Critique : Le Hobbit: La Désolation de Smaug

« Come now ! Don’t be shy. Step into the light ! »

Fiche

D’après le roman de J.R.R. Tolkien
TitreLe Hobbit: La Désolation de Smaug
RéalisateurPeter Jackson
ScénaristesFran Walsh, Philippa Boyens, Peter Jackson, Guillermo del Toro
ActeursMartin Freeman, Ian McKellen, Richard Armitage, Ken Stott, Graham McTavish, William Kircher, James Nesbitt, Stephen Hunter, Dean O’Gorman, Aidan Turner, John Callen, Peter Hambleton, Jed Brophy, Mark Hadlow, Adam Brown, Orlando Bloom, Evangeline Lilly, Lee Pace, Luke Evans, Benedict Cumberbatch, Mark Hadlow
Titre original:The Hobbit: The Desolation of SmaugDate de sortie:11 décembre 2013
Pays:États-Unis, Nouvelle-ZélandeBudget:
Genre:Aventure, Drame, FantastiqueDurée:2h 41

Les aventures de Bilbon Sacquet, paisible hobbit, qui sera entraîné, lui et une compagnie de Nains, par le magicien Gandalf pour récupérer le trésor détenu par le dragon Smaug. Au cours de ce périple, il mettra la main sur l’anneau de pouvoir que possédait Gollum…

Critique

Un an. Soit le temps qu’il a fallu pour avoir le droit de retourner en Terre du Milieu et de continuer la Quête des nains. Mais aussi le temps à patienter avant l’ultime épisode qui s’annonce déjà grand (le cliffhanger de La Désolation de Smaug est probablement le plus épique et frustrant tout genre confondu, seul celui de L’Empire contre-attaque peut rivaliser). Avant d’embrayer sur le trois, il faudrait peut-être parler de celui qui vient de sortir. Non mais, je dis ça comme ça.

Sans badiner, La Désolation de Smaug est supérieur en tout point à Un Voyage Inattendu. Attention, je parle en termes de plaisir pris, car ça n’a pas de sens de comparer les deux vu qu’ils font partie d’une même trame. Dans cette suite, l’atmosphère enfantine recule pour laisser place à celle qui donnera Le Seigneur des Anneaux. Le temps de l’innocence est terminé, le Mal est de retour ! En gros, le film conserve cet humour léger, parfois franchement drôle (mention spéciale à la séquence de bravoure de Bombur coincé dans un tonneau) mais verse dans l’horreur pur et dur avec un bestiaire épatant (les Araignées en tête) et des mises à mort stylées (pas mal de décapitations d’orques). Un mélange si typique du style Jacksonien (il ne faut pas oublier qu’il a commencé sa carrière avec Bad Taste, Les Feebles et Braindead).

La Désolation de Smaug est supérieur en tout point à Un Voyage Inattendu.

Si vous avez été épaté par les scènes d’actions d’Un Voyage Inattendu, préparez-vous à recevoir une grosse fessée avec La Désolation de Smaug. Tellement de scènes mémorables, avec sur le trône, la séquence de rafting des tonneaux. La meilleure scène film, de loin ! Le réalisateur Néo-Zélandais s’est littéralement lâché. Je vais vous avouer que j’avais du mal à voir comment des nains foutus dans un tonneau et en train de descendre une rivière pouvaient donner un truc trépidant. Et j’ai vu le résultat. Et j’ai fermé ma gueule !

Tout de suite après, LE passage du film concerne le grand Smaug. J’avais été vachement déçu par son design dans la bande-annonce qui me faisait trop penser à la dragonne de Shrek (pas franchement un modèle pour une créature aussi légendaire et terrifiante). Mais là, pfiou. Du lourd. De la voix (merci Benedict) jusqu’à son envergure, on y croit à fond ! L’image la plus marquante est probablement celle où Smaug se dévoile entièrement face à un Bilbon tout riquiqui. Ca calme ! Quand il crache du feu, ce ne sont pas des flammèches, ni un lance-flamme lambda, mais la bombe atomique des lance-flammes.

Tiens en parlant de Bilbon, je voulais dire quelques mots sur Martin Freeman. Il m’a épaté par sa performance comique (bien plus abouti dans cette suite). Un style si unique, si Anglais diront certains. Parmi ses meilleures blagues, j’hésite entre le début de la scène des tonneaux et lorsqu’il réveille Smaug. En tout cas, il prouve qu’il est un acteur à suivre et le choix parfait pour incarner Bilbon.

Smaug est l’attraction du film !

