Critique : Final Fantasy XV

Une dernière fantaisie sur la route

Fiche

TitreFinal Fantasy XV
ÉditeurSquare EnixDéveloppeurSquare Enix
Plate-formePlayStation 4, Xbox OneDate de sortie29 / 11 / 2016
Testé surPlayStation 4GenreAction, Aventure, Jeu de rôle

Un des meilleurs moments du jeu. Se rapprocher de la nature à dos de Chocobo.

Critique

On peut dire que le développement de Final Fantasy XV a été pour le moins chaotique. Néanmoins, la patience paie toujours et maintenant, il est enfin sorti. Wait… La patience paie réellement toujours ?

Tout commence avec un film

Avant de commencer Final Fantasy XV, je me suis dit que j’allais me mettre dedans jusqu’au bout en me procurant le film Kingsglaive: Final Fantasy XV. Au départ, je n’étais pas très chaud, car j’avais eu quelques retours moyens. Finalement, j’ai beaucoup aimé. Même si l’action était trop rapide au point que c’était dur de la suivre, le film déployait une intrigue sympathique et un univers très prometteur. Surtout, le final laissait sur une note amère donnant très envie de se procurer le jeu pour se venger.

Finalement, la vengeance est presque dérisoire, vu que l’Empereur, principal antagoniste du film, disparaît pratiquement du jeu. De plus, l’excitante guerre entre l’Empire et Insomnia passe au second plan devant une histoire de potes sur la route et suivis par un mec chelou.

Final Fantasy XV, c’est avant tout ça.

Ringardisé par un jeu sorti un an plus tôt

En commençant le jeu, on peut être soufflé par l’ambition du jeu. Les créateurs du jeu ont voulu se mettre à la mode en proposant un open world. Une idée fort louable, mais finalement déjà ringarde face au mastodonte The Witcher 3, pourtant sorti, un an plus tôt. Je n’ose imaginer la tronche des développeurs quand ils ont pris la manette pour découvrir The Witcher 3 tant le jeu de CD Projekt RED surpasse le leur en tout point.

Surtout qu’au final, le monde ouvert est assez bancal rejoignant celui de Metal Gear Solid V: The Phantom Pain. Déjà, première incongruité. La voiture, seul moyen de transport du jeu avec les Chocobos et les pieds, est désespérément figée sur un rail (représenté ici par la route). On peut juste avancer, freiner ou faire demi-tour. N’espérez donc pas une liberté à la GTA. Dès lors, j’ai envie de dire, quel est l’intérêt du monde ouvert ?

Néanmoins, la richesse de ce monde permet d’oublier le mauvais souvenir du jeu de Konami. Sauf qu’il annihile aussi toute velléité d’aventure, pourtant l’essence d’un Final Fantasy. En effet, j’ai eu l’impression d’être cantonné dans un quartier où je faisais les 400 coups avec mon gang. Et si seulement, les reproches pouvaient s’arrêter là. Passons au gameplay. Quelle déception. Oubliez l’aspect stratégie. Final Fantasy XV poursuit le même chemin de The Witcher 3 en proposant un Action RPG.

On bourrine. On recule. On se soigne et on repart.

Sauf qu’encore une fois de plus, le jeu de Square Enix n’en propose pas la même finesse. La plupart des combats se cantonnent à choisir la bonne arme en fonction de l’ennemi, puis de bourriner tout en prenant soin de garder un œil sur la jauge de vie pour se soigner si nécessaire. Les combats contre les boss sont des moments spectaculaires dont la mise en scène est digne d’un God of War 3, sauf que très souvent, c’est un gigantesque bordel et la caméra galère un max pour se positionner (et je ne parle pas des combats dans des couloirs). En résumé, on ne fait que bourriner en esquivant de temps en temps et en utilisant des Élixirs ou des Queues de Phénix. J’oubliais, si très souvent, on est quatre. On ne contrôle que le héros, Noctis. Dès lors, les trois autres meuvent quand ils veulent, ce qui m’a souvent amené à rager devant leurs comportements incohérents. Stratégie zéro. La magie est réduite à sa plus simple expression avec Feu, Glace ou Foudre. Génial… Quant aux chimères, l’aspect aléatoire de leurs apparitions est assez pénible. Impossible de compter sur eux.

