Critique : Hercule

Affiche française du film Hercule
Il est le VRAI Hercule

Fiche

D’après le comic écrit par Steve Moore, dessiné par Cris Bolsin et edité par Radical Comics.
Titre:Hercule
Réalisateur(s):Brett Ratner
Scénariste(s):Ryan Condal, Evan Spiliotopoulos
Acteurs:Dwayne Johnson, Ian McShane, John Hurt, Rufus Sewell, Aksel Hennie, Ingrid Bolso Berdal, Joseph Fiennes, Irina Shayk, Peter Mullan
Titre original:HerculesDate de sortie:27 août 2014
Pays:États-UnisBudget:100 000 000 $
Genre:Action, Aventure, Fantastique, PéplumDurée:1h 38

Mi-homme mi-légende, Hercule prend la tête d’un groupe de mercenaires pour mettre un terme à la sanglante guerre civile qui sévit au royaume de Thrace et replacer le roi légitime sur le trône. Âme tourmentée depuis la naissance, Hercule a la force d’un dieu mais ressent aussi les peines et les souffrances d’un mortel. Sa puissance légendaire sera mise à l’épreuve par des forces obscures.

Photo du film Hercule

« Mais quelle belle bête, j’en ferais bien mon quatre-heures. »
ou comment un lion et The Rock ont la même pensée au même moment.

Critique

Et voici le dernier comic movie de l’été, un truc qui parle d’un mec que personne ne connait : Hercule. Il y a bien eu un dessin animé Disney, un truc à New-York avec Arnold Schwarzenegger, sans oublier la série avec Kevin Sorbo, mais bon, personne ne connaît le vrai Hercule. Du moins, c’est que nous vend le nouveau film du détesté par la sphère geek, Brett Ratner.

On connait tous très bien ce mal du cinéma moderne : la bande-annonce spoiler. Qui spoile par exemple ¾ des blagues d’Albert à l’Ouest. Par contre, on oublie souvent sa cousine, la bande-annonce mensongère. Cette dernière est aussi vicieuse, car elle est capable de te vendre un film bien meilleur qui ne l’est en réalité. Non, mais j’avoue que revoir la bande-annonce (présente à la fin de la critique) après avoir vu le film, c’est juste magique tant on nous vend deux produits totalement différents (le summum, c’est à 1 mn 58, où une scène du film se voit rajouter des effets spéciaux – le fouet n’est pas en feu au cinéma). Voilà sans doute ce qui explique pourquoi le film s’est ramassé au box-office américain : à peine, 70 millions pour un budget de 100. Il s’est même fait bouffer par l’outsider Lucy sorti le même jour. Le public n’aime pas être pris pour un con et il le fait savoir.

Attention, la bande-annonce mensongère n’explique pas tout non plus. Certes, alors qu’on nous vend un produit avec un Hercules en mode super-héros moderne, à savoir avec des super pouvoirs, mais des problèmes d’homme, on se retrouve avec un truc à la Troie. À savoir, un produit mythologique… Sans Dieux, ni pouvoirs. Personnellement, je ne comprends pas trop l’attrait. Pourquoi enlever ce qui fait justement l’intérêt de ces aventures antiques ? Après tout, les héros mythologiques ne sont-ils pas les premiers super-héros ? Ce n’est pas pour rien si Stan Lee s’en est inspiré pour créer ses héros Marvel.

Bon admettons, Hercule n’est qu’un homme, super balèze, mais un homme qui saigne. Du coup, le long-métrage s’attache à raconter l’homme derrière la légende (une tagline déjà vue, je ne sais pas combien de fois). Un homme taraudé par son passé où Irina Shayk, petite amie du footballeur Cristiano Ronaldo dans la vie, fait office de femme. Petite parenthèse vite fait avant de continuer, c’est bien beau de vouloir recruter de jolies poupées (encore, tout est relatif, perso, je ne la trouve pas top – un comble pour un top model), mais si c’est pour qu’elles jouent comme des pieds… Non sérieusement, elle doit apparaitre cinq/dix minutes à tout casser, mais arrive à effrayer par son jeu d’acteur proche du néant. Revenons à nos moutons, Hercule est un homme brisé qui s’accroche au rêve d’une retraite paisible à l’écart de la civilisation dans le Sud de la France. Pour cela, il va tenter une dernière mission périlleuse.

La légende Hercule revue à la sauce Troie.

L’intrigue se révèle inintéressante dans sa première partie, la faute à un twist qu’on sent venir depuis des kilomètres et dont, on se demande bien comment les personnages ne peuvent pas s’en rendre compte. Le pire, c’est qu’une fois le twist éventé, tu as les victimes qui regardent Hercule avec des yeux d’âne sous un soleil de cinquante degrés. Mais bande de cons, pas un a pensé à le prévenir aussi, même avec des allusions ? Bien fait pour vos gueules.