Je ne reviendrais pas sur le casting déjà présent sur le premier, préférant m’attarder sur les nouveaux venus. Commençons avec la plus mémorable, oui « la » car il s’agit d’une femme (un bon moyen de faire taire les détracteurs du premier qui ont tellement souligné l’aspect « macho ») en l’occurrence Evangeline Lilly, la Kate de Lost. Venue apporter un peu de féminités dans ce monde d’hommes (de brutes ?), elle est aussi derrière une love story aussi touchante qu’inattendue (non, pas le voyage mais la love story, suis un peu, bordel). J’ai été surpris car j’ai du mal à blairer l’actrice (sa Kate était insupportable). Fort heureusement, Peter Jackson a l’intelligence de ne pas trop s’y attarder (juste le nécessaire). Pour information, il faut savoir que le personnage n’existe pas dans le bouquin (un exemple parfait des rajouts pour densifier le film par rapport au roman d’origine).

Un autre signe son grand retour : Legolas. Flanqué d’immondes lentilles et d’un buste bizarre donnant l’impression qu’il a pris des stéroïdes, Orlando Bloom m’a un peu déstabilisé. J’ai eu du mal à retrouver celui si élégant du Seigneur des Anneaux. Peut-être est-ce voulu pour montrer l’évolution du personnage comme pour Thor : passage de la brute avide de batailles et de violence vers un style plus héroïque et élégant. À voir. En tout cas, le pauvre, c’est celui qui bénéficie des effets spéciaux les plus foirés (mention spéciale à sa dernière scène où il chevauche une monture pour pourchasser un orque).

Il en reste encore deux. Luke Evans, le méchant de Fast & Furious 6 et Zeus dans le mésestimé Les Immortels, dans un rôle assez mineur pour cet épisode. Il devrait toutefois trouver son moment de gloire dans la suite.

Lee Pace, lui, il m’a bien éclaté. Le timide Ned de la série Pushing Daisies dévoile sons sens du spectacle shakespearien pour jouer un roi bien pervers comme il faut. Une telle réussite que j’ai été déçu de voir son passage si bref. On le retrouvera prochainement en tant que Ronan l’Accusateur dans le Marvel, Les Gardiens de la Galaxie. Par contre, il y a un truc que je n’ai pas aimé, c’est le couple composé par le maître de Lacville et Alfrid qui fait un peu Théoden de Rohan/Grima Langue-de-Serpent du pauvre. Surtout, l’intrigue secondaire qui en découle n’est pas franchement intéressante même si elle implique Barde (Luke Evans).

2h 41 ? Ah bon ?

Autre point où La Désolation de Smaug dépasse son prédécesseur concerne les décors. Dans Un Voyage Inattendu, on retrouvait surtout des endroits déjà traversés auparavant comme la Comté ou Fondcombe limitant ainsi la découverte des nouveaux lieux même si Gobelinville et la maison de Radagast le Brun, ce n’est pas de la merde. Toutefois, cette suite frappe fort avec des endroits mémorables comme la forêt noire (composée d’araignées qui ont fait péter un câble ma copine arachnophobe – même moi, je n’étais pas complètement rassuré – une grosse réussite), Lacville (semblant être la demi-sœur de la ville qui longe l’école de sorciers d’Harry Potter, les deux n’ont pas la même mère, celle de Lacville étant Venise) sans oublier Erebor avec sa salle de trésors à faire pâlir celle d’Aladdin. Un régal pour les yeux, ces nouveaux endroits.

Mince, il y avait tellement de choses à dire que j’ai failli oublier Beorn. Le métamorphe claque ! Malheureusement, il est si peu exploité. Dans la version longue ? Je croise les doigts. Pour terminer, je voulais rendre hommage à ce jump-scare qui aura fait sursauter tout le monde dans la salle ! Peter Jackson a bien dû se marrer lors de l’avant-première, car ceux qui ont regardé les bonus de la saga savent que le bonhomme est un sadique ! Et le pire ? Il le sait.

Conclusion

Au départ, j’étais inquiet du fait que cet épisode aurait dû être la première moitié d’un seul film. Comment Peter Jackson allait-il pouvoir justifier le fait qu’il prenait pour Le Hobbit la même durée que pour sa trilogie Le Seigneur des Anneaux alors que sur papier, l’écart en nombre de pages est abyssal ? Tout simplement en faisant l’inverse. Au lieu de se débarrasser d’intrigues et de personnages jugés superflus, son équipe a dû en rajouter. Le résultat est 2h 41 de pur bonheur, sur un rythme élevé (dès le démarrage) et parsemés de scènes d’actions mémorables. Le tout se terminant sur un cliffhanger de malade ne donnant qu’une seule envie : voir la suite ! Quoi ? Il faut attendre un an. Et si je boude, ça peut marcher ? Non ? Bon ben, je vais faire gaffe à éviter les bras de la Mort pendant un an.

