Critique : Dernier Train pour Busan

South Korea Z

Fiche

TitreDernier Train pour BusanTitre VOBusanhaeng
RéalisateurSang-Ho YeonScénaristeSang-Ho Yeon
ActeursGong Yoo, Kim Soo-Ahn, Yu-mi Jeong, Dong-seok Ma, Choi Woo-Shik
Date de sortie17 / 08 / 2016Durée1h 58
GenreAction, Horreur, ThrillerBudget182 000 $

Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l’état d’urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu’à Busan, l’unique ville où ils seront en sécurité…

« Putain, on ne peut même plus prendre le train sans se faire attaquer par des zombies. »

Critique

Et si le blockbuster de l’été n’en était pas vraiment un ? Car avec ses 182 mille euros de budget, difficile pour Dernier train pour Busan de rivaliser avec, par exemple, le dernier Star Trek et ses 185 millions d’euros. Après avoir vu le film sud-coréen, j’ai failli tomber à la renverser quand j’ai découvert le budget. Il faut dire qu’il donne l’impression d’avoir coûté beaucoup plus.

Ils aiment bien les histoires de train en Corée

Après l’extraordinaire Snowpiercer, le Transperceneige, c’est encore une histoire de trains que nous envoie la Corée du Sud, sauf que cette fois-ci, on lorgne davantage sur World War Z. La classe, en plus. C’est hallucinant de voir à quel point, une telle œuvre, avec un budget aussi riquiqui, peut tenir tête à un mastodonte comme World War Z, se payant même le luxe de le mettre à terre avec un sublime coup de boule.

Quand la Corée du Sud surpasse Hollywood

Si les scènes d’action du film avec le mari méconnu d’Angelina Jolie étaient assez fun, elles sont bien loin de tenir la comparaison avec celles de Dernier Train pour Busan. Déjà, parce que le film de Sang-Ho Yeon a l’intelligence d’installer une vraie tension dramatique grâce à une galerie de personnages hauts en couleur immédiatement attachants. Probablement, un héritage des longs-métrages d’animation dont le réalisateur s’est fait la spécialité (après deux films, c’est la première fois qu’il franchit la barrière du live) où il est important de styliser les personnages afin de pouvoir les différencier et les rendre attirants.

Via une caractéristique des zombies que je ne révélerais pas pour la surprise, Sang-Ho Yeon a pu ajouter un élément ludique qui apporte beaucoup en termes de fun. C’est pas mal sachant que de base, ils sont déjà sacrément impressionnants. Surtout distinguer des acteurs dans la peau de ces zombies apportent beaucoup en crédibilité, là où World War Z en perdait à cause de doublures numériques trop visibles. Il n’y a qu’à voir la séquence de la montagne de zombies chez Dernier Train pour Busan pour se rendre compte à quel point elle est bien plus impressionnante que chez le film d’Hollywood, malgré une échelle réduite.

Un film avec un équilibre parfait entre le drame et l’action, mais trop long

Encore une fois, le film souffre d’un problème récurrent chez les films coréens. Une durée trop longue. Certains passages auraient aisément pu être coupés afin de resserrer le montage et gagner en rythme. C’est ici, le seul réel bémol que j’adresserais à Dernier Train pour Busan (j’aime beaucoup ce titre, donc je ne me lasse pas de le répéter 😀 ).

Côté drame, c’est mission accomplie grâce à la galerie de personnages portés par des très bons acteurs (mention spéciale à la petite Kim Soo-Ahn), on rentre facilement dans le film et on s’inquiète pour leurs sorts. Surtout qu’on nous réserve de belles surprises et un climax à fond la caisse (malheureusement amoindrie par une certaine lassitude due à la trop longue durée dont j’ai parlé dans le paragraphe précédent). À noter le sympathique sous-texte social sortant directement d’un George Romero et votre serviteur avoue, sous la torture, avoir lâché quelques larmes.

Par en train de remonter sur sa chaise, le26 août 2016.

« Un truc que j’ai appris de mes voyages, cet été. Un moment, si tu veux voyager peinard, faut casser la gueule à tous les passagers du wagon ».

Conclusion

L’histoire amusante de l’été : le meilleur blockbuster de l’été 2016 n’a coûté que 182 mille euros (soit cent fois moins que la plupart des blockbusters d’Hollywood). Dernier Train pour Busan est un mélange détonnant entre World War Z et Snowpiercer. Soit, un film d’action avec des zombies, un peu de gore, des personnages attachants et beaucoup de fun. On peut regretter, comme souvent avec les films coréens, une durée trop longue, mais ce n’est finalement qu’un obstacle négligeable.

+

  • Surpasse World War Z
  • Personnages immédiatement attachants
  • Zombies impressionnants
  • Beaucoup de fun

  • Trop long
8/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2830 articles)

Fou de cinéma depuis qu’il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Eric Stark

    Chef d’œuvre (pour la longueur les coréens savent pas faire de cut) 9/10.

  • Kongoliz .

    Un de mes films préférés cette année. Franchement une tuerie de la réalisation à l’intrigue en passant par ces personnages auxquels on s’attache automatiquement.