Critique : Carol

Affiche de Carol avec Cate Blanchett et Rooney Mara
La vie de Carole

Fiche

D’après le livre The Price of Salt de Patricia Highsmith
Titre:Carol
Réalisateur(s):Todd Haynes
Scénariste(s):Phyllis Nagy
Acteurs:Cate Blanchett, Rooney Mara, Kyle Chandler, Sarah Paulson
Titre original:Date de sortie:13 / 01 / 2016
Pays:Royaume-Uni, États-UnisBudget:12 000 000 $
Genre:Drame, RomanceDurée:1h 58

Dans le New York des années 1950, Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante, prisonnière d’un mariage peu heureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond. Les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.

Photo de Carol avec Cate Blanchett et Rooney Mara

« Il faut qu’on joue deux amoureuses ? Eh ben ma vieille, on n’est pas sorti de la Terre du Milieu. »

Critique

Tiens, une avant-première. Carol ? Hum, ça me dit quelque chose. Allez, je vais regarder sur Google. Oh, joli. Cate, la blanchette sans ‘e’. Le Rooney qui ne joue pas à Manchester United. Un score de 94 % sur Rotten Tomatoes. 7,8/10 sur Imdb. Des nominations aux Golden Globles pour meilleur film, meilleur réalisateur et meilleure actrice (deux fois). N’en jetez pas plus, j’en suis.

Après la séance, je n’avais pas trop envie de parler du film, à part pour dire des choses pas très catholiques. Je préfère donc partir dans un délire en vous disant ce que j’ai pensé de Carol en chanson. Ce sera même ma première chanson. Donc, ne vous gênez pas pour me dire que c’est pourrave, sans rythme et j’en passe des meilleurs. Je m’en fous, je ne sais pas écrire des chansons de toute façon.

Commençons.

Oh Carol
Qu’est-ce que je me suis fait chier
Qu’est-ce que je me suis emmerdé

En voilà un joli refrain. Enchainons.

Comment s’impliquer dans l’histoire d’amour entre deux glaçons
L’une avec ses yeux de merlan frit
L’autre avec ses fourrures et ses « vas-y, prends-moi en photo pendant que je me recoiffe »

Comment s’impliquer dans une histoire d’amour dénuée d’alchimie
Vous ne semblez amoureuses que quand vous êtes séparées
Ensemble, c’est la gêne qui vous réunit, plutôt que l’amour

Tout le long de la séance, je me suis demandé
Je me suis demandé si j’avais bien lu les notes
Je me suis demandé si on avait bien vu le même film

C’est le bon moment pour le refrain.

Oh Carol
Qu’est-ce que je me suis fait chier
Qu’est-ce que je me suis emmerdé

Allez, c’est reparti pour un tour…

Euh…

Je n’ai plus d’inspiration. En même temps, c’est presque surhumain d’en avoir pour ce film tant c’est vide, tant c’est mou. Jean-Claude Van Damme en aurait dit : « Moins plus moins, ça fait moins que moins. ». Même ma muse, alors prise de désespoir à l’idée de repenser au film, s’est barrée. D’ailleurs, je ne vous dis pas l’angoisse durant la séance quand n’en pouvant plus, j’ai jeté un coup d’œil à l’heure avant de constater avec effroi que seulement cinquante minutes avaient passé. C’était encore plus efficace qu’un jump scare de James Wan.

Je ne retiendrais de Carol qu’une seule chose positive : le plan final. D’un côté, parce que c’est le seul moment où j’ai ressenti de l’émotion. De l’autre, parce que la torture était enfin finie.

Par Christophe Menat qui se dit plus jamais ça, le .

Photo de Carol avec Cate Blanchett

Au moins, Cate, elle peut boire pour faire passer le temps.

Conclusion

Avec certains films, j’ai parfois l’impression de vivre sur une autre planète. Plébiscité par les critiques outre-Atlantique, nominé pour un paquet de prix, Carol n’a provoqué chez moi qu’un seul sentiment : l’ennui. Malgré le talent des deux actrices principales, l’alchimie ne fonctionne pas. J’ai sans cesse eu l’impression qu’elles se forçaient. De plus, leurs personnages présentent autant d’épaisseur qu’un écureuil qui est passé sous les pneus d’une voiture sur l’autoroute. Une image pas forcément glamour, mais digne de mon ennui.

+

  • Le plan final
  • Le joli poster (le deuxième de la galerie à la fin de l’article)

  • Tout le reste (je n’ai même pas envie de faire une liste)
3/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2627 articles)

Avatar de l'auteur MarvelllFou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.