+– La Terre du Milieu
– Rythme élevé
– Smaug
– Martin Freeman
– L’humour
– Les Araignées
– La scène des tonneaux
– Les nouveaux venus
– Les nouveaux endroits
– Le cliffhanger
– Le remake du duo Théoden de Rohan/Grima Langue-de-Serpent
– Le cliffanger (bordel, comment peut-on être aussi jouissif et frustrant à la fois ?)
Trophée10/10

affiche le hobbit la desolation de smaug

Advertisements
A propos de l'auteur : (2627 articles)

Avatar de l'auteur MarvelllFou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Ulky Lamorrt

    :d :d :d ca sent le fanatisme à plein nez!! mdr y’a des (-) mais tu réussis quand même à donner 10/10 hahah Marvelll tu es grave!

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      Tu me fous un nain, la Terre du Milieu et un Anneau, je deviens comme ça :http://marvelll.fr/wp-content/gallery/gif-anime/moi-moche-mechant-cool.gif

      • Ulky Lamorrt

        hahaha je vois ca tkt ;). J’irais le mater en IMAX 3D Dimanche^^

        • http://marvelll.fr/ Marvelll

          Tu m’en diras des nouvelles. Sinon IMAX et 3D dans la même phrase, ça me fait rêver. Pourquoi il n’y a pas de salles comme ça à côté de chez moiiiiiiiiiii…..

          • Ulky Lamorrt

            ENORME! 20/10 même lool trop bien le film! et en IMAX 3D encore plus bien!

          • http://marvelll.fr/ Marvelll

            Ah, ah !

  • Jeremy Veluire

    Comme tu dis, il est vraiment cool 🙂

    Par contre moi il y à un truc que j’ai pas trop aimé, c’est le triangle amoureux entre le nain, Legolas et la Tauriel. Personnellement je trouvais ça vraiment pas crédible^^

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      Ah bon, pourquoi ? On sent bien un truc bizarre avec Kili. Le bonhomme, c’est un nain, pas de doute, mais son visage est clairement celui d’un elfe (c’est le seul de tous les acteurs jouant les nains à ne pas avoir de prothèses faciales). Je me demande si sa mère ne serait pas une elfe par hasard ? Dans le premier, on le voyait clairement faire de l’œil à une femme elfe et les autres le charrient en disant combien elle était moche. Du coup, j’aimais bien cette idée d’union hors du commun. Après bon, je suis d’accord que Legolas, je vois mal son intérêt dans le trio…

  • Yannick Lizier

    La 3D : inutile…

    Bilbo : Martin Freeman joue le rôle à la perfection !

    Beorn : trop court !

    La foret noire : Ambiance glauque mais les araignées…

    Legolas : oui mais non, sympa de le revoir mais il est juste là comme ça…

    Tauriel : bonne innovation mais je me serais passé de la love story…

    Les tonneaux : scène très fluide mais quelle horreur !

    Gandalf à Dol Guldur : j’ai bien aimé mais en même temps…

    Bard : sympa mais l’intrigue en ville m’a ennuyé…

    Smaug : un des plus beaux dragons et je l’ai adoré face à Bilbo !

    Bilan : mieux que le 1 mais trop long, trop d’effets cheap, trop de scènes et de personnages inutiles.

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      Pour se faire un constat sur la 3D, il faudra attendre la version active. Mais de là à dire inutile, tu y vas fort quand même. Certains effets l’utilisent très bien comme les bourdons chez Béorn. Mais après, le problème, c’est qu’au bout d’une heure, on est tellement habitué qu’on ne fait même plus gaffe.

      « Bilbon : Martin Freeman joue le rôle à la perfection ! » +1

      La forêt noire : Qu’est-ce qu’elles ont les araignées ?

      Legolas : Ben dans Le Seigneur des Anneaux, Legolas n’avait pas non plus un très grand rôle. Et puis bon, « il est juste là comme ça ». Je suis désolé, mais non, il est au cœur des meilleures scènes d’action du film. SPOILER, le voir marcher sur la tête des nains. C’est priceless ! Je trouve que c’est une bonne idée car ça rend sa relation avec Gimli encore plus émouvante. Le mec hait les nains et ça se voit.

      Tauriel : déjà parlé dans le commentaire avec Jeremy Veluire.

      Les tonneaux : quelle horreur ! WTF ?

      Dol Guldur : « mais en même temps » ?

      Barde : celui-là, je suis d’accord, l’intrigue est clairement moyenne.

      Sinon « trop long », pour le cinéma clairement, les fauteuils ne sont clairement pas faits pour s’asseoir pendant 3 heures. Par contre, pour chez soi, c’est une durée parfaite ! C’est même trop court 🙂 (jurisprudence du premier Hobbit en version longue).

      « Trop d’effets cheap. » Mis à part Legolas, je ne vois pas.

      « Trop de scènes » au contraire, j’ai trouvé que ça dynamitait le rythme.