Quand tu vois ça, tu te dis que ça va poutrer. Quand tu le combats, tu te dis que c’est le bordel quand même…

Bref, jusqu’ici, ce n’est pas jouasse me concernant pour Final Fantasy XV. Et ça ne s’arrête pas là. En plus de ça, il faut compter sur des quêtes secondaires inintéressantes se résumant à porter assistance à un pauvre PNJ en allant combattre des créatures pour lui ou lui chercher des objets dans des endroits où il y a plein de créatures avant de revenir vers lui pour dire que ça été fait. Bref, intérêt zéro, mais c’est un passage obligatoire pour gagner en niveau. Encore une fois, The Witcher 3 a fait très mal en ayant réussi à proposer des quêtes secondaires parfois plus passionnantes que la quête principale.

En dehors de l’histoire principale, le néant

Le pire avec ces quêtes secondaires, c’est que pour accéder à l’endroit au cœur de la quête, il faut emprunter la voiture (à pied, laisse tomber…). On peut mettre cette dernière en mode automatique (ce que je fais dans 98 % des cas vu qu’il n’y a aucun intérêt en mode manuel). Ainsi, il faut compter sur entre une et dix minutes pour accéder à l’endroit. Pendant ce temps-là, ben, on attend… Si c’est sympa au début (immersion, tout ça), ça finit très vite par gonfler. Fort heureusement, de temps en temps, ils proposent un déplacement rapide. Du coup, quand ça arrive, ça fait du bien. Sauf que… Il y a, en plus, les temps de chargement beaucoup trop longs (quand on lance le jeu, il faut attendre deux à trois minutes à chaque fois). Le point qui m’a fait pester devant l’absence de sortie sur PC.

Pour boucler cette critique incroyablement négative, je le reconnais, passons à l’histoire. Si elle se révèle très convaincante par moments en bluffant par sa mise en scène et son design général (certains décors sont à tomber), malgré quelques bémols, elle souffre d’une Playstation 4 déjà à bout de souffle (purée, l’aliasing et les textures qui mettent un temps avant de s’afficher…) et de l’absence de l’aspect aventure épique. Remplacé par une aventure dans un quartier dont j’ai parlé à l’ouverture de la critique.

Au final, quand j’ai raconté l’aventure à ma conjointe (qui avait vu le film et qui voulait savoir ce qui se passait ensuite), il n’y avait pas grand-chose à dire. Je suis parfois sorti de mon tier-quar avec mes potes pour prendre le RER afin d’aller dans les villes voisines. J’en ai profité pour y chiner en espérant récupérer quelques breloques comme des chimères ou des armes fantômes. En même temps, j’ai passé quelques coups de fil avec un chien (non, non, ce n’est pas une erreur) à la fille en vue pour un prochain rendez-vous. Au final, je suis retourné dans ma ville natale pour latter mon pire ennemi (celui qui tirait sur mon slip quand j’étais à l’école primaire). End of the story. Il y a quand même un passage sympa où on se retrouve avec un Noctis en mode John Wick, mais au final, rien de mémorable dans le lot (et surtout pas le méchant, totalement raté). Ça la fout mal quand même pour un Final Fantasy.

Si nul que ça ?

Du coup, vaut mieux le zapper ? J’ai envie de dire non, car ça reste tout de même un bon jeu. On ne sent pas trop le temps passer quand on y joue (sauf quand ça charge ou qu’on emprunte la voiture 😛 ). Il est addictif. L’histoire, malgré ses défauts, est sympathique en étant moins niaise que d’habitude. La mise en scène est impressionnante. Les invocations des chimères, ouah, les meilleures de la saga. Des chimères d’ailleurs toutes impressionnantes avec une mention spéciale pour Ifrit (gros coup de cœur).

Aussi, Final Fantasy XV offre un vrai challenge avec des passages très ardus. Putain, ce Ravus… J’en ai chié (préparez un max d’Élixirs et de Queues de Phénix pour lui). Bref, j’ai mis 28 heures pour finir le jeu, ce qui est plutôt pas mal. Mais avec le recul, en comptant tous les temps de chargement et les passages en voiture, on peut facilement enlever quatre à cinq heures dans le lot. Surtout, surtout, on tombe sur la plus belle paire de seins jamais vue dans un jeu vidéo. Inutile de dire que certains de l’industrie du porno sont déjà sur le coup.

Par qui espère le remaster du VII ne va pas suivre le même chemin, le21 décembre 2016.

« Merde, j’ai fait un trou dans l’univers… »

Conclusion

À peine sorti et déjà ringardisé par The Witcher 3, tel est le dur constat en jouant à Final Fantasy XV. Malgré quelques bonnes qualités, il a des défauts hallucinants à ce niveau et surtout, il paye de son gameplay raté à cause d’ambitions démesurés et pas toujours à l’endroit où il faut. Pas le plus mauvais des Final Fantasy qui reste le XII pour moi, mais bien loin du panthéon. Vaut mieux se tourner vers World of Final Fantasy.