La deuxième partie s’arrange un peu. J’insiste sur le un peu, car ça ne dépasse jamais le 5/10. Néanmoins, difficile de ne pas vibrer devant le passage où Dwayne Johnson, bien chauffé par Ian McShane, hurle « Je suis Hercule ! » tout en faisant un coup spécial n’ayant rien à renier au Fantôme de Sparte, Kratos. Une lecture des anecdotes du film m’apprend que l’acteur s’est évanoui huit fois durant cette scène. Il faut dire que par souci de réalisme, les chaines qui le retiennent sont vraies. Donc faut y aller un matin où on est en mode « raaaaaaaaaaaaaah, je vais tout caaaaaasser ! » pour les péter.

Niveau action, le film est plutôt sympa. Brett Ratner n’a jamais vraiment eu de soucis sur ce côté-là. Mais bon, on peut regretter que le film soit si peu violent au vu du sujet et des quelques images du comic vues sur le web. À noter un passage complètement « What’s the Fuck » où Ian McShane (encore lui) transforme son char en tondeuse à gazon pour découper des mecs verts, soit des herbes. J’étais mort de rire, mais le problème, c’est que je ne suis pas sûr que ça soit voulu… À sa décharge, il faut compter sur lui pour un des plus beaux plans du film où il attend, les bras écartés et paumes levées vers le ciel, un nuage de flèches enflammées. Style Jet Li dans le sublime Hero.

Après pas grand-chose à signaler au niveau des acteurs sinon John Hurt et Aksel Hennie, interprète du seul personnage réussissant à provoquer un peu d’empathie. Ah oui, j’oubliais les répliques absolument vomitives, même quand elles sont récitées par The Rock (c’est dire), et de vous informer que la barde d’Hercule est faite de poils de testicules de yak. Ça change tout, hein ? Avouez que vous ne voyez plus la photo suivante de la même façon.

Par Christophe Menat, le .

Photo du film Hercule

« Mais où est donc passé ce satané lion ? »

Conclusion

Sans surprise, cette relecture de la légende Hercule n’est pas un bon film, malgré un rôle taillé pour le fils de John, Dwayne Johnson. Quel dommage. Ça rend les choses encore plus tristes.

+– The Rock EST Hercule !
– Se regarde sans trop déplaisir
– L’homme plutôt que la légende
– Une intrigue prévisible
– Un mélange humour/drame pas forcément de bon goût
4/10
Affiche française du film Hercule

Affiche française d’Hercule

Advertisements
A propos de l'auteur : (2694 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Louis Pierre Hortin

    Personnellement pour moi outre l’histoire qui est criticable le gros point faible de ce film est le jeu d’acteur de the rock! Il joue comme un amateur et n’arrive pas a faire retranscrit et a faire ressentir les émotion qu’on est en droit d’attendre! On se retrouve au final avec un hercule aussi emotif que une pompe de terre, putain c presque de la tragédie grec le héros hercule devrait être ronger il a perdu sa famille !!! Sinon the rock est certes muscle mais je le trouve assez petit !!!! Pq hercule ne fait pas 50 centimètre de plus que les autre ????? Donc de gros regret même si je m’attendais à ca

    • Les Hercule cinématographiques n’ont jamais été gigantesques. Et il n’a jamais été représenté comme étant grand dans les peintures. À peine, quelques centimètres de plus que ses congénères. Il est même moins musclé que The Rock, c’est dire.

      Pour le côté dramatique, il est assuré que The Rock n’est pas un grand acteur, il a juste un physique rare. Un peu comme Schwarzenegger. Néanmoins, pour le film, je pense qu’il faut plutôt regarder du côté de la réalisation qui a bien du mal à le mettre en valeur.

  • Louis Pierre Hortin

    Aussi quesque que ce truc sur la tete qui porte tt le long du film ??? Une peau de lion ??? Non car franchement je le trouve ridicule avec ???

    • Le truc qu’il porte sur la tête, c’est la peau du lion de Némée. Histoire d’assoir sa légende au combat et de foutre la frousse à ses adversaires. Après, je suis d’accord, ça ne lui va pas trop.

  • sad

    A la base le réalisateur Brett Ratner dont on lui doit le « mémorable désastre » X men 3 devait réaliser God of war mais suite aux mécontentement des fans et heureusement d’ailleurs, il a abandonné le projet pour se déporté vers Hercule. Ironie du sort dans God of war 3, Hercule est un des boss du jeu dans lequel Kratos doit s’affronter.

    http://www.youtube.com/watch?v=nLv8Wj_M10g

    • Heureusement, nom de Kratos, que Brett Ratner a a laissé tomber l’adaptation de God of War.

  • Marc

    Une petite bande-annonce m’a suffit pour saisir l’ampleur du désastre

    • Le pire, c’est qu’en plus, la bande-annonce te vend un autre film, mouahahahahah !

  • justin b

    C’est normal,c’est Mickeal J Manfield a critiqué ce film sur voxmakers et en plus c’est le réal qui a foiré la saga x-men,son désastreux x-men 3.