Critique : Deus Ex: Mankind Divided

La moitié d’une histoire

Fiche

TitreDeus Ex: Mankind Divided
ÉditeurSquare EnixDéveloppeurEidos Montréal
Plate-formePlayStation 4, Xbox One, Microsoft WindowsDate de sortie23 / 08 / 2016
Testé surMicrosoft WindowsGenreAction, FPS, Infiltration, RPG

La classe, tu l’as ou tu l’as pas.

Critique

Cinq ans après, la suite du réussi Human Revolution voit le jour. Sous le titre Mankind Divided, elle nous offre la possibilité de reprendre le contrôle d’Adam Jensen pour une nouvelle aventure dans un monde fracturé, car marqué par un racisme envers les Augmentés (individus équipés d’extensions mécaniques). Soit le contexte correspondant au titre de ce quatrième Deus Ex dont la traduction française est l’humanité divisée.

Une suite sans surprise, mais efficace

Au départ, je n’avais pas prévu d’écrire cette critique, car je ne voyais rien en Deus Ex: Mankind Divided qui me donnait particulièrement envie de la faire. Attention, je ne dis pas que le jeu est mauvais, seulement qu’il n’offre aucune surprise pour ceux ayant joué à Human Revolution. Les mécanismes du gameplay sont identiques avec juste un poil plus de liberté et de nouveaux pouvoirs. L’intrigue est bonne avec un vrai soin apporté à l’écriture sans pour autant se révéler géniale. L’ambiance est moins marquée que sur le précédent, mais demeure réussie. Le moteur graphique n’a rien de spectaculaire.

Pire même, il souffre de réels défauts. Sur PC, même si j’arrive à faire tourner de gros jeux à fond, j’ai galéré pour trouver une optimisation qui soit parfaite. Encore plus en 4K. D’après ce que j’ai lu, le jeu d’Eidos Montréal souffre d’un réel problème d’optimisation. Ça m’a conforté dans mon questionnement, car j’avais bien du mal à comprendre ce qui pouvait faire ramer le jeu tant l’ensemble parait un peu daté techniquement. Par ailleurs, par défaut, GeForce Experience me proposait une optimisation qui me donnait des visages immondes (on dirait des mecs avec un visage ravagé par des taches de rousseur).

Mais le pire reste à venir. L’intrigue principale. Et c’est elle qui m’a donné envie d’écrire ces mots. Avant de commencer, je voulais revenir sur deux choses. Bravo à l’équipe pour avoir ajouté une vidéo d’une dizaine de minutes pour résumer les évènements d’Human Revolution. J’en avais bien besoin pour m’en rappeler. Par contre, carton rouge, pour l’absence de sous-titres durant les phases télévisées du jeu. Je m’explique. Épisodiquement, Manking Divided fait intervenir Eliza Cassan, la présentatrice de journaux télévisés du jeu, afin de résumer le contexte global. Or, aucun sous-titre à l’horizon durant ces passages. Un comble, car tout le reste du jeu est sous-titré… Ça sent le jeu bouclé à l’arrache. Tout comme l’absence de DirectX 12 à la sortie (et toujours pas sortie à l’heure où j’écris ces lignes).

Comment peut-on terminer l’histoire comme ça ?

Maintenant, j’arrive au pire. Je vais livrer ce que j’ai pensé sans filigrane quand j’ai terminé le jeu : « Euh, c’est une blague ? C’est fini, là ? Mais ? Mais ? Non, ce n’est pas possible. Pourquoi, il me propose New Game +, ce gogol ? Ça ne peut pas s’arrêter comme ça ? Ce n’était même pas un boss final, ce mec. Juste un boss de milieu de jeu. En plus, c’est mon premier boss. Bordel, ce n’est pas possible de finir comme ça. Il doit rester encore plein de trucs à faire. Les enfoirés, à tous les coups, ils ont prévu une flopée de DLC pour terminer l’histoire. Ou alors, ils vont nous dire de se retrouver dans cinq ans pour avoir la suite avant de nous l’enfiler pareil avec une fin à chier qui nous laisse sur le flan. Avec une quête principale digne d’une quête secondaire de The Witcher 3. C’est pas possible, ils ont réussi à faire pire que la fin moisie d’Human Revolution… Bande d’ *le reste de ma pensée a été censuré* ».

Avec 17 heures au compteur, on pourrait qualifier la quête principale de Deus Ex: Mankind Divided comme satisfaisante, sauf que la plupart des heures proviennent des quêtes secondaires (dont une absolument géniale avec un serial-killer). La trame principale en elle-même n’a rien de satisfaisant à proposer. Le plus choquant, c’est vraiment que le jeu s’arrête dans ce qu’on croit être une mission de milieu de jeu ou l’amorce vers la dernière partie du jeu d’où la très désagréable sensation de s’être fait enfiler sans lubrifiant. Au moins maintenant, vous êtes prévenus et la douleur sera moindre.

Par toujours en train de chercher la suite dans les menus du jeu, le4 septembre 2016.

L’Araignée, l’Araignée
Toujours là pour nous protéger
Il apporte des secours
Et ne veut rien en retour

Conclusion

Deus Ex: Mankind Divided n’a rien de surprenant. Il est même si peu surprenant qu’on pourrait croire à une extension au lieu d’une véritable suite. Vu la réussite de son prédécesseur, je peux considérer ce quatrième Deus Ex comme un vrai bon jeu, sauf que la fin absolument scandaleuse, avec un petit arrière-goût de Metal Gear Solid V: The Phantom Pain, m’a totalement ruiné l’aventure. J’ai encore du mal à m’en remettre.

+

  • Retrouver le style Deus Ex
  • Gameplay toujours aussi efficace

  • Cette blague de fin
  • Optimisation technique pas terrible
6/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2791 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.