+

  • Design superbe…
  • Quand on se balade, de temps en temps, je m’arrête parce que c’est vraiment magnifique…
  • Nouveau look des chimères avec une mention pour Ifrit
  • Mise en scène

  • … avec tout de même, une faute de goût pour le méchant
  • … mais la Playstation 4 galère (aliasing, textures en retard)
  • Open world raté
  • Gameplay bourrin
  • Quêtes secondaires sans intérêt
7/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2818 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Vincent Barriera

    Oulà, moi qui attendait ce FF comme le successeur du VII (parce que Sephiroth, point !!!) ^^. Bon je vais attendre un peu de jouer au jeu mais après je reviendrais dire ce que j’en pense. M’enfin niveau méchant, je m’attendais pas vraiment à un Sephiroth, un Kefka, un Caïus ou un Bhunivelze.

    A propos du film, je l’ai beaucoup aimé encore une fois, surtout Regis et Glauca. Je sais pas si je t’ai conforté dans ta volonté de le voir (non je ne me jette pas de fleur) mais content que tu l’aies aimé aussi.

    • Le méchant, c’est un gros ratage ! Le mec est ridicule. On le voit dans le film Kingslaive en passant. Quand j’ai vu le mec, je me suis dit que j’espère qu’il ne sera pas très important. Manque de bol, c’est l’antagoniste…

      D’ailleurs, merci pour le film, tu as été un des facteurs qui m’ont amené à le voir. Je te jette des fleurs pour éviter que tu le fasses 😉

      • Vincent Barriera

        Ah de rien !

        Ah du coup j’ai une idée de qui ça pourrait être mais je verrai. Niveau musique et VF par contre, j’espère que c’est du bon (je supporte pas le japonais même si au pire il y a l’anglais).

        Euh c’est moi ou c’est bien le Léviathan sur une des images ? o0

        • Ah, ah, je ne dis rien.

          • Vincent Barriera

            Bon terminé et donc c’est l’heure d’un petit bilan !

            Personnellement j’ai trouvé ce FF génial mais avec quelques défauts. Niveau points positifs, déjà les graphismes qui sont à tomber et qui donne une ambiance particulière à chaque lieu (j’adorais déjà le noir et or d’Insomnia et je suis tombé amoureux de Lestallum avant Titan) et la musique est vraiment sublime. L’action est nerveuse et les combats contre les trois Astraux…oh my God ! Surtout le combat contre Léviathan qui est effarant de classe, sérieusement ce combat était parfaitement spectaculaire 😀 ! Le ocmbat contre Ifrit est également très classe mais mon préféré reste Léviathan^^ Et gros point positif sur la VF que j’adore.
            Niveau personnage, les quatre du groupe sont très bons, en particulier Noctis qui est (avec Cloud, Lightning et Zack mon protagoniste préféré) et bcp de personnages secondaires que j’ai aimé (Cor, Iris). Pour l’antagoniste SPOILER, j’ai aimé Ardyn. Déjà sa VF et son design sont super je trouve et ensuite son histoire est pas mal non plus, d’autant qu’avec SPOILER Caïus dans FF XIII-2, c’est le seul antagoniste qui gagne. Après il est classe mais il n’arrive pas à la cheville de Sephiroth évidemment ^^. Gros coup de coeur pour Aranea et Ravus (même si lui je le connaissais) également.

            Bon pour les points négatifs, déjà le peu de sorts qui sont réduits au max et le peu d’équipement que tu peux transporter. Ensuite, c’est quoi cette difficulté ?!? J’ai joué en mode facile au début et d’accord je n’ai pas amélioré les armes et je n’ai pas fait de quêtes de chasse mais sérieux, j’en ai bavé à un point ! Le nombre de potions que j’ai gâché pour moi comme pour les autres.
            Ensuite niveau histoire, j’ai regretté l’absence de bestiaire, de bio pour les persos et d’explications de la mythologie du jeu. J’adore ce genre de trucs mais là ça manque comme plein d’infos (par exemple Ifrit qui est à l’origine des daemons avec un parasite) et puis en plus, il y a beaucoup d’éléments du jeu qu’on ne peut comprendre qu’avec le film (le bras de Ravus et même son histoire, Glauca qui apparaît dans l’intro et dans les cinématiques tirées du film alors qu’il meurt à la fin, ce genre de trucs sympas^^).
            Et niveau personnages, je m’attendais à ce que Regis soit bien plus présent. Mais le pire c’est vraiment l’empereur. Sérieusement, dans le film le personnage est parfaitement machiavélique, très classe et imposant et c’est un futur grand antagoniste. Dans le jeu, une cinématique de quelques secondes histoire de montrer qu’il est obsédé par le Cristal et puis plus rien. Jusqu’au passage dans la forteresse ou tu te rends compte que Foras, la saloperie qui se téléporte tout le niveau pour essayer de te tuer et que tu dois toi-même détruire est en fait l’empereur. Le tout sacrifié en quelques lignes à la fin. Super, voilà comment détruire un personnage très classe. Quant à Ravus, il a beau être très classe, il aurait mérité une meilleure fin. D’ailleurs je m’attendais à ce que ce soit lui l’antagoniste principal.
            D’ailleurs en parlant de ces deux-là, Ravus comme Foras, bordel qu’est-ce qu’ils étaient durs !
            Enfin, c’est vrai que l’action est assez brouillonne parfois.

