoue que, sans prévenir garde, le film m’a ému par deux fois.

Et on reboote Bambi avec un dino

Une émotion essentiellement dû à l’association d’Arlo et Spot où l’un est le chien de l’autre, mais pas dans l’ordre qu’on pouvait imaginer. Ce duo digne d’un buddy movie est absolument charmant et leurs péripéties sont amusantes. Néanmoins, on peut regretter que ces dernières restent à un niveau assez sommaire. Les enfants de bas âge seront ravis, les adultes un peu moins. On peut aussi remarquer une structure assez proche de celle de Bambi. Peut-être pas jusqu’au point de qualifier Arlo comme le reboot du film culte, mais pas loin.

Techniquement, le film m’a bluffé avec ses paysages. Par moment, j’hésitais à estimer s’il s’agissait d’un vrai paysage filmé ou en images de synthèse. Le contraste est vraiment saisissant avec le look cartoonesque des héros intégré. Chaque année qui passe illustre la montée en compétence des images de synthèse au point de se demander où ils vont s’arrêter.

Quant au court-métrage introduisant le film, je l’ai trouvé plutôt sympa, notamment dans sa manière de réutiliser le style manga. Après, à l’image du film, c’est clairement mineur.

Par Christophe Menat avec un meilleur moral, le .

« Sérieusement ? C’est lui, le Collectionneur dans l’univers de Pixar ? On peut avoir celui de Marvel à la place ? »

Conclusion

Un Pixar mineur, mais qui fait mouche en parlant directement à notre cœur. Difficile d’en dire plus, sinon que Le Voyage d’Arlo semble bien plus destiné aux enfants qu’autre chose.

+

  • Émouvant
  • Certains paysages sont bluffant

  • Histoire très académique
  • Destiné aux petits avant tout
6/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2829 articles)

Fou de cinéma depuis qu’il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.