Critique : Copains pour toujours 2

Affiche de Copains pour toujours 2
Pas pour toujours, please

Fiche

Titre:Copains pour toujours 2
Réalisateur(s):Dennis Dugan
Scénariste(s):Fred Wolf, Adam Sandler, Tim Herlihy
Acteurs:Adam Sandler, Kevin James, Chris Rock, David Spade, Salma Hayek, Maya Rudolph, Maria Bello, Nick Swardson, Steve Buscemi
Titre original:Grown Ups 2Date de sortie:11 septembre 2013
Pays:États-UnisBudget:80 000 000 $
Genre:ComédieDurée:1h 41

Espérant offrir une vie plus équilibrée à sa famille, Lenny quitte l’hystérie de Hollywood et revient s’installer dans la petite ville où il a grandi. Pourtant, entre ses anciens amis, leurs enfants, les grandes brutes et les petits excités, les chauffeurs de bus fous, les flics bourrés à skis et les 400 invités d’une fête costumée complètement déchaînés, il va vite découvrir que même si vous fuyez la folie, parfois, elle vous poursuit où que vous alliez…

Critique

Le premier avait fait un carton. Mérité, car il représentait une agréable comédie familiale et de surcroit, drôle. Bref, le carton était tel que pour la première fois de sa vie, Dennis Dugan, quinze films au compteur, va tourner une suite. On a envie d’espérer une suite reprenant la formule de ce qui a marché dans le premier. On avait envie… et on a vu.

Démoli par la presse, Copains pour toujours 2 est probablement est un des longs-métrages les plus lourdingues du couple Dugan/Sandler sans toutefois, toucher le fond d’un Jack et Julie (le pire film du duo). Malgré tout, il n’en reste pas moins qu’il fait rire (pas souvent, mais il le fait). Son but second. Le premier étant d’amasser un max de billets de toutes les couleurs.

On a envie d’espérer une suite reprenant la formule de ce qui a marché dans le premier. On avait envie… et on a vu.

Le casting reste sensiblement le même que celui de son prédécesseur, hormis Rob Schneider (pour incompatibilité de planning, et on le regrette bien, enfin surtout ses filles). Personne ne sort vraiment du lot parmi les têtes d’affiche, même si les seins de Salma Hayek se battent pour s’évader de leur décolleté. C’est le fil de fond le plus trépidant de tout le film. Un suspense insoutenable…

C’est plutôt du côté des seconds-rôles qu’il faut regarder pour trouver de quoi rire. En prime-time, le monstre du basket-ball. L’inégalable Shaquille O’Neal ! La star de la NBA n’est pas un novice au cinéma (aah, Blue Chips et Kazaam, bon d’accord, le second est une belle merde), ni dans les jeux vidéo d’ailleurs mais c’est une autre histoire. Dans Copains pour toujours 2, il est probablement celui qui récupère les meilleures blagues. Le voir dormir dans une musée de poupée, baver devant la prof de danse, flipper de se faire frapper par son grand-frère, nous faire une Obélix, est un pur régal pour le fan que je suis.

Pour le reste, on notera Nick Swardson qui nous fait une Scrat de L’Âge de glace. Comprendre des blagues entre parenthèses dont la meilleure est sûrement celle du canot gonflable dans l’hypermarché. Le dernier rejeton de Kurt McKenzie (Chris Rock) pour ses danses endiablées, pour ne pas dire frénétique. Steve Buscemi, impeccable comme d’habitude. Surtout en Eminem. Pour le reste, on se marre de temps en temps parce que c’est vraiment très con ! Tellement que le rire est sorti tout seul de ma bouche.

Nick Swardson nous fait une Scrat de L’Âge de glace.

Au niveau de l’intrigue. Oui, il y en a une. On est dans la classique lutte entre les vieux et les jeunes. Les jeunes étant symbolisés par Taylor Lautner, dont la démonstration athlétique est vraiment épatante. Ce dernier est accompagné par le fils du Terminator, Patrick Schwarzenegger. Par contre, je ne saurais pas dire s’il a bien joué ou pas. Je ne savais même pas qu’il était là. C’est en lisant la fiche du film que je me suis rendu compte de sa présence.

Attendez les gars ! Je n’ai dit que le meilleur. Maintenant passons au détecteur de mensonge. Est-ce que le film est nul ou pas ? La réponse est sans appel : oui, c’est nul ! Le détecteur confirme, je dis la vérité. Même très, car toute la magie du précédent a disparu. Je me suis retrouvé avec un long-métrage avec la finesse d’un mouton en train de rédiger à la main une dissertation pour le bac de philo. Une seule ligne : bêêêê. On met trois sur dix parce que cette ligne m’a bien fait rire quand même. En plus, on ne se fait pas chier.

Conclusion

Copains pour toujours 2 est à réserver en VOD ou même à la télé, le temps d’un visionnage dont on ne retiendra que quelques blagues drôles avant d’oublier très vite l’ensemble.

+– Certaines blagues sont drôles
– Le Shaq
– C’est tellement lourd dans l’ensemble
3/10
Affiche de Copains pour toujours 2

Affiche de Copains pour toujours 2

Advertisements
A propos de l'auteur : (2714 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Comme quoi, on pouvait faire pire que le premier. J’en suis surpris !

    • De toute façon, ça ne peut pas être pire Jack et Julie, impossible. On est au moins rassuré sur ce point XD.

      • Ou Crazy Dad 😛

        • Non, je persiste Jack et Julie, c’est le pire !

          • Tu rigoles ? C’est le plus grand film de Pacino !

          • Par contre, ça, je suis d’accord !

  • hm

    Normal que t’ai trouvé ça nul, le premier etait une decouverte et le second une simple redecouverte! Par contre dire que le film est nul franchement je te l’accorde pas, je l’ai trouvé mieux que le 1 parce que les scenes etaient plus drôles à mon gout! Donc va pas dire que c’était nul juste parce que c’était pas assez magique à tes yeux.

    • J’ai quand même le droit de dire qu’un film est mauvais à mes yeux, non ?

      Sinon, mes avis n’appartiennent qu’à moi et ne sont en aucun cas des avis que j’impose. Je partage juste mon point de vue.

      Après, tu as parfaitement le droit de ne pas être d’accord.