            Du coup, pour moi ce sera un 16 ou 17 au mieux. Un très bon jeu, j’ai passé de très bons moments dessus et j’en passe encore même s’il y a pas mal de défauts (surtout au niveau de l’histoire).

          • Excellent avis. Agréable à lire. Néanmoins, je suis surpris que tu mettes le combat contre Leviathan parmi les points positifs. Au-delà de l’aspect cool, je l’ai trouvé complètement foiré. La caméra partait en couilles. Les attaques sont répétitives. On ne fait que le bourriner. On est bien loin de la maestria d’un combat dantesque comme sur God of War, Castlevania ou surtout Shadow of the Colossus. C’est un problème d’ailleurs sur presque tous les boss. Aucune finesse, que du bourrin… Heureusement qu’ils sont spectaculaires pour permettre de l’oublier.

            « Gros coup de coeur pour Aranea », je te comprends. Il y avait du monde au balcon. XD

            Pour la difficulté, en fait, il n’y en a pas vraiment à partir du moment où on comprend que le jeu ne repose pas sur la magie comme les autres FF (Soin, Vie, …), mais sur les objets. C’est déroutant, mais on finit par s’y faire. Et comme toi, je n’ai pas aimé…

            Personnellement, je joue à un jeu pour l’histoire. Et comme celui-ci est bourré de défauts sur ce point. J’ai été beaucoup déçu.

            Sinon, je suis curieux de savoir si tu as déjà joué à The Witcher 3 ?

          • Vincent Barriera

            Ben écoute content que tu aies apprécié 🙂

            Tu fais bien de souligner l’aspect spectaculaire parce que c’est vraiment ce que j’ai apprécié dans ce combat. Les morceaux de la ville, le maelström qui l’encercle, la taille de Léviathan, les pouvoirs de Noctis, etc. Après effectivement la caméra part en couille mais dans ce genre de situation, pas sûr que ta visibilité soit optimale^^. Les autres combats ne sont pas purement spectaculaires sir on excepte Titan, Ifrit et la fin du combat pour Ardyn. C’est sûr que ce n’est pas vraiment du GoW mais je préfère quand même ^^.

            Yep, comme Prompto par exemple XD

            Je peux sans conteste dire que j’ai senti la difficulté à plusieurs passages (les passages dans les deux grottes pour récupérer les armes royales ont été d’un chiant pour moi, vraiment j’ai très peu aimé ces moments-là, tout comme le labyrinthe de la forteresse, entre le fait qu’on a pas d’arme, les ennemis, l’Anneau qui est puissant mais lent, le gaz à un moment donné et Foras qui te fonce dessus à l’improviste, c’était horrible XD). Ravus et Foras ont été excessivement durs pour moi (surtout Ravus, un enfer !). Maintenant, je considère le Soin comme obligatoire dans ce genre de jeu.

            Pareil, c’est surtout pour l’histoire que je joue. Et même si ça ne vaut pas un FF VII, l’histoire et l’ambiance m’ont beaucoup plu. J’ai aimé ce côté réaliste tout en gardant l’aspect magique mais en modifiant tout ça. D’autres trucs m’ont marqué, par exemple les pouvoirs plutôt « réduits » de Noctis (par rapport à d’autres FF hein) ou le fait d’avoir une historie sombre et pas forcément très heureuse à la fin. C’est sûr que l’histoire a des défauts (le traitement de l’Empereur est une énorme erreur pour moi et pareil pour Ravus quoiqu’un peu mieux) mais j’ai beaucoup aimé quand même. En fait de manière générale, beaucoup de récits de fiction me plaisent alors qu’ils ne sont pas excellents ou aussi bons que d’autres. Dans le cas des FF, en dehors de FF VII et FF XV, c’est la saga de Lightning que j’aime le plus (oui, plus que les autres) à cause de son univers. Dans la même logique, j’ai préféré The Dark Knight Rises à TDK alors que le Joker est mon perso de fiction favori et que TDK est bien meilleur que TDKR. FF XV, malgré ses défauts, m’a énormément plu donc voilà, je l’ai vraiment apprécié. De manière générale, j’inclue dans l’histoire tout ce qui participe à l’ambiance du jeu dont la musique uqi pour moi est fantastique.