      « Trop de personnages inutiles », vaut mieux trop que pas assez. Puis de toute façon, ce n’est pas comme s’ils phagocytaient le rythme de l’histoire. Peter Jackson ne s’y arrêtant que quelques minutes avant de reprendre l’aventure.
      J’aime quand une réalisatrice offre beaucoup de personnages, car ça
      donne souvent un film qui peut-être vu des dizaines de fois sans que la
      flamme ne s’amenuise, car à chaque nouvelle vision, on découvre toujours
      de nouvelles choses.

      • Yannick Lizier

        J’ai trouvé que la séquence des araignées traînait et leurs voix étaient trop moches.

        Legolas : son rôle était déjà limite dans LDA mais il était classe dans l’action et son amitié avec Gimli était jolie. Là il était si inintéressant que Tauriel suffisait largement.

        Dol Guldur : c’est sûr que j’ai été surpris par cette confrontation mais bizarrement je l’ai trouvée superflue.

        Les tonneaux : c’était bien réalisé mais ça m’a fait l’effet d’un mauvais parc d’attraction avec super gros nain en tête.

        « Trop de scènes » car j’ai l’impression qu’on a rallongé les scènes afin que le film dure ses 2h40.

        • http://marvelll.fr/ Marvelll

          Dans La Désolation de Smaug, il est classe aussi Legolas, plus brut, plus assoiffé de vengeance. Ça fout un choc quand on compare à celui du SdA.

          Dol Guldur: comment peut-elle être superflue quand on sait que c’est le passage qui amène Le Seigneur des Anneaux ? En terme d’hexalogie, c’est un passage indispensable ! J’imagine déjà faire découvrir à mon môme cette saga en commençant par le premier, soit Un Voyage Inattendu. Je guetterais son visage quand il découvrira Sauron pour la première fois dans Dol Guldur.

          Les tonneaux: c’est justement ça qui est classe 😛

          « Trop de scènes », attends, tu dis une chose puis l’inverse ? Trop de scènes ou des scènes trop rallongées, ce n’est pas la même chose. Sinon, au contraire, j’ai trouvé ça trop abrupt par moments, comme le passage chez Béorn qui est expédié. Le seul passage un peu longuet (et je suis d’accord avec toi), c’est à Lacville. Pour le reste, il se passe tellement de trucs qu’on n’a pas le temps de s’emmerder.

          • Yannick Lizier

            SPOILERS
            Pour Dol Guldur, vu que dans LDA on sait comment Sauron a été vaincu la première fois j’avais pas spécialement besoin de cette scène pour savoir ce qu’il foutait avant son retour. Après je peux comprendre que d’autres la trouvent nécessaires.

          • http://marvelll.fr/ Marvelll

            SPOILERS
            Je suis d’accord pour l’intérêt de cette scène, mais elle est géniale (du moins de mon point de vue, après tu jugeras) parce que :
            1 – on a un super twist quant à l’identité du Nécromancien,
            2 – visuellement la scène claque, autant la bataille entre la lumière et l’ombre, que l’œil qui prend forme humaine et le zoom dans le zoom.

            Rien que pour ça, j’applaudis, et en plus, ça dure à peine plus de 10 mn.

  • Epice

    ATTENTION, PAS MAL DE SPOILERS DANS CE COMMENTAIRE. A EVITER DE LIRE SI VOUS N’AVEZ PAS VU LES DEUX HOBBIT !

    Je n’avais pas été convaincu par le premier Hobbit, je l’avais trouvé trop long, pas assez épique, trop calqué sur La Communauté de l’Anneau en termes de structure narrative (persiste donc cette impression de refaire le même chemin en moins palpitant et sans l’émerveillement du premier film). Et un autre point qui me chiffonnait, c’est que je ne vibrais pas du tout pour les nains. Au-delà du fait qu’ils sont trop nombreux pour être attachants, j’ai le sentiment qu’il ne peut rien leur arriver (quand tu vois les nains qui réchappent sans une égratignure du combat
    de géants des montagnes ou bien Oakenshield qui termine dans la gueule de l’espèce de Loup Géant et en ressort peinard alors qu’il devrait complètement y passer, c’est un peu too-much) alors que dans la Communauté de l’Anneau, tu avais déjà Gandalf et Boromir qui y passaient… Tu te disais que personne n’était pas à l’abri…
    Après, dans les points positifs, je trouve Martin Freeman absoluement parfait dans le rôle du Hobbit. Son côté bien posh est délectable! Sa construction au fil des péripéties est très bien amenée, de pleutre casanier, il devient un courageux héros, égal des nains qui ont connu bien des malheurs durant leur vie de merde. La BO est assez bonne avec le thème de Misty Moutain décliné à plusieurs reprises. L’échappée de la mine des Gobelins est assez folle, LE moment de bravoure que j’adore dans ce film. Oakenshield est un personnage très charismatique, avec une vraie présence à l’écran et un putain de timbre de voix. Puis ça reste globalement un univers très immersif et se replonger dedans est plaisant.

    Quant à ce second volet, je suis déjà plus enthousiaste ! On découvre du pays, des lieux jamais visités et avec des créatures et personnages qui changent. J’ai beaucoup aimé le passage dans la forêt, notamment la séquence d’hallucination collective que j’aurais même souhaitée plus longue car inventive et bien foutue ! Les araignées sont cools mais ce n’était pas forcément nécessaire de leur coller des voix d’abruties. Smaug est aussi très impressionnant et je ne pensais pas qu’on le verrait autant ! La scène des tonneaux est vraiment très bonne aussi et permet à Bombur (un mix de frère Tuck et Abraracourcix, tu ne trouves pas ?) d’avoir son moment. Parce qu’à part se bâfrer en bombant le bide, Bombur (oui, je maîtrise l’allitération) était assez aussi transparent que Bilbo avec son anneau… J’ai apprécié aussi la noirceur générale du film ainsi que quelques jumps scares plutôt efficace (le réal’ de Bad Taste, Braind Dead et Fantômes contre Fantômes est dans la place, représente). Evangeline Lilly est top dans son rôle, elle est encore plus belle que Liv Tyler, se bat super bien et n’a pas de côté chiante à parler doucement d’une voix niaise comme les autres femmes elfes, ce qui est très appréciable ! Le rythme est globalement bien plus soutenu.

    Pour les points négatifs, la scène d’intro n’est pas folichonne en dépit du caméo rigolo et Beorn ne reste pas très longtemps à l’écran (j‘espère qu’il reviendra dans le 3, il ne peut pas rester si peu de temps…). La confrontation entre Smaug et les nains est un peu too much… D’autant que ce que je craignais se réalise : je ne voyais pas comment des nains allaient être de taille face à Smaug (surtout que ce dernier a juste déloger en un claquement de griffes toute une armée de nains…) et j’avais peur d’une confrontation bancale. Il pourrait tous les buter un nombre incalculable de fois mais ne le fait pas. Au début, je me disais que c’était pour jouer avec eux mais au final, le jeu s’étire un peu trop… Genre quand Oakenshield se sert d’une brouette pour naviguer sur l’or fondue, Smaug pourrait lui cramer le cul mais préfère se barrer en soupirant. Décevant. La BO est complètement transparente… Un Howard Shore paresseux au possible… Immense déception de ce côté-là !!! Je suis un énorme fan des 4 albums précédents mais là, à première écoute, rien à se mettre sous la dent. La Love story un peu bancale met un bon coup au rythme du film, notamment lors de la dernière demi-heure où on aurait bien pu s’en passer… Le finish est assez frustrant mais je me demande comment ils vont remplir un film de 3h avec ce qu’il reste… Parce que je les vois mal botter le cul de tous les Orques vus par Gandalf, je pense qu’ils retourneront dans leur tanière en prévision des événements du SDA qui se profilent. Donc j’imagine mal une bataille finale dantesque… Mais au final, ce DoS est pour moi supérieur au Hobbit. Je retournerai le voir très prochainement pour affiner un peu mon jugement mais je lui cale un 8/10 (contre 6,5/10 pour le premier volet) qui pourrait se transformer en 9/10, à voir.

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      J’avais prévu de bosser moi, mais devant ton commentaire, je suis obligé de répondre. Analyse tout à fait pertinente encore une fois (ça ne m’étonne plus de toi) et pour une fois, différente de la mienne. On avait parfois l’impression que nos critiques étaient calqués ^^.

      Pour les nains, il est clair qu’il y avait un gros problème sur le premier de ce côté. Ils faisaient trop figurants. Mais ! Après visionnage du bonus (d’une heure, si je ne me trompe pas) consacré aux nains dans le blu-ray de Le Hobbit 1er, je peux te dire que je suis capable de savoir qui est chaque nain. Je connais leurs histoires. Du coup, ils ne sont plus des figurants pour moi, mais des véritables personnages. Donc ce point n’a plus emprise sur moi, et je dis MERCI ! Je ne peux que te conseiller de visionner le bonus. Ça change tout ! Aussi, vite fait, Le Hobbit gagne à être vu et surtout revu. J’ai largement préféré le deuxième visionnage à la première.

      Sinon un point qu’on n’a pas parlé que j’ai adoré et je profite qu’on soit dans une conversation sous le sceau SPOILER pour le dire : la scène de la révélation de la véritable identité du nécromancien. Pfiou, superbe. Surtout l’effet avec l’oeil/ombre humaine. J’ai vraiment envie de revoir ce passage.