            D’ailleurs auparavant, FF Versus XIII faisait partie de Fabula Nova Crystalis avec FF XIII et Agito et y a encore quelques références (les cristaux qui apparaissent dans les airs ou Somnus qui font référence à un dieu endormi^^). Je rêverais d’un jeu qui réunirait tout ce beau monde face à Bhunivelze (oui j’adore ce méchant !).

            Mmh non, jamais joué.

          • Franchement, essaie The Witcher 3. C’est le level au-dessus. C’est le dieu des Action/RPG. Il a tout. Sauf la bande-son (et encore).

            Pour le passage désarmé dans la forteresse, j’avais trouvé ça cool. Je m’étais cru sur un survival horror. C’était vraiment hallucinant et inattendu. Dommage que c’est assez mal géré. C’est trop long. Le gameplay, un peu lourd. Mais j’ai tout de même adoré. C’est le seul truc que je retiendrais vraiment de ce FF.

            Ah, ah, j’avais complètement oublié que c’était FF Versus XIII à l’origine. Maintenant que j’y pense, je vois mal comment les deux univers peuvent cohabiter tant ils n’ont plus grand-chose à voir. C’est même pour ça que j’ai du mal à le considérer comme un FF. Il n’a plus beaucoup de mécanismes d’un vrai jeu de rôle tant le beat’m all (sans la finesse en plus) prend le dessus.

            Pour Foras, il était assez cool dans les couloirs surtout qu’au début, je m’entêtais à vouloir le combattre avant de me rendre compte que c’était impossible XD

            D’ailleurs, vu que tu cites FFVII, c’est fou quand même les ressemblances avec FFXV. Surtout, la mort du grand amour tué par le grand méchant et la fin dans une zone « abstraite » où on balance les 12 chevaliers de la Table Ronde..

          • Vincent Barriera

            Je vais tâcher d’essayer prochainement, au moins quand j’aurai le temps.

            C’est le seul élément de ce passage que j’ai aimé. En tout cas au début. Au tout début, l’ambiance était vraiment sinistre (surtout avec la voix d’Ardyn qui résonnait bien pour nous narguer) et même le look des berserk était assez flippant. Après par contre au bon d’un moment à force de tourner en rond et de l’accumulation, c’est devenu chiant pour moi sincèrement.

            La différence a été l’intention de SE. Ils ont vraiment voulu faire quelque chose de différent de FF XIII, de plus sombre et réaliste tout en maintenant certains éléments (les petits cristaux dans les airs, le cristal qui accorde des pouvoirs aux humains avec une tâche, les êtres divins dans la vie humaine (l’histoire d’Ifrit qu j’ai déjà mentionnée, est vraiment intéressante mais absolument pas abordée dans le jeu), les daemons qui font penser aux Cie’th et au chaos vu qu’à l’origine ce sont des humains, petite référence à Bhunivelze dans les paroles de Somnus (une version FF XV de Bhunivelze serait juste fantastique ^^), etc). Après c’est une bonne chose parce que supposément, ça se passe dans le même grand Univers mais d’une façon différente (tu vois même Etro dans Kingsglaive à un moment du film).

            Foras est avec Ravus le boss le plus chiant de l’histoire. Il est très classe et puissant et son utilisation en mode horreur était une bonne idée (le sursaut que j’ai eu la première fois qu’il est apparu) mais ce qui me fait enrager à son propos, c’est que c’est Iedolas alors que le perso méritait beaucoup mieux. Par contre j’ai tout de suite compris qu’il fallu fuir, j’ai vu le truc je me suis dit : <> XD

            C’est vrai que vu comme ça, d’autant que Luna meurt au milieu de ruines antiques pendant une invocation (même si Saint était beaucoup plus sympa que Léviathan). En plus, Ravus ressemble pas mal à Sephiroth (d’autant que le doubleur français est le même que Sephiroth dans Advent Children et dans les KH (j’ai hâte que KH 2.8 sorte et surtout que le III sorte enfin !!!). En parlant de la VF, c’était sûrement un des points positifs du jeu (la VF d’Ardyn correspond tellement bien au personnage je trouve).

            Après évidemment, FFVII > FFXV ^^