      Pour Smaug, je me suis plutôt dit : « Je
      le comprends le pauvre, imagine s’il fallait pourchasser treize fourmis
      dans une dédale de couloirs avec pas beaucoup de lumières ». Surtout les nains jouent avec ses nerfs parfaitement.
      Attends un peu, t’es en train de dormir peinard, t’as un petit con avec
      des pieds poilus qui te réveille et qui se fout de ta gueule. On vient te cambrioler. T’es vachement énervé et pas réveillé et voilà qu’ils se mettent à courir partout. Mais raaaaah, quoi ! 🙂

      Pour le coup des flammes, on voit qu’il faut un temps pour Smaug pour viser et préparer son souffle de feu. Il n’a donc clairement pas le temps dans le peu de temps qui lui est imparti.

      Pour la BO, vu ma surdité, ce n’est pas évident pour moi de juger.
      Mais il est clair que je n’ai pas focalisé mon attention sur la
      musique, ce qui est souvent synonyme d’une BO pas vraiment marquante. Merci de le confirmer.

      • Epice

        Je ne peux que te renvoyer la pertinence et la qualité de tes analyses 🙂 Ouais disons que je pense qu’on doit avoir un ressenti similaire à 95% sur les films, là c’est juste pour apporter un peu de complémentarité à ton point de vue 😉
        Et surtout pour t’empêcher de bosser en fait.

        Malheureusement le second visionnage n’a pas eu l’effet attendu sur moi… Je
        voulais vraiment l’apprécier un peu plus que la première fois mais ça n’a toujours pas pris. Et ça m’emmerde vraiment vu que je suis un gros fan des Seigneurs des Anneaux (Le Retour du Roi trône aussi dans mon Top 10) mais malgré d’indéniables qualités, je n’arrive vraiment pas à accrocher pleinement. C’est dommage et paradoxale qu’une adapation de 9h d’un bouquin de 300 pages ait besoin d’un making-of de plusieurs heures pour approfondir ses personnages (je caricature volontairement car je sais bien que P.J et ses scénaristes ont crée de nouveaux personnages, de nouvelles intrigues pour étoffer le tout). Mais quoi qu’il en soit, je regarderai les bonus dans quelques temps (sûrement lors du coffret avec la trilogie version longue donc pas avant plusieurs années…) et peut être que ça me permettra tout comme toi de mieux appréhender ces personnages, cet univers, et donc le premier Hobbit.

        J’avoue que pour le nécromancien, je m’attendais plus à un larbin qu’à Sauron lui-même, ça fait un joli petit twist bienvenue ! Bien que dans les faits, si c’eut été un simple sous-fifre de Sauron (tu admires la prose un peu ?), le face-à-face avec Gandalf n’aurait pas foncièrement changé, c’est plus en termes de symbolique que ça envoie du lourd ! Ca fait aussi partie des passages que j’ai vraiment envie de revoir 😉

        J’avoue que Smaug devait être dans le cul et de mauvais poil (écaille ?) et pas forcément au top de sa forme. Mais perso, je ferais tout pour les écraser, les cramer, les détruire une fois que j’ai papoté avec eux. J’aurais bien aimé qu’un peu de Khan power émane du pépère Smaug des fois. Toutefois, il reste putain d’impressionnant et j’avoue avoir rarement vu une créature aussi flippante, badass, impressionnante sur un écran de cinoche. Ca fait plaisir !!!

        Je te confirme bien que pour la BO, c’était pas le pied et ce n’est donc pas étonnant que tu ne l’aies pas trouvé plus présente et marquante que ça…

        • http://marvelll.fr/ Marvelll

          C’est vrai qu’il est bizarre qu’on ait besoin d’un making-of pour mieux connaître les nains, mais c’est aussi dire la richesse de la saga qui est tellement dense. Et puis bon, dis-toi quand même si Peter s’était attardé sur chaque nain, imagine un peu la durée du film. Je persiste à penser qu’il aurait dû mettre cinq ou dix minutes pour faire une présentation rapide de chaque nain à la Grindhouse avec la voix off du style « Bombur, fils de machin, mangeur invétéré à faire passer Obélix pour un anorexique, manie la hache comme personne et dispose d’un succès monstrueux auprès de la gente féminine… naine ! ». Un truc tout simple mais suffisant, parce que bon, les présentations sont tellement expédiées que…

          Après, il ne faut pas comparer Le Hobbit au Seigneur des Anneaux. Ça n’a pas vraiment de sens, car il ne pourrait jamais le surpasser. D’un parce que le SdA était un OVNI à son époque, c’était du jamais-vu. De deux, l’histoire est bien plus épique, on parle de la fin du monde tout court. Alors que Le Hobbit n’est qu’une aventure simpliste avec de grandes conséquences. Mais bon, ça, tu le sais probablement, mais tu n’y arrives pas à passer outre. Je comprends.

          J’ai hâte de voir la grande bataille des Cinq Armées dans la suite avec un Smaug qui va tout faire péter. Peter Jackson nous avait prévenus, il avait l’intention de faire encore plus fort niveau bataille que dans Le Retour du Roi. On va voir s’il va tenir son pari.

          • Epice

            J’avoue que tu aurais dû lui proposer la voix-off présentant les nains. Sachant de toute façon que ce début a souvent été jugé comme un peu
            longuet, il n’était justement plus à quelques minutes près.

            Ouais, je sais bien que ce sont deux histoires qui ont une portée, une dimension très différente. Mais j’ai le sentiment que Jackson veut satisfaire deux tranches de publics, celle qui est fan du bouquin The Hobbit et celle qui a aimé sa saga précédente. Parce que j’ai l’impression qu’il essaye d’insuffler le côté épique et la noirceur du SDA dans la Désolation de Smaug.

            Putain par contre je ne savais pas qu’il veut faire plus fort que Le Retour du Roi… Ça peut se comprendre vu que sa sera sa dernière incursion dans la Terre du Milieu mais c’est étonnant au vu des histoires et des enjeux qui n’ont absolument pas la même dimension… Peut être que ça sera plus impressionnant dans la mise en scène à défaut d’être plus impressionnant en termes de personnages à l’écran !

          • http://marvelll.fr/ Marvelll

            Je suis d’accord avec ton analyse, on sent parfois le réalisateur partagé entre l’esprit du roman et le passé du SdA.
            En même temps, ce n’est pas facile de savoir que tu es en train
            d’adapter un bouquin qui est bien inférieur à celui que tu as adapté
            juste avant. C’était peut-être une des raisons pour lesquelles il ne voulait pas rempiler sur le projet. Who know ?

            En terme d’effectif, la bataille des Cinq Armées devrait être plus forte que celle du Retour du Roi (je ne t’en dis pas plus pour ne pas spoiler, mais il ne faut pas oublier que dans le SdA, il n’y avait que les Hommes face aux Orcs alors que là, toutes les races sont encore là). Je ne sais pas si tu te rappelles de l’excellent flash-back divulguant la provenance du surnom de Thorin. Mais c’était un entraînement (ce n’est pas PJ qui s’en est occupé, mais Andy Serkis), et vu la qualité, ça a de quoi faire peur. M’enfin, je ne crois pas qu’elle pourra être au-dessus du Gouffre de Helm, c’est la meilleure bataille jamais pondue sur écran !

          • Epice

            Ça me paraît être une raison tout à fait valable de ne pas être super chaud pour rempiler après avoir placé la barre si haut !

            Ok pour les 5 Armées, je ne le soupçonnais pas… Tant mieux, va y avoir du sport! Je me rappelle tout à fait du flash-back, plutôt pas mal épique… J’avais vu dans le générique de la Désolation que Andy était réalisateur de seconde équipe mais je ne savais pas qu’il s’était chargé de cette séquence que je trouve quand même bien épique !

            Ah, ta préférence va au Gouffre de Helm et non à la bataille finale du Retour du Roi ?

            Sinon rien à voir, mais quand ils prononcent « Dol Guldur », tu ne trouves pas que ça sonne comme « Dumbledore » ?

          • http://marvelll.fr/ Marvelll

            Ah, ah, chaud quand même de ne pas faire la confusion entre « Dumbledore » et « Dol Guldur », surtout que l’endroit ressemble à Poudlard si jamais l’albinos chauve (Voldemort) avait gagné.

            On voit ça très bien dans les bonus, l’implication de Serkis sur le film. Oh, oh, je me sens si cultivé, maintenant ! Non plus sérieusement, c’est dire le niveau du making-of.

            Pour les batailles, le Gouffre de Helm représente la quintessence des batailles (même si au départ, je me suis dit, c’est quoi ce plagiat de Starship Troopers). Pour celle du Retour du Roi, je lui reproche des effets spéciaux un peu trop visibles.

          • Epice

            Ahah, carrément, si jamais tu veux te faire des vacances farniente-doigts de pied en éventail, vaut mieux éviter le coin!

            C’est clair que le making-of semble avoir élevé ta vision sur le film, faudra vraiment que je le mate!

            J’avoue que les couleurs sont les mêmes que les scènes de nuit sur Klendathu ! Et elle pue un peu moins les personnages en images de synthèses, il est vrai!

  • Bolivian

    Bon, y a de longs commentaires mais je crois que le point que je veux soulever n’a pas été abordé (j’ai lu en diagonale, grosse diagonale pour ne rien me spoiler. Je n’ai pas encore lu la critique, toujours pour les mêmes raisons). Je voulais juste savoir si quelqu’un avait eu l’occasion de le visualiser en HFR ou en dolby atmos. Je vais ce soir le voir en Atmos, et prochainement en HFR. Ca m’aurait intéressé qu’on partage nos avis sur ces innovations visuelles et auditives. J’au Cru voir que Marvelll, tu habitais dans un coin ou il n’y avait pas d’Imax, donc peut-être pas de HFR ou de Atmos non plus… ? !

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      Ni l’un, ni l’autre…. 🙁 mais bon, le HFR, d’après les retours que j’ai eu, beaucoup sont négatifs donc ça me fait flipper. Trop de gens ont reproché l’effet télé, du coup, je préfère rester sur le format cinématographique.

  • Kevin

    Marvelll, je suis un fervent lecteur de ton blog depuis plus d’une année (je suis d’accord à 95% sur toutes tes critiques de films (hormis La Planète des Singes, les Origines, ou je t’ai trouvé bien sévère)), et je me décide enfin à poster un commentaire pour ce film fantastique.
    Je vais pas m’éterniser, tout à été dit (et bien dit).
    Je tiens à défendre cette amourette entre Tauriel et Kili. Même s’il ne se passe rien, je trouve ce petit moment charmant, et il apporte un peu de douceur à ce film.
    Je suis d’accord que ca s’éternise un peu à Esgaroth, néanmoins cela pose surement des bases pour la suite (je n’ai pas lu le livre) et notamment l’histoire du personnage de Bard (on a presque pitié pour lui quand ils se foutent de sa gueule à cause de son ancêtre, et on espère grandement qu’il va prendre sa revanche !)
    Mes 2 moments préférés du films sont bien sur la scène tonneaux (jouissif) et le combat final, franchement, c’est tellement jouissif de voir Thorin se foutre la gueule du Dragon pour le chercher un peu.
    Bref un bien meilleur opus que le second, mais ca, on s’y attendait !
    Continue à produire d’aussi belle critique Marvelll !

  • Kevin

    Marvelll, je suis un fervent lecteur de ton blog depuis plus d’une année (je suis d’accord à 95% sur toutes tes critiques de films (hormis La Planète des Singes, les Origines, ou je t’ai trouvé bien sévère)), et je me décide enfin à poster un commentaire pour ce film fantastique.
    Je vais pas m’éterniser, tout à été dit (et bien dit).
    Je tiens à défendre cette amourette entre Tauriel et Kili. Même s’il ne se passe rien, je trouve ce petit moment charmant, et il apporte un peu de douceur à ce film.
    Je suis d’accord que ca s’éternise un peu à Esgaroth, néanmoins cela pose surement des bases pour la suite (je n’ai pas lu le livre) et notamment l’histoire du personnage de Bard (on a presque pitié pour lui quand ils se foutent de sa gueule à cause de son ancêtre, et on espère grandement qu’il va prendre sa revanche !).
    La performance de Martin Freeman est formidable, mais tu ne parle pas assez de celle Richard Armitage qui est vraiment excellente à mes yeux !!
    Mes 2 moments préférés du films sont bien sur la scène tonneaux (jouissif) et le combat final, franchement, c’est tellement jouissif de voir Thorin se foutre la gueule du Dragon pour le chercher un peu ! (« TU ES DEVENU LENT ET GRAS, SUR TES VIEUX JOURS, LIMACE! » Bref le pied total).
    Bref un bien meilleur opus que le second, mais ca, on s’y attendait !
    Continue à produire d’aussi belle critique Marvelll !

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      « La Planète des Singes, les Origines, ou je t’ai trouvé bien sévère », je suis surpris, car je l’ai vraiment adoré 🙂

      Pour Richard Armitage, je n’ai pas vu d’intérêt d’y revenir car son rôle reste sensiblement le même que dans le premier où il était déjà excellent (sa scène de bravoure me fout toujours autant de frissons à chaque fois que je la revois). J’ai préféré m’attacher aux nouveaux venus pour ne pas faire une critique trop longue.

      Pour l’amourette, je pense comme toi. Et pour Bard, j’ai hâte de voir sa lutte contre Smaug !

      Et merci pour ton commentaire, ça fait plaisir !

      • Kevin

        Alors je confond surement avec un autre film, surement sorti à la même période.
        La je sort du « Loup de Wall Street », et je vois qu’on est encore en accord (mon dieu Leo) ahah.

        Pour Richard Armitage, je l’ai trouvé plus marquant dans cet épisode que le premier, car on le voit très obstiné par sa quête quitte à éliminer les plus faibles, et ensuite on le voit sortir ses moments de bravoure. Mais ce n’est que mon point de vue.

        De rien, je le pense !

        • http://marvelll.fr/ Marvelll

          Je le trouve plus héroïque dans le premier surtout à cause du passage flash-back où on voit comment il a récupéré son nom. Je ne vois pas vraiment d’équivalent dans le second.

          Sinon Le loup de Wall Street, oui, un putain de